Mostria Ka'merio

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mostria Ka'merio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mostria Ka'merio
Rang 2
Rang 2
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/04/2014

Infos rapides
Âge: 42
Profession: Timonier
Classe: Martiale

MessageSujet: Mostria Ka'merio    Ven 25 Avr - 20:04

« FICHE DE PERSONNAGE »

   « Identité »

   Nom complet : Mostria Ka'merio
   Sexe : Male
   Race : Turien
   Âge : 42
   Planète natale : Citadelle
   Affiliation : Service de Sécurité de le Citadelle
   Profession : Timonier
   Vaisseau : Patrouilleur Humain "Krosterfund"
   Rang : 2

   « Description physique »

   
D'une taille avoisinant le mètre quatre-vingt-dix, le gabarit de Mostria rente dans la moyenne basse turienne, bien que son torse soit légèrement moins développé. Sa peau, d'un gris plutôt foncé, marque un contraste notable avec ses peintures de visage bleu très clair qui couvrent une bonne partie de son visage, qui comme le reste du corps de sa propriétaire, est d'un banal presque anormal. Tant et si bien que si vous crossiez le turien dans la rue, absolument rien dans son apparence ne vous ferait tourner la tête. D'autant plus qu'il as une démarche parfaitement commune, les épaules légèrement voutées et le pas légèrement trainant

Le seul moment où il pourrait attirer votre attention, c'est quand il porte son uniforme du SSC, entretenue de façon impeccable... Tellement impeccable d'ailleurs que certains disent qu'il ne doit pas être actif souvent quand il est dedans. Hors son uniforme, Mostria aime porter les vêtements les plus sobres possible, de façon a ne pas attirer l'attention sur lui, généralement couleur bleu nuit. Il n'est pas adepte des accessoires de modes ou de toute autre forme d'ornements, hormis bien sûr ses peintures.

Tout son langage corporel semble hurler "Ne me regardez pas". De son regard souvent fuyant à ses trois doigts en permanence en train de tripoter quelque chose, qu'il s'agisse d'une bille de roulement ou d'un panneau de commande, toutes ses actions semblent destinées à ne surtout, surtout pas attirer l'attention sur lui. Il n'est rare de le voir remuer nerveusement ses mandibules quand il se sent mal a l'aise. Quand on le lui ordonne toutefois, il sait réprimer ses manies, et rentre alors dans le rang pour devenir encore plus invisible que d'habitude. Cette attitude change toutefois lorsqu'on le laisse aux commandes de son vaisseau : son regard va plus vite que la lumière, on le surprend souvent en train de chantonner d'un air guilleret l'hymne turien ou a s'exclamer haut et fort que le type qui as calibré ses propulseurs devrait apprendre le fonctionnement d'une fusée a air comprimé avant de s'essayer a la mécanique spatiale.

   « Description psychologique »

   
Mostria ne cherche qu'une seule chose : la tranquillité. Et s’il y a bien une chose qu'il a comprise au fil du temps, c'est que le meilleur moyen de rester dans la quiétude, c'était bien de ne pas se faire remarquer. Aussi fait il tout pour être le plus transparent possible : quand il s'agit de ce porter volontaire, il met un point d'honneur à ne jamais se proposer. S’il faut sortir avec des amis, il fait bien attention à ne pas se mettre la tête à l'envers histoire de ne pas donner aux gens une raison de la regarder. Si jamais on lui propose de participer a quelque activité qui pourrait lui demander de faire un discours public ou de devenir le centre d'attention d'un nombre de personnes excédant cinq, il déclinera poliment.

Il sait cependant mettre cette envie de côté quand il s'agit d'obéir à un ordre, résultat de l'éducation militaire héritée du mode de vie turien. La seule exception a sa règle de ne jamais sortir du lot s'exprimant d'ailleurs à ce niveau : Mostria aime son travail. Énormément. Du genre à faire des heures supplémentaires non payées juste pour le plaisir de piloter un vaisseau un peu plus longtemps. Et quand il rentre chez lui, c'est pour se plonger dans des logiciels de simulation, ce qui a fini par en faire un excellent pilote, suffisamment bon pour entrer au SSC.

Mostria n'est pas une personne très sociable. Se faire des amis n'est pas quelque chose d'essentiel a ses yeux, et il n'est pas non plus pressé de trouver une compagne. Ça ne veut pas dire qu'il n'a pas d'amis pour autant : il considère tous les membres de l'équipage de son vaisseau comme ses camarades, et se sent en général bien en présence d'autres membres du SSC. Il est en effet très sensible à l'esprit d'appartenance qui se dégage du Service, et est très fier d'en faire partie, quand bien même il pense parfois que ses supérieurs ne sont que des grattes papier. Mais ce n'est pas comme s’il oserait un jour leur dire ça en face. Hormis ses collègues du "Krosterfund", il n'a pas réellement d'autres liens, à part avec certains vieux amis avec qui il a gardé le contact après avoir quitté l'armée turienne. Quand il parle, c'est généralement d'un ton a l'apparence calme mais qui cache une certaine nervosité pour quiconque sait un peu lire entre les lignes. Il fait toujours attention a garder un vocabulaire courtois, ne s'autorisant les familiarités que lorsqu'il pilote un vaisseau ou envers ses amis. Le seul sujet qui a tendance a l'énerver, c'est les Moissonneurs. Il as du mal a comprendre comment ces êtres était d'un seul coup devenu leurs alliées et admettaient mal qu'ils n'aient plus aucune intention hostile derrière la tête. Cependant, en l'absence de preuve et parce qu'on lui a dit de ne pas s’inquiéter, il ne s'insurge pas trop.

Mostria n'as pas toujours était le turien effacé qu'il est aujourd'hui. Il y avait une époque ou il faisait tout pour se démarquer des autres, pour apparaitre comme l'exemple à suivre. Il changea cependant suite à une expérience vécue durant la guerre contre les moissonneurs, qui le rendit allergique à tout ce qui pouvait le faire se démarquer des autres. Certes, il aimerait pouvoir se proposer quand on le demande, mais son traumatisme le persuade que ce mettre au premier plan ne lui causera que des ennuis, car c'est en partie son ambition et son envie de s'élever au dessus des autres qui l'ont conduit a commettre des erreurs qu'il regrette aujourd'hui

   « Biographie »

   
Il y a des fois, dans la vie, on se dit qu'on en a trop fait. Qu'on aurait peut être du se calmer, penser avant d'agir et mettre un peu moins de zèle dans ce qu'on fait, et qu'agir sur un coup de tête était la pire chose a faire.

Moi, ça m'arrive tous les jours.

Enfin, tous les jours depuis un certain événement. Mais ne brulons pas les étapes, et commençons par le commencement.

Je suis né sur la Citadelle. Mon père était une huile du SSC, dans la criminelle. Cela faisait déjà plusieurs années que lui et ma mère vivaient ici. Ils s’étaient rencontrés à l'occasion d'une mission diplomatique : ma mère, qui à l'époque était encore dans l'armée, faisait partie de l'unité chargée de l'escorte d'un diplomate et tous deux ont eu le coup de foudre l'un pour l'autre quand ils se sont rencontrés à l'Antre de Choras pendant leurs permissions. Ils ont gardé le contact quand ma mère a dû repartir, et quelques mois plus tard elle devenait réserviste et emménageait chez mon père. Une vingtaine d'années plus tard, je débarquais. Je fus éduqué de façon plutôt stricte, à l'image de mes parents. Ce n'était pas non plus l'enfer, loin de là, mais mon père savait coller une rouste quand je sortais du droit chemin. Ils me transmirent aussi leur rage de vaincre : tout ce que j'entreprenais, j'avais envie de le réussir. Je voulais me démarquer, montrer que j'étais le meilleur. Rendre mes parents fiers.

À mes quinze ans, comme n'importe quel autre Turien, je suis monté sur une navette direction Palaven, pour mon service militaire. Je ne m'étais rendu que très peu de fois le bas avant ça, mais chacune de mes visites était pour moi un bon souvenir. Je trouve que Palaven est une belle planète... Mais je n'étais pas là pour faire du tourisme. Aux premiers tests d'évaluation, je fis preuve d'un bon potentiel en tant que timonier. À vrai dire, depuis tout petit, j'adorais les vaisseaux. Je passais mon temps libre à monter des modèles réduits de frégates turiennes, de croiseurs de combat Asari ou de chasseur Galarien. Je savais déjà comment fonctionnaient la plupart de ces vaisseaux et j'avais même pu avoir un aperçu de leur pilotage grâce à des jeux vidéos de simulation. Je savais déjà que mon but serait de devenir timonier, ce fut donc un soulagement de m'entendre dire que j'en avais l'étoffe. Cependant, mes autres résultats furent plus ou moins catastrophiques. Mon instructeur me disait incapable de toucher un Krogan dans un conduit d'aération, et encore faudrait-il que j'arrive à ramper dans le conduit. Touché dans mon orgueil par ce que je voyais à l'époque comme une insulte, j'ai donc passé tout mon service militaire à améliorer ces piètres performances, même si je ne comprenais pas moi même a quoi ça allait me servir. Mais bon, à l'époque, j'étais une vraie tête de mule, et je n'acceptais pas l'échec. Au final, mon service militaire se déroula plutôt bien, et je devins timonier sur une frégate de patrouille. Un boulot plutôt calme, car à part quelques escarmouches avec des mercenaires, peu de choses troublaient nos excursions quotidiennes et près d'une vingtaine d'années s'écoulèrent sans que peu de choses m'arrivent. Nous étions trop loin de la Citadelle pour avoir était affecté par l'attaque des Geth et nous n'avons jamais croisé la route d'un vaisseau Récolteur. En somme, la vie était aussi paisible qu'elle pouvait l'être dans l'armée turienne.

Enfin, ça, c'était jusqu'à ce que la guerre contre les moissonneurs éclate.

Je vous avoue, avant qu'ils ne se mettent à mettre la galaxie à feu et à sang, j'étais très sceptique quant à leur existence. Comme tout le monde, d'ailleurs. On n'y croyait pas, on ne voulait pas y croire. Faut dire, l'idée qu'une race de monstres mécaniques puisse venir détruire votre planète as de quoi vous donner des frissons dans le dos et vous empêcher de dormir la nuit.Quand la nouvelle tomba que les moissonneurs préparaient surement une attaque contre nous, l'unité dont je faisais partie fut réassignée a la défense de Palaven. Et je fus donc aux premières loges pour assister à l'assaut des Moissonneurs. Un véritable enfer de plusieurs jours.

Je faisais partie de la seconde ligne de défense. Notre boulot était de profiter de la vitesse des frégates pour faire de gros dégâts tout en évitant le ciblage des Moissonneurs. En théorie, c'était simple, mais jamais je n'ai était aussi tendu et stressé de ma vie. Car la personne qui avait la tache de maintenir la frégate hors de portée de ce monstre de puissance, c'était moi. Pendant facilement trente minutes, je n'ai pas cligné des yeux une seconde de peur de me faire attraper. Chaque seconde était une heure. Chaque minute une journée entière. J'ai cru que jamais ça n'en finirait, les moissonneurs semblaient toujours plus nombreux et nos attaques semblaient aussi efficaces que des piqures de moustique. Puis vint finalement l'ordre de retraite. Je me suis détendu une demi-seconde. Une fichue demi-seconde. Et alors que je nous mettais en trajectoire pour rejoindre Palaven, un tir scia notre frégate en deux, faisant exploser deux de nos propulseurs d'un coup. Tout le cockpit se mit à hurler, les alarmes beuglant a qui voulaient l'entendre que nous allions tous mourir. Mécaniquement, dans un espoir fou de survie, je quittais mon siège pour courir aux capsules de survie, priant pour qu'elles soient encore en état. J'étais indemne physiquement, mais le choc causé par les explosions et la panique me donnait l'impression que tout mon corps brulait de l'intérieur. Mes jambes tremblaient comme des feuilles et j'avançais déjà comme un mort. Un cri résonna derrière moi, et le navigateur me poussa en avant d'un grand coup de pied dans le derrière. Je me mis à courir vers les capsules. Il en restait en état de marche. Moi et le navigateur tombâmes dedans de concert, et il activa l'éjection. La capsule se détacha du vaisseau et se propulsa le plus loin possible de cet enfer.

Nous étions sauvés. Je levai ma tête, et vis la frégate exploser. Le navigateur prit contact avec un vaisseau voisin qui passait, et il nous récupéra en vitesse avant de faire rugir ses moteurs SLM. Il me fallut dix bonnes minutes pour comprendre que j'étais vivant, dix autres pour cesser de trembler et encore dix pour me rendre compte que ce cauchemar était de ma faute. Si je n'avais pas relâché mon attention, j'aurais attendu d'être dans l'angle mort du Moissonneur avant de me mettre en trajectoire pour mon saut... Moi qui depuis mon enfance cherchais à être un modèle pour les autres avais causé la mort (j'appris les chiffres exacts plus tard) de 47 turiens, sur les 54 présents à bord de la frégate.

On nous ramena sur Ménaé, pour préparer la contre-attaque. Durant les mois qui suivirent, j'attendis qu'on me réassigne, aidant comme je pouvais autour de moi (on avait toujours besoin d'une paire de bras en plus, dans ce genre de situation). Surtout qu'un pilote pouvant s'adapter a la plupart des modèles, c'était utile quand il fallait sans cesse changer de véhicule, notamment quand il s'agissait d'alterner entre chasseur, patrouilleur et simple transport de troupe. Ça me laissa le temps de ruminer ce que j'avais fait. Le pire, selon moi, c'est que personne ne m'en voulait. Tous disaient qu'on avait perdu trop de monde pour pleurer sur mes erreurs, que même les meilleurs auraient gaffé dans une situation pareille (beaucoup ont d'ailleurs péri). J'avais beau entendre ça, je me considérais comme le pire Turien de l'univers. J'ai même songé à me tirer une balle dans les mandibules, histoire d'expier mes fautes. Puis vint le plan de contre-attaque. Nous autres, turiens, avec l'aide des krogans, étions assez fous pour contre-attaquer. C'était à mes yeux une véritable mission suicide. Les chances de réussite étaient tellement minces que j'avais du mal à croire que nous allions jeter toutes nos ressources dedans. Et j'allais participer à ce coup de poker.

On m'avait donné une navette Kodiak : mon objectif était de descendre à la surface, de larguer un escadron et leur matériel puis de décamper avant de me faire faire exploser par un Moissoneur. Cette mission fut moins tendue que la première. À ma grande surprise, les Moissonneurs nous laissèrent passer, trop occupés avec la diversion que nous eussent offerts les cuirassés sur Ménaé. Je lançais un dernier regard derrière moi avant de me poser sur Palaven. Les trois turiens et les deux krogans dans la navette me jetèrent un regard. Tous portaient la même peinture faciale, même les krogans : un motif noir, qui courrait sur tout les os de leur crane, jusqu’à leurs mandibules pour les turiens. Cela me marqua profondément. Ces cinq gars étaient prêts à mourir pour leur cause, qu'importent les difficultés qui se dresseraient devant eux. Ils vivaient à l'unisson, unis dans cet objectif commun qu'était la défaite des Moissonneurs. Je leur dis simplement de se préparer à l'atterrissage. Aucun ne me répondit, mais tous préparèrent leurs armes. Dès que les portes furent ouvertes, ils sautèrent et je repartis mettre la navette et moi-même à l'abri. Je ne les revis pas, mais jamais je ne pus oublier leurs visages à ce moment là.

Je restais sur Palaven jusqu'à la fin de la guerre, effectuant diverses opérations de sauvetages ou d'insertion en territoire ennemi. Ce fut un véritable enfer : On ne pouvait pas rester une seule journée au même endroit, de peur que les moissonneurs ne nous trouvent et ne nous exterminent. Il fallait sans cesse courir, c'est limite si je ne dormais pas sur mon tableau de commande pour être sur de pouvoir partir a temps. J'ai vu énormément de gens mourir. Des amis parfois. Des personnes que je n'avais jamais vu aussi. Mais presque tout le temps, des innocents. Pendant quatre mois, j'ai vécu tout près de la mort. J'ai pu dire bonjour a mes ancêtres une bonne dizaines de fois. Quand je vis les Moissonneurs quitter soudainement la planète, après que l'onde de choc produite par le Creuset les ait touchés, jamais je ne me suis senti aussi heureux. Tout était fini, Palaven était sauvé et la galaxie aussi. Tout était fini et j'allais pouvoir reprendre une vie normale. Mais cette expérience m'avait changé : le gamin avide et ambitieux que j'étais avait était remplacé par un turien qui comprenait a quel point le moindre de ses erreurs pouvaient foutre en l'air la vie de quelqu'un. Je me suis juré qu'a partir de ce moment la, je serais entièrement dédié a mon seul et unique boulot : monter dans un vaisseau, en prendre les commandes et me rendre d'un point A a un point B sans tuer ton mon équipage dans la traversée. Je ne voulais plus jamais commettre une erreur comme celle-là.

Lorsque les relais furent à nouveau en état d'être utilisé, je suis retourné sur la Citadelle. J'avais quitté l'armée régulière, et j'avais demandé ma mutation au SSC. Grâce a mes états de service, je n'eus pas trop de mal a me faire accepter (m'est avis que mon père aurait même pu tirer une ou deux ficelles, mais il ne m'en a rien dit) et après une formation a l'académie je fut intégré dans la division navale. Mon premier jour fut assez particulier. Le vaisseau que j'allais désormais piloter était un petit patrouilleur turien, qui portait le doux nom de "Krosterfund". C'était un vaisseau tout ce qu'il y a de plus honnête, peint aux couleurs du SSC, équipé d'un système GARDIA et assez rapide pour rattraper n'importe quel vaisseau civil en fuite. Mais ce qui était le plus étonnant dans ce vaisseau était son équipage, et plus particulièrement son capitaine...

Le premier dont je fis la connaissance était bien évidemment le capitaine du vaisseau, un Humain du nom de Douglas Dent. Je ne suis pas un professionnel de l'anatomie humaine, mais il semblait plutôt bien bâti, malgré sa calvitie très avancée et ses rares cheveux blancs. D'après ce qu'on m'en avait dit, c'était l'un des premiers humains a c'être engagé dans le SSC et a en avoir réussi les examens. Cependant, malgré cela, il avait toujours refusé d'être promu à un grade supérieur à celui de capitaine, de peur de devenir un gratte papier. Mon premier contact avec lui fut... inédit.

-Parait que t'as survécu aux Moissonneurs sur Palaven, mon gars ? M'avait-il dit après m'avoir examiné de pied en cap

-Oui, capitaine.

-Les geths ! Tout ça c'est la faute des geths, moi je te dis mon gars ! Avait-il alors beuglé au milieu de la baie d'amarrage

Il était de notoriété publique que les geths ne représentaient plus aucune menace. Mais comme je l'appris plus tard, le capitaine Dent avait très mal digéré l'attaque des geths sur la Citadelle quelques années auparavant. Il en avait tiré une haine viscérale de cette espèce et criait régulièrement a qui voulait l'entendre qu'un jour ils nous planteront un couteau dans le derrière, nom de dieu, et on sera tous bien baisé a ce moment la. Hormis son aversion pour cette espèce, il restait un chef efficace, rapide et expérimenté. Le reste de l'équipage se composait de trois humains, d'une asari (j'ignorais même qu'il y en avait au SSC, avant ça...) et de quatre turiens. La plupart avaient déjà quelques années ou au moins quelques mois dans les pattes au SSC, mais tous me firent un accueil amical et au final je n'eus aucun mal à m'intégrer. J'avais l'impression d'avoir trouvé ma place au sein de cette galaxie : un endroit où je rendais service a mon prochain, dans l'ombre, sans que personne prête attention à moi.

   « Combat »

   Classe : Martial
   Barrière : Cinétique
   Pouvoirs actifs : OmniLame
   Pouvoirs passifs : Athléte - Premiers Secours - Maitrise du pistoler
   Inventaire :

-Pistolet Striker (aucun mods)
-Omnitech Polaris (aucune améliorations)


Dernière édition par Mostria Ka'merio le Dim 27 Avr - 0:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mostria Ka'merio
Rang 2
Rang 2
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/04/2014

Infos rapides
Âge: 42
Profession: Timonier
Classe: Martiale

MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    Ven 25 Avr - 20:08

« FICHE DE VAISSEAU »


« Identité »

Nom : Krosterfund
Affectation : SSC
Capitaine : Douglas Dent

«  Informations »

Capacité d’accueil : Une dizaine de passagers
Capacité de stockage : 12 tonnes
Armement : Système GARDIA
Bouclier : Barrière cinétique militaire – Blindage ablatif
Réacteurs : Quatre propulseurs matière/antimatière (vitesse de croisière : 137m/sec – vitesse de pointe : 185m/sec) – Moteur SLM

«  Description »

Le "Krosterfund" mesure précisément 36 mètres de longueur. Il possède quatre propulseurs qui lui permettent d'atteindre une vitesse de pointe supérieur a la plupart des modèles civiles sur le marché. Toute la carlingue est peinte aux couleurs du SSC. Le propulseur principal est quand a lui directement relié au core du vaisseau, qui se compose de quatre parties majeures :

-La cabine de pilotage, qui accueille le timonier, le navigateur, l'artilleur et accepte aussi un co-pilote. C'est le centre névralgique du vaisseau, situé tout au bout de celui ci. Il ne possède cependant aucun hublot permettant de voir l'espace, ceux ci étant des faiblesses dans le blindage du vaisseau et risqueraient de mettre en danger les occupants de la cabine. Toute l'activité extérieure est donc retranscrite par une batterie de caméra sur toute la longueur du vaisseau qui permet au pilote et a l'artilleur de voir tout ce qui l'entoure bien plus efficacement qu'a travers des hublots.

-Le compartiment central, qui sert un peu de pièce a tout faire. Dans les longues patrouilles, c'est ici que l'on mange et que l'on prépare les repas (ou plutôt, qu'on massacre le cellophane qui entoure les rations). L'endroit peut aussi servir d'infirmerie, grâce au matériel de premier secours ou de dortoir (les sièges sont sacrément confortables, pour un vaisseau militaire). C'est basiquement la pièce a vivre du vaisseau, et quand quelqu'un n'as rien a faire (ce qui est rare), c'est généralement ici qu'il vient pour regarder une vidéo ou se détendre un peu. C'est aussi l'endroit ou l'on arrive quand on sort du sas d'entrée/sortie.

-La soute, qui accueille tout ce que le vaisseau est susceptible de transporter, de la marchandise de contrebande confisquée au matériel d'abordage. Elle peut contenir jusqu’à 12 tonnes. Il n'est pas rare que certaines membres d'équipage la transforme en dortoir secret...

-Le compartiment machine, qui accueille le mécanicien et son assistant si il en as un. D’ici, il peut entretenir a la fois le moteur SLM et les propulseurs conventionnels. Il peut aussi accéder aux deux propulseurs annexes via les bras de connexion.

«  Liste de l'équipage »

Douglas Dent (Humain) : Capitaine
Mostria Ka'merio (Turien) : Timonier
Lynwood Toma (Humain) : Co-pilote
Eliott Ford (Humain) : Mécanicien en chef
Aglyna Stori (Asari) : Navigatrice
Jurius Karhus (Turien) : Artilleur
Phinnaxos Derius (Turien) : Chargé des communications
Lanterceo Acteiros (Turien) : Chef d'escouade
Villadim Kyana (Turien) : Membre d'escouade
Leonarda Minke (Humaine) : Membre d'escouade


Dernière édition par Mostria Ka'merio le Dim 27 Avr - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Archer
Super Lala
Super Lala
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 28

Infos rapides
Âge: 31
Profession: Exploratrice
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    Sam 26 Avr - 21:44

Alors alors

Welcome jeune Turien du SSC

Voyons voir comment tu t'en sort.

Nom et Prénom :
Rien à dire à part le coup de la virgule qui est un peu dérangeant. À toi de voir si tu veux l'enlever ou pas.

Physique :
Rien à dire

Mental :
Normalement, les Turiens avec leur propension a faire valoir l'intérêt commun au dessus du leur, sont en général très voyant car toujours proposant leur aide. Dans ton cas, cette volonté de rester "effacé" est justifiée, mais elle est mal expliquée, faisant croire qu'il s'agit en fait de son caractère normal.

Un petit oubli : Etant donné que les Moissonneurs sont toujours présent et qu'on en voit un grand nombre autour de la Citadelle, comment Mostria, avec son histoire, considère t il leur présence et comment vit il cette "cohabitation" ?

Biographie :
Deux points importants généraux avant d'aller dans les détails :
D'abord, le SSC est l'équivalent d'une force de police exclusive à la Citadelle. Donc ses forces de patrouilles ne s'aventurent pas plus loin que la Nébuleuse du Serpent. Juste pour clarifier
La seconde est que sur le forum, la Guerre contre les Moissonneurs à durer un peu moins d'un an. Donc entre l'invasion de Palaven et l'arrivée des Krogans, il se passe facilement au moins 4 mois et un peu plus longtemps entre l'arrivée des Kroggy et le gros rayon bleu du Creuset. Dans ta biographie, on a l'impression qu'il se passe très peu de temps entre ces évènements. Ce n'est pas grave en soit, mais si tu as envie d'étoffer un peu ces passages, ou du moins modifier un peu pour faire comprendre que le temps passe, ça sera le bienvenu Wink

Maintenant, allons plus en détail.

Citation :
j'ai donc passé tout mon service militaire à améliorer ces piètres performances, ce qui provoqua l'étonnement d'un bon nombre de mes camarades qui disaient qu'un pilote n'avait pas besoin d'une forme physique exceptionnelle
Ce n'est pas totalement vrai, même si un timonier n'a pas l'entraînement militaire d'un soldat de 1ère ligne, il dispose tout de même d'un entraînement au combat assez poussée. En effet, il peut être amené à se battre comme par exemple après un crash en territoire ennemi en attendant les renforts ou si le vaisseau se fait abordé par des méchants pas beaux. Timonier d'accord, mais soldat avant tout. C'est comme ça chez les Turiens.

Pouvoir :
Rien à dire sur les pouvoirs prit, mais un rang 2 peut avoir jusqu'à 8 pouvoirs actif + 4 pouvoirs passifs. Donc si t'en veux un peu plus, hésite pas Wink

Vaisseau :
Sans doute le gros point à corriger sur la fiche :

Le nom/origine : le nom "Krosterfund" n'est pas un problème en soit, mais il s'agit d'un nom allemand et pas turien. De plus, étant que le capitaine du vaisseau est un humain, le fait qu'il s'agisse d'un vaisseau humain est bien plus probable. Donc à toi de voir, soit tu passe l'origine du vaisseau en humain, soit tu le laisse en turien, ce qui fait changer le capitaine et le nom.

image/description : L'image du vaisseau collerait à l'univers Mass Effect, mais plutôt pour un vaisseau civil. Or, les patrouilleurs du SSC sont du même modèles que les patrouilleurs militaires. Ils possèdent donc grosso modo un design très proche des vaisseaux de guerre qu'on voit en jeux. Etant donné qu'on ne voit pas de patrouilleurs dans les jeux, on a donc imaginés :
-Pour les patrouilleurs turiens c'est ça : http://i55.servimg.com/u/f55/17/55/51/20/_fqsf10.jpg
-Pour les patrouilleurs humains c'est ça : http://i55.servimg.com/u/f55/17/55/51/20/_nbcv10.jpg

La description est bonne mis à part pour le coup des moteurs


Voila voila, pas grand choses à revoir. La validation est proche

Si t'as des questions hésitent pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melrpg.forumactif.org
Mostria Ka'merio
Rang 2
Rang 2
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 22/04/2014

Infos rapides
Âge: 42
Profession: Timonier
Classe: Martiale

MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    Dim 27 Avr - 0:45

Okay, j'ai essayé de corriger la plupart des points que tu m'as montré ^^

Je pense que ça devrait être un peu meilleur maintenant. Si tu veut que je précise un peu plus quelque chose, n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Archer
Super Lala
Super Lala
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 28

Infos rapides
Âge: 31
Profession: Exploratrice
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    Dim 27 Avr - 2:28

Oki tout est bon je valide

manque plus que l'extranet et le journal de bord à compléter dans les sections correspondante

si t'as des questions hésite pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melrpg.forumactif.org
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto
Fan N°1 de Blasto
avatar

Messages : 1187
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 25

Infos rapides
Âge: 444
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique

MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    Mar 9 Déc - 11:14

Ne t'étant pas connecté depuis plus de six mois, ton personnage est considéré comme inactif.
Il sera reconsidéré actif si tu postes à nouveau partie RP.

Le Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mostria Ka'merio    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mostria Ka'merio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Dossiers Refusés, Abandonnés ou Inactifs-
Sauter vers: