Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maroti "LeBreton"
Rang 3
Rang 3
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 01/06/2014

Infos rapides
Âge: 28
Profession: Indéfinie
Classe: Technologique

MessageSujet: Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]   Sam 7 Juin - 22:01

• Date du RP: 5 Février 2189
• Lieu du RP: Citadelle
• Type de RP: Pv Ivanova

Maroti #0000FF
Wheatley #FF9933

La Citadelle!
Centre politique et culturel de la galaxie, véritable joyaux reconstruit après l'attaque des Moissonneurs, qui n'était plus qu'un paquet de mauvais souvenirs désormais, la galaxie léchait ses plaies et avait déjà commencé une nouvelle ère de conquête spatiale. Mais les traces de la guerre se voyaient encore, dans les yeux dans gens, leurs manières de lever les yeux au ciel comme s'ils s'attendaient qu'un Moissoneur ou Cerbérus ne s'abattent sur leurs tristes existences. Et oui, oublier une guerre qui avait faillit détruire toute forme de vie pensante dans l'univers était plutôt difficile à oublier. Beaucoup trop de gens avaient tout perdus dans la panique et leurs exode massive pour la Citadelle, ou pire, le Sanctuaire. Et pourtant, le conflit avait resserré les liens entre toutes les espèces de la galaxie, comme dans chaque période de guerre. Cela avait pris du temps, mais presque tout le monde avaient mis ses différents de côtés pour se serrer les coudes, sauf les galariens, mais bon, il suffisait de jeter un coup d’œil à leur situation politique pour voir qu'il avait loupé leurs chances. C'était impressionnant, il n'y avait qu'à jeter un coup d’œil sur la place pour apercevoir, entre autre, un turien et un krogan boire un coup sur la terrasse d'un bar ou encore une humaine et un butarien se tenir par le bras. Bah, que la galaxie profite de cette bouffée d’oxygène, elle l'avait bien méritée. Et c'était aussi bien de voir que mon temps de la Résistance avait servit à quelque chose. Mais bon, comme disait le proverbe, pas de repos pour les braves.  


"Monsieur, la cible quitte son poste, le roulement se fait à l'heure prévue.
-Okay Wheatley, maintenant rentre dans l'omnitech, je vais le prendre en filature"

Le sable rouge était une drogue devenue vulgaire au fil du temps et s'obtenait à partir d'élément zéro raffiné ce qui donnait au consommateur la capacité de se servir de faibles pouvoirs biotiques. Illégal dans tous l'espace concilien pour l'addiction qu'il provoquait et tout le trafic qui en découlait, le chef du SSC, un certain Presley si ma mémoire était bonne, faisait une guerre sans merci contre tous les trafics de ce genre, ce qui faisait que la plupart des grands gangs de la Citadelle avaient été disloqués et leurs chefs allaient surement passer un bon moment à l'ombre. Cependant, le SSC ne pouvait pas avoir des yeux partout et certaines de poches de trafiquant échappaient encore à la sécurité de la Citadelle. Certains étaient plus discrets ou plus chanceux que d'autres. Et c'était justement là que j'intervenais, cela faisait plus de deux semaines que je m'étais posé dans un hôtel miteux des secteurs dans l'attente d'un nouveau contrat. Le mec qui occupait la chambre d'à côté avait décidé de fêter un événement quelconque en achetant un peu de sable rouge, un peu trop. Il avait fait un boucan terrible alors qu'il délirait, lorsque j'étais allé voir dans sa chambre je l'avais trouvé en pleine overdose. Les médecins sont rapidement intervenus et l'avaient emmenés vers l’hôpital le plus proche, j'en avais profité pour analyser les capsules de sable et me renseigner auprès du personnel de l’hôtel et des habitants du coin. Le cas n'était pas isolé et j'avais réussi à remonter à l’existence d'un petit gang de dealer qui faisait tourner un petit trafic, surement trop petit pour que le SSC ne s'occupe de lui tout de suite. Alors j'avais décidé de m'en charger, gratuitement, c'est pas gentil ça? Et puis ça allait m'occuper en attendant un autre contrat.
C'était pour cela que Wheatley et moi avions retrouvé la trace d'un des dealers de la bande et que j'allais le suivre jusqu'au centre d'opération. Une fois sur place, j'allais improviser, même si je n'avais nullement envie de finir dans une fusillade contre un gang entier, peut-être donné une preuve de la présence d'un stock d'élément zéro ou quelques photos bien compromettantes.  

Le breton tapota rapidement sur son Omni et avança dans la foule, un véhicule passa devant lui et il se rendit invisible au même moment, se faufilant entre les badauds et suivant le dealer butarien sans jamais quitter une couverture correcte, le camouflage était efficace, mais le risque zéro n'existait pas. Le butarien emprunta plusieurs ruelles isolée, prenant des détours supplémentaires, mais l'humain camouflé le suivait à la trace, et c'est ainsi que l'alien le mena vers ce qui semblait être le QG du gang. Maroti, toujours camoufler, observa rapidement le bâtiment, qui ressemblait à une petite maison quelconque plus qu'autre chose, la porte d'entrée discrète que le butarien venait d'emprunter devait surement être gardée de l'intérieur. Le breton se cacha derrière une voiture garée en face du bâtiment avant de retirer son camouflage, histoire de ne pas se faire attraper maintenant.


"Wheat, tu peux me scanner le bâtiment s'il-te plait? Cherche des traces d'éléments zéro."

Le petit drone orange sortit de l'omni de son propriétaire et se tourna vers la maison, il resta immobile une vingtaine de seconde avant de biper plusieurs fois d'affilé, comme un détecteur de métaux, sauf qu'il était réglé sur "élément zéro". Et je venais de tomber sur le gros lot, au 2eme étage.

"Monsieur, mes scanners indiquent la présence d'une entrée par le toit, accessible seulement en sautant depuis le toit voisin, ce qui correspond à un saut de 3m32 pour atteindre le toit.    
-Y'a pas le moyen de louer un croiseur silencieux?
-Négatif, la boutique de location de véhicule la plus proche ne rouvrent qu'à demain, 8h. Et puis cela retirerait tout le fun.
-Ça roule, alors ne perdons pas de temps"

Le breton craqua bruyamment sa nuque avant d'emprunter l'escalier de secours de l'immeuble voisin du QG des dealers, il se retrouva sur le toit et vida ses poumons en évaluant la distance qu'il devrait parcourir en un seul saut. Courage, ce n'était qu'un peu plus de trois mètres, rien de bien méchant, il fallait juste oublier le vide qui se trouvait en dessous.
Le breton recula pour prendre de l'élan et se concentra, il s'assura que son pistolet était bien à sa place (le fusil d'assaut étant resté dans la chambre d’hôtel) et activa son bouclier. Il commença à courir, faisant attention à bien sauter le plus tard possible.


Cela ne dura qu'une minuscule poignée de secondes durant laquelle l'humain se trouva au-dessus de vide, mais il réussit à atterrir correctement sur le toit voisin en roulant pour amortir le choc. Il prit quelques précieuses secondes pour respirer un coup et se relever avant d'activer son Omnitech pour pirater la sécurité bloquant l'accès au toit. Une trentaine de secondes suffirent pour que l'ingénieur passe la sécurité et déverrouille la porte menant au toit. Elle menait à un autre escalier de service, parfait.
L'infiltration pouvait commencer.


Dernière édition par Maroti "LeBreton" le Mar 1 Juil - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina Ivanova
L'Ouragan de glace
L'Ouragan de glace
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 08/05/2014
Localisation : Citadelle

Infos rapides
Âge: 34
Profession: Enquêtrice
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]   Sam 21 Juin - 18:05

Pendant ce temps...

Valentina sillonnait la rue tout en se fondant dans la masse. Vêtue de sa tenue civile habituelle composée cette fois d'un débardeur blanc s'arrêtant au dessus de son ventre, de sa célèbre veste en cuir gris s'arrêtant juste en dessous de son débardeur, d'un pantalon gris assez moulant lui permettant de garder sa souplesse ainsi qu'une paire de bottes noires. Elle gardait le contact avec son coéquipier Daren qui resta dans la voiture afin de la guider quelques mètres plus loin. Il faut dire que ces moments d'infiltration étaient particulièrement stimulants émotionnellement, elle qui avait l'habitude de rester souvent derrière son bureau à pianoter son moniteur. Cela lui rappelait la belle époque de quand elle était sur Terre, à sillonner les rues de Moscou tout en prenant en filature ses suspects en compagnie de son équipe qui n'arrêtait jamais de la taquiner sur son sexe et son style vestimentaire. Enfin bref aller sur le terrain la rendait nostalgique et elle aimait ça. Rares étaient les moments où elle parcourait les bas secteurs en pleine soirée, prendre un bain de foule parmi tant d'aliens était très particulier pour elle.

-T'es sûre que c'est une bonne idée?
-Ne t'inquiète pas Gara, je débarque discrètement à sa planque, je l'observe lui et ses amis, je repère les lieux au passage et on tente de récupérer des infos avant de se tirer discrètement.
-Qu'est-ce que je fou à jouer les GPS ici dans ce cas?
-T'es aussi voyant qu'un butarien dans une ambassade humaine!

Le silence de Daren laissa Valentina se concentrer d'avantage dans sa quête. Quelques minutes plus tard à naviguer dans la masse de citoyens, Daren indiqua à sa coéquipière qu'elle était arrivée à destination, une petite maison discrète des bas secteurs, très discret pour faire son petit business... Valentina observa les plans du bâtiment sur son Omni-Tech bleu, ayant espérée avoir fait bonne pioche grâce à ses informateurs ainsi qu'à Skyler sa collègue de la cybercriminelle.

-Gara? T'es en place?
-Pas encore, donne-moi une petite minute.

La minute défila longuement avant que Daren ne soit en place sur le toit d'un bâtiment adjacent. Ayant indiqué par radio qu'il était à son poste, Valentina ne put s'empêcher de faire la remarque.

-Comment t'as fais pour arriver aussi vite?
-J'ai pris la voiture.
-Tant que tu grille pas notre couverture... Bon d'après nos info ils ont une planque ici mais on ne sait toujours pas à quel étage.
-Tu peux toujours passer par le toit, tu monte sur celui du bâtiment voisin et tu saute sur le bâtiment d'en face, de là il devrait y avoir un accès pour pénétrer leur planque et ensuite on suis le plan. D'après les scans, il semblerait que de l'élément zéro ait été détecté au deuxième étage, il y a de fortes chances qu'ils sont là.

Valentina suivit les indications de son collègue en accédant au bâtiment adjacent. Ayant empruntée les escaliers de service, elle fut arrivée au toit en pressant le pas. Légèrement essoufflée, elle s'approcha du bord en évaluant la distance à sauter. Estimant que c'était faisable, elle s'éloigna avant de prendre son élan... Beaucoup d'élan! Elle commença à sprinter autant qu'elle le pouvait avant de prendre impulsion à quelques millimètres du bord, de passer le vide en agitant les bras et d'atterrir sur le toit voisin tout en exécutant une triple vrille acrobatique en avant afin  de dérouler le choc et manifester ses talents de gymnaste. Daren, visiblement impressionné se retint de commenter cette prestation afin de rester professionnel.

Le collègue turien était très bien placé, pas très loin de la planque sur un bâtiment en hauteur, il pouvait intervenir à tout moment grâce au stationnement du véhicule qui était juste derrière lui. Allongé confortablement sur le bord, des jumelles à la main, il pouvait observer à travers les murs afin d'avoir un meilleur aperçu sur les lieux. Pendant ce temps, Valentina se dirigea vers la porte d'accès à l'escalier de service et à son grand étonnement, la serrure avait été piratée ce qui lui fit doubler de prudence.

-Daren, on a un problème, la serrure est fractionnée va falloir faire attention.
-Et alors? Il y a des millions de portes sur cette station on va pas invoquer les grands esprits pour ça.

Valentina dégaina son Prédateur de sous sa veste en cuir et ouvrit la porte avec beaucoup de prudence. Ayant scrutée l'accès, elle pouvait passer aux choses sérieuses en pénétrant le bâtiment.

_________________
Le code couleur de Valentina est: #FF69B4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maroti "LeBreton"
Rang 3
Rang 3
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 01/06/2014

Infos rapides
Âge: 28
Profession: Indéfinie
Classe: Technologique

MessageSujet: Re: Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]   Lun 23 Juin - 21:01

Maroti descendit une volée de marche en fer le plus discrètement possible, c'était l'un des avantages à ne pas s’encombrer d'une armure lourde, même si l'humain savait parfaitement qu'il était temps d'investir dans une armure légère, juste pour éviter de se reposer uniquement sur sa discrétion et son bouclier. Mais l'heure n'était pas aux divagations portant sur une possible future armure, l'heure était à la concentration sur l'objectif. Le breton arriva en bas des escaliers et ouvrit la porte, sans sécurité cette fois. Un rapide coup d’œil dans le couloir lui permis de s'assure que ce dernier était vide. Bien, premier objectif, trouver le moyen de descendre au second étage, puis trouver la réserve, prendre les photos et repartir. Un frisson parcourut l'échine du blond, la Résistance contre les Moissonneurs lui avait appris, entre autre, à se camoufler pour échapper à un ennemi beaucoup plus dangereux. Il fallait être rapide et silencieux, ou mourir. Cependant le camouflage était toujours en train de se charger, la filature avait bien puisée dans les réserves, et j'allais devoir réduire mon utilisation de l'Omni au minimum pour éviter une surcharge problématique. Au pire, j'avais toujours l'avantage de la surprise et d'un silencieux chargé. Le breton tendit l'oreille une dernière fois et quitta sa couverture pour s’engager dans le couloir, qui tournait à droite au bout de quelques mètres. Il passa devant plusieurs portes fermées, surement des chambres ou des réserves, dont l'inspection aurait prise beaucoup trop de temps. Le couloir menait vers un nouveau couloir, mais dont le mur gauche était ouvert remplacé par une rambarde en fer, le mur se trouvait plus loin et servait de façade au bâtiment, plusieurs fenêtres laissaient échappées de légers rayons de lumières artificielles en provenance de l'éclairage de la Citadelle. Deux étages plus bas, le brouhaha d'une télé mise bien trop forte couvrait le bruit de plusieurs discussions. La majorité des dealers devaient se trouver au rez-de-chaussé, mais il n'était pas à exclure que la porte soit gardée, ou que l'un des dealers ne décident d'aller faire une sieste dans l'une des chambres, ou plein d'autres raisons qui me poussait à me dépêcher. Cependant, Maroti ne résista pas à l'idée de jeter un rapide coup d’œil dans le salon qui se trouvait deux étages plus bas.

Et il n'aurait pas dû, le gang était un peu mieux armé que prévu. Le butarien qu'il avait suivi était en pleine discussion avec un salarien en armure, la discussion semblait animée, mais la télé en recouvrant la majorité. Il y avait bien un garde qui s'occupait de la porte d'entrée, un krogan, et le gigantesque fusil a pompe qu'il était en train de nettoyer ne présageait rien de bon. Pour compléter le tableau, deux humains, un turien et une asari essayait de suivre un programme sur l'omni-écran du salon télévision. Ils n'étaient pas en armure, mais les casiers présents dans un coin de la salle me disait qu'il pouvait rapidement être prêt à en découdre.
Bien, cela me donnait plus de raisons qu'il m'en fallait pour ne pas me faire choper.

L'humain recommença à bouger et arriva jusqu'au bout du couloir avant d'ouvrir la porte, un nouvel escalier, circulaire et ouvert cette fois, et le moyen d'arriver au second étage. Il descendit les marches et, encore une fois, l'un des murs était remplacé par une rambarde en fer. Une nouvelle fois, le couloir était vide, mais les nombreux bruits qui lui parvenaient lui rappelaient clairement que qu'il n'était pas seul dans le bâtiment. L'ancien résistant avança dans le couloir, rasant les murs. Heureusement qu'ils n'avaient pas les moyens (ou l'envie) d'installer des caméras, sinon je pense que j'aurais déjà été repéré depuis longtemps. Un petit vrombissement au niveau de mon bras gauche attira mon attention, mon omni avant suffisamment recharger pour redevenir efficace, bien, maintenant je pourrais toujours utiliser mon omni-arc si jamais les choses commençaient à chauffer.
Le breton continua jusqu'au bout du couloir, qui se terminait sur une porte déverrouillée. Selon le scan, la réserve se trouvait pas loin. Encore une pièce à traverser et je pourrais prendre les photos et partir de ce trou à rat. Maroti activa son camouflage par précaution et rentra dans la pièce, arme au poing.

Précaution qui s’avéra inutile, il n'y avait personne dans la pièce, pas de garde en faction ou de mécha tueur, juste une porte fermée. Tss, c'était mon jour de chance, cette mission était devenue tout de suite beaucoup plus facile. Même, trop facile, soit le garde était parti pisser, soit il était en train de regarder la télé en bas.
Wait, le salarien n'était pas en armure? Pas très utile comme garde, ou alors j'avais eu énormément de chance. Un peu des deux.
Maroti observa la pièce, qui était volontairement sobre,  un petit sofa et un siège entourait une table basse en verre circulaire sur laquelle était posée une bouteille vide et quelques verres, la pièce était plutôt petite, mais pratique.
Sans perdre de temps, l'ancien résistant s'accroupit devant la porte et commença le piratage de cette dernière, la serrure était de bien meilleure qualité que la précédente. Logique, mais je n'avais pas le temps de réfléchir sur la qualité des serrures des gangs de la Citadelle.  Surtout lorsque le garde pouvait revenir d'un...

Le bruit de la porte s'ouvrant glaça le sang de l'humain, qui se retourna instantanément et pointa son arme vers l'arrivant sans perdre de temps. Rectification, l'arrivante, une jeune blonde dont la chevelure était rasée du côté gauche, ses yeux gris-bleus, dont l'un était souligné par le tatouage d'un chiffre romain, affichaient autant de surprise que moi. Son débardeur blanc et son pantalon gris laissait supposer qu'elle était civile, mais pas dans un endroit pareil. Je venais de me faire repérer.
Et elle pointait son pistolet, un prédateur, droit sur ma tête. Est-ce qu'elle m'avait vu rentrer?

Je devais agir vite, sinon elle allait me descendre aussi sec. D'un mouvement impulsif, le breton coinça son pied sous la table basse et la renversa dans la direction de la blondine, la diversion fut suffisante pour que je me rapproche d'elle. Je devais aller pour le meurtre direct, pas le choix, ses boucliers allaient arrêter assez de balles pour que je risque de m'en prendre une, alors je devais la jouer au corps à corps.
D'un mouvement sec de poignet, le breton dégaina son omnilame, déploya la petite particule incendiaire qui permettait à son arme d'atteindre une température suffisamment haute pour faire fondre la chair au niveau de la blessure. Cette technique était impardonnable, surtout lorsque l'on ne porte pas d'armure. En moins d'un instant il se retrouva en face de la blondine, plus petite, et leva sa lame pour atteindre la gorge, son bras descendit d'un mouvement sec vers la cible et...
Rien ne se passa.
La blondine venait de bloquer mon bras au niveau de l'épaule, la lame se trouvait à moins d'un centimètre de son cou, mais son regard ne trahissait aucune peur, aucune pitié. Et là, j'ai sût que j'étais dans la merde. Son genou frappa mon estomac plusieurs fois, me coupant le souffle, j'eus envie de crier de douleur mais un coup à la gorge m'en empêcha, lorsqu'elle me lâcha enfin, elle me termina par un magnifique coup de pied retourné qui m'envoya valser contre la porte à l'autre bout de la pièce.
Aie.
Tout mon corps me faisait mal, je venais tous juste de découvrir de nouveau endroit ou avoir mal, j'avais du mal à respirer, pourtant, mon instinct de survie repris le dessus, l’adrénaline coulait dans mes veines. Le breton serra son poing gauche avant de le pointer vers la blondine. En moins de temps qu'il en faut pour le dire, l'omnilame se changea en quelque chose de beaucoup plus pratique. Le mode pyromane, ou lance-flamme.
Retour à la case départ, j'avais encore un flingue pointé sur le crane et j'étais prêt à la cramer, elle était sur le point de dire quelque chose lorsque la porte s'ouvrit de nouveau. Dévoilant le salarien en armure...
Le salarien regarda me regarda, regarda la blondine, l'état de la pièce, et me regarda de nouveau.
Il n'eut pas le temps de faire un bruit qu'un flot de flammes fila dans sa direction, le touchant de plein fouet, il hurla d'une voix suraiguë et recula vers la rambarde. La blondine l'acheva en tirant deux coups de feu qui l'envoyèrent valser par-dessus la barrière.
Il y eut un silence, puis le bruit d'un corps tombant contre une surface en verre, le bruit provenant de la salle s'arrêta aussitôt. Bon, pour la discrétion, c'était foutu.
Mais pourquoi la blondine venait de tirer sur l'un de ses coéquipiers? A moins que... Que je ne sois pas le seul qui est décidé de partir en guérilla contre le gang. Bon, mes chances de survies étaient maintenant largement réduite, j'entendais déjà des bruits de pas précipités s'approcher de nous. J'allais devoir improviser.
Maroti se tourna vers l'autre humaine qui semblait réfléchir sur notre situation, bien, si je voulais sortir d'ici vivant, j'allais devoir faire équipe avec elle.


"Bon écoute blondine, si tu veux sortir d'ici en un seul morceau on va devoir repartir sur de bonnes bases et les présentations se feront plus tard, s'il y a un plus tard."    

Le breton pianota rapidement sur son omnitech pour laisser échapper Wheatley, le petit drone, passa aussitôt en mode attaque et s'en alla par la porte, quelques secondes plus tard, une explosion se fit entendre suivi d'un cri. Bien, il allait gagner un peu de temps. Puis, sans adresser un regard vers la blondine, il lança l'une de ses grenades juste au-dessus de la porte et se mit à couvert derrière le sofa pour éviter de se tenir en plein milieu de la pièce.
Il pianota une nouvelle fois sur son omni, qui se déploya dans un clac retentissant. Maroti tenait maintenant dans sa main gauche son arme la plus redoutable, un omni-arc orangé qui était plus que capable de sauver sa peau et celle de la blondine. C'était étrange, être coincé dans un coin avec une parfaite inconnue, sous armé et avec très peu de chance de survie, cela lui rappelait beaucoup trop la Résistance terrienne, et malgré la gravité de la situation, il ne put s'empêcher de laisser échapper un sourire.
Il fallait juste espérer que la blondine soit aussi douée avec un flingue qu'avec ses mains, parce qu'elle semblait redoutable.

_________________
You ask me, 'what is courage?'
Courage is seeing the hail of fire that surrounds you,
The flashes of light that blind.
Projectiles that score flesh and bone,
Sending red rivers splashing through the sky.
Courage is seeing all of that and staying on to fight,
Simply because there are those who cannot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valentina Ivanova
L'Ouragan de glace
L'Ouragan de glace
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 08/05/2014
Localisation : Citadelle

Infos rapides
Âge: 34
Profession: Enquêtrice
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]   Dim 29 Juin - 18:50

La première chose que fit Valentina était de bondir de toute sa souplesse aux côtés du suspect. Consciente qu'il était inoffensif lorsqu'il a éliminé un membre du gang même si il avait osé porter la main sur elle. Néanmoins, elle devait rester sur ses gardes, les ennemis avaient été alerté, ils n'étaient pas en bonne posture, bref ça allait probablement être la fin pour eux et tout ça à cause de cet inconnu qui avait grillé sa couverture. Valentina resta silencieuse et repassa ses options dans la tête face au bruit de pas des ennemis qui approchaient de plus en plus, elle fut interpellée par son collègue impuissant et ami de toujours, Daren.

-Par les esprits c'est quoi ce bordel? D'après mes scans tu t'es battue avec quelqu'un et il est toujours à tes côtés?!
-Ne t'occupe pas de ça Gara, va me falloir de l'aide et vite!
-Essaye de tenir quelques minutes la cavalerie arrive.

"Quelques minutes". C'était plus facile à dire qu'à faire. Valentina le savait, il fallait qu'elle utilise sa tête, elle prit le temps d'analyser la pièce avant de repérer cette armoire à porte coulissante dans le coin de la pièce non loin de la fenêtre barricadée. Elle se leva en attrapant l'inconnu au poignet tout en désignant son idée du bout du doigt.

-Fais ce que je te dis, si tu tiens à rester en vie et cache-toi dans cette armoire.

C'est sur ce bel accent russe que Valentina et son nouveau camarade qu'ils se levèrent tout en marchant le plus discrètement possible en direction du compartiment. Valentina fit coulisser l'armoire pas plus haute qu'elle avant de se rendre compte qu'en réalité, l'espace qu'elle offrait était beaucoup plus moindre que ses pensées.

-Et tu vas te cacher où la blondine?
-J'ai mon camouflage ne t'inquiète pas. Ah oui, la prochaine fois que tu m'appelle comme ça je t'égorge sur place, compris?

L'inconnu haussa des épaules laissant Valentina retirer les étagères qu'elle plaça derrière l'armoire avant de laisser entrer son ancien agresseur dans cette dernière en position fœtale et de refermer aussi tôt la porte.

-Ils ont eu Garot! Ils sont surement là!

C'est sur ces mots que Valentina fit une vrille en arrière sans que ses bras ne touchent le sol tout en activant son camouflage tactique électrique. Elle observa le butarien entrer dans la pièce avant de constater le cadavre encore fumant de son collègue qui jonchait le sol entre les débris de verre. Il se retint de vomir, laissant son fusil à pompe tomber pour heurter violemment le sol. Il se ressaisit ensuite pour reprendre son arme et inspecter la sombre pièce pendant que ses camarades faisaient de même pour le reste de la planque. Il prit du temps pour inspecter le reste de la pièce, scrutant chaque recoin, chaque millimètre carré avec sa lampe faisant bouger Valentina autour de la pièce pour éviter de se faire repérer par les imperfections de son camouflage. Mais tôt ou tard le butarien allait remarquer l'armoire fermée, même si l'inconnu avait de bons réflexes pour le neutraliser rapidement ce qui était le cas en vu de sa prestation précédente, le bruit allait attiser l'attention des autres membres du gang. Le silence était là, les longues secondes transformées en minutes défilèrent laissant place au bruit des navettes de l'extérieur et le butarien s'approchait de plus en plus de son but. Lorsqu'il fut enfin face à cette dernière, il alluma une cigarette avant de jeter un œil entre les barricades de la fenêtre, le fusil à la main, la cigarette dans l'autre a faire durer ce moment de suspens qui était insoutenable attisant l'attention de Valentina qui se tenait prête à neutraliser si besoin sa cible... Mais trop tard. Plusieurs explosions retentirent en même temps. à travers toute la maison, des cris de turiens et d'humains accompagnèrent le bruit insoutenable des fenêtres explosées. "SSC A TERRE!"

Un turien en armure lourde passa aussi tôt l'explosion venue à travers la fenêtre immobilisant le butarien qui avait le visage en sang malgré le port de son casque sans visière et cela en un éclair. C'était en l'occurrence la crème de la crème des forces du SSC: la division des forces spéciales ce qui rassura l'enquêtrice. L'homme avait toujours son fusil d'assaut suréquipé à l'épaule, passant en revue la pièce et remarquant l'imperfection du camouflage de Valentina avec cependant beaucoup de difficulté.

-Service de sécurité de la Citadelle, désactivez votre camouflage ou je fais feu!

Le turien aboya ses ordres à Valentina à travers son casque à la visière teintée tout en la pointant du fusil, l'aveuglant au passage. Elle désactiva son camouflage tout en montrant son badge attestant qu'elle était avec eux, le turien baissa son arme contactant ses alliés par radio.

-Ici l'unité 21, la pièce est sécurisé, j'ai notre femme, on a un mort.
-Pas tout à fait. reprit Valentina en se dirigeant vers l'armoire.

Elle fit coulisser la porte violemment laissant l'inconnu sortir. Valentina lui mit les menottes planquées dans une poche à l'intérieur de sa veste afin de l'immobiliser. Pendant ce temps les forces spéciales du SSC venaient tout juste de terminer l'intervention qui s'est soldée par une totale réussite, digne de la réputation de ces derniers.

-Vous souhaitez que je l'escorte madame?
-Cela ne sera pas nécessaire, notre suspect sait se battre mais il n'est pas non plus idiot.

Sur ses paroles, l'enquêtrice emmena sa prise en direction de la sortie. L'inconnu semblait visiblement à la fois choqué, étonné et confiant. Il venait de se rendre compte qu'il avait porté la main sur un agent du SSC, mais que sa bonne fois allait tôt ou tard le récompenser même si il regrettait amèrement ses actions. Le couple parcourait les couloirs tout en slalomant entre les agents des forces spéciales, tous très lourdement équipés le visage caché derrière leur visière teintée. Arrivés enfin à la sortie, le secteur était bouclé, laissant la couleur des gyrophares des véhicules du SSC illuminer la rue. L'enquêtrice repéra immédiatement Daren qui était en compagnie par surprise du grand chef de son unité. Le superviseur Traxus Artemis dans sa belle tenue bleu SSC qui semblait vouloir des explications.

-Agent Ivanova. J'espère que vous avez de bonnes explications pour expliquer pourquoi j'ai dû mobiliser une trentaine d'hommes des forces spéciales en urgence tout en bouclant un secteur très fréquenté de ce secteur?
-Avec tout le respect que je vous dois monsieur, voilà la source de ce chantier. Il a grillé ma couverture en me sautant dessus sans poser de question alors que je parcourais les locaux en quête de preuves. Il y a eu une confrontation attirant l'attention d'un membre du gang, il l'a littéralement brûlé sur place le faisant hurler dans toute la maison et m'obligeant à faire feu afin d'éviter d'empirer les choses. Puis nous nous sommes cachés le temps que vos hommes interviennent. Je comptais l'emmener au poste pour lui poser quelques questions.

Le "boss" comme le surnommait Valentina hocha de la tête face à l'explication de l'enquêtrice. Elle laissa son collègue Daren s'occuper du suspect en le mettant dans sa voiture de fonction. Valentina se dirigea ensuite vers son véhicule dans lequel reposait l'inconnu à la chevelure blonde. Le binôme firent taper leur poing entre-eux visiblement contents de se revoir.

-Contente de te revoir Belyy Uragan, c'était juste apparemment.
-Tu l'as dit, prends le volant tu veux? J'ai besoin de me remettre de toutes ces émotions.

Daren accepta. Les deux membres montèrent dans la voiture visiblement contents que le plus gros soit passé. Seul leur prise resta silencieux attendant avec impatience ce qui lui allait arriver. Daren démarra le véhicule qui s'envola en direction du poste où l'interrogatoire allait débuter.

-Alors tu compte toujours te lancer dans l'alcool? dit Daren avec humour
-Clairement. Pour l'instant je suis juste niveau crédit, mais je compte bien en gagner avec les primes et en prenant du grade.
-Si t'as besoin d'un associé je reste dispo.
-C'est sympa parce que j'allais te faire la demande.

Les deux collègues rirent de bon coeur, mais leur principal objectif pour le moment était de se concentrer sur la personne assise derrière eux.

_________________
Le code couleur de Valentina est: #FF69B4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alors... Vous êtes du SSC? [PV Ivanova]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MÉNESTRELS DES SEPT COURONNES ▲ alors vous écoutez quoi?
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
» Alors, vous prenez un M, et vous ajoutez un E. Ensuite, un N, puis un T. Pour finir, un p'tit O et un S. Alors, qui suis-je ? 8)
» Vous voyez une queue en tire-bouchon, là? NON.--" Alors? (Done~)
» Une saignée et pour sûr vous guérirez ! [Luigi di Paliano]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Système Veuve (Citadelle - Relais Cosmodésique)-
Sauter vers: