Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto
Fan N°1 de Blasto
avatar

Messages : 1187
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 25

Infos rapides
Âge: 444
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique

MessageSujet: Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!   Mer 10 Déc - 23:40



« Formulaire du RP »

• Date du RP: 3 Avril 3 ARW
• Lieu du RP: Nébuleuse du Serpent, Système Veuve, La Citadelle, Présidium
• Type de RP: RP fermé
• Nombres de personnes requises:  (Lynia T'Nora)

« Légende des couleurs »

• #00FF66 : Isïana N’iim



Le Présidium. J'allais croire que la Déesse souhaitait absolument que j'y passe tous les mois pour cette année ! Janvier pour l'expédition dans l'Antre de l'Hydre – qu'on entendait plus du tout parler d'ailleurs, mars pour Molovsky une fois, avril pour une Molovsky une seconde fois. J'espérai quand même qu'il n'y en ait pas une troisième fois ! Cela étant, les humains disaient bien jamais deux sans droit. J'espérai que la Déesse n'était pas aussi fan que moi des expressions humaines …

En effet, bien que l'annonce ne soit pas encore officielle, la faute sans doute à quelques préparatifs, le fait que la Neliane soit à quai de la Citadelle depuis hier pour « soit disant une inspection exceptionnelle » suivi de la « nécessité d’entreprendre des rénovations urgentes » n'étaient pas terrible comme excuses pour nous forcer à rester là. Cela plus l'augmentation de vaisseaux militaires autour de la Citadelle, plutôt limitée pour l'instant.

Mais bon, cela n'avait pas dérangé les membres d'équipage de la frégate asari qui en avait profité pour profiter de ces petites vacances imprévues. Idem pour moi et Ishra. Après avoir demandé la permission à Lala, on avait décidé de squatter son penthouse pour dormir. Et pas que, mais le but était quand même de s'y reposer. Le reste du temps, on se baladait. Soit toutes les deux, soit chacune dans notre coin.

Voir même avec quelques membres d'équipage de la Neliane. Ces petites coquines m'avaient d'ailleurs ramené hier dans une boîte de strip-tease asari pour fêter l'anniversaire de Shalaa, la jeunette de 106 ans désormais, qui était encore plus coincée du cul qu'un Turien – ce qui me semblait pourtant difficile. J'avais visiblement bien bue et m'étais retrouvée nue avec deux des strip-teaseuses. Pour leur montrer comment on faisait avant. Une histoire du genre. Ce qui avait visiblement bien fait rire les filles présentes, vu qu'elles m'avaient tout raconté le lendemain alors que de mon côté c'était le blanc total. Impossible de m'en souvenir … Heureusement, on m'avait assuré que ça en était resté là.

Quoiqu'il en soit, aujourd'hui, je me promenai seule au Présidium, un sac à main noir à l'épaule. Une zone que j'avais l'habitude de m'y rendre car elle était très calme : celle au niveau de la Tour du Conseil. J'avais toujours trouvé ces lieux paisibles, reposants. C'était excessivement rare que je m'y rende, au vu de mon âge, mais quand je voulais réfléchir calmement, c'était là le meilleur endroit.

Longeant le lac artificiel, je passais devant une statue de Krogan puis celle représentant Shepard. Un monument représentant une humaine en plein cœur du Présidium. Qui l'aurait cru ne serait-ce qu'une décennie plus tôt ? Pas grand monde, même moi, je devais avouer que j'aurai sans doute ri à l'idée à l'époque.

Finalement, je m’arrêtais sur un banc et sous deux arbres, produisant de l'ombre aux lumières artificielles. Posant mon sac sur le banc et allumant mon OmniTech, je feuilletai les différents rapports que m'avait rédigé Ishra depuis qu'on avait rejoint toutes les deux la Neliane. Je constatai d'ailleurs que sa transformation depuis qu'elle avait rencontré Tania et était enceinte s'était ressentie dans sa prise de note. Plus personnelle, plus courte aussi d'ailleurs.

Plongée dans mes lectures, jetant tout de fois quelques regards aux passants qui marchaient tranquillement sur le petit chemin blanc entre arbres et bâtiments commerciaux. Je ne vis même pas le temps passé d'ailleurs ! Enfin, si, un humain sembla s’intéresser un peu trop à mon sac. Une aura biotique se dessinant autour de moi plus tard et la situation était résolue. Non, ce fut mon estomac qui se manifesta, une douce odeur provenant d'un magasin de bonbons quelques mètres plus loin ayant titiller mes narines suite à un courant d'air.

Ayant constatée que j'avais quasiment tout relu, ce qui signifiait que cela faisait au moins deux bonnes heures à minima que j'étais là, je me décidai à aller calmer mon appétit. Me levant, je me dirigeai vers ce fameux magasin, laissant sortir une mère asari et sa fille qui sortaient de là. Accueillie par un couple composé d'une Matriarche asari et un Hanari visiblement âgé – encore que je pensais cela, mais je n'avais en réalité aucune idée de son âge … - j'eus l'impression de débarquer dans la cachette d'Elrin de tout enfant ! Des bonbons partout, de toutes les couleurs, formes, substances, odeurs !

J'avais l'impression d'avoir perdu quatre siècles d'âge mental pour revenir à mes 44 ans ! J'en étais presque devenue timide ! Avançant à tâtant, perdue dans cette masse de confiserie et sucrerie, je finis par tomber sur LA chose sur laquelle je n'aurai jamais du voir.

Des bonbons. En forme. De. Blasto... Mais... C'était génialissime ! Déessissime ! Je DEVAIS en goûter. C'était un besoin aussi vital que satisfaire ma Lala ou Ishra quand elles le voulaient. C'était plus fort que moi ! Enfin. Manger Blasto ! Blasto !

Demandant d'une voix – fébrile ? - une grosse poche de bonbons Blasto, je me dis que me connaissant, j'allais tout manger alors que je voulais quand même en faire goûter à Ishra. Je prenais donc une seconde poche. Tout aussi remplie, que je rangeais dans mon sac. L'autre, je le gardai en sortant pour y goûter.

Hmmm ! Un mélange de violette, de baies Elyrub et de pomme. Un mélange qui ne pouvait que me faire plaisir. J'allais avoir du mal à me retenir de tout manger. Tellement absorbé par mes confiseries, j'en vins à ne plus regarder où j'avançais et cogner une grosse surface molle et douce. Un Hanari, je n'eus aucun mal à le savoir même sans la phrase que celui-ci prononça en tombant, tandis que je le suivais dans sa chute, rebondissant sur son corps.

 « Oh Déesse, suis-je sotte. Je suis vraiment désolée. Laissez moi vous relever. »

Plus qu’embarrassée et m'empourprant à vue d’œil, je me relevais et aider le pauvre Hanari sur ses tentacules, n'arrêtant pas de m'excuser au point que j'eus l'impression que c'était le Hanari qui commençait à être embarrassé. Reprenant mon sac et mon sachet de bonbons Blasto – qui part miracle n'avait rien perdu de son contenu – je continuai mon chemin.

Bon … reprends tes esprits la mauve. Ce n'est rien. Je mangeai un nouveau bonbon Blasto. Bon. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire moi maintenant?


Dernière édition par Isïana N'iim le Sam 7 Mar - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynia T'Nora
Rang 1
Rang 1
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 23

Infos rapides
Âge: 227
Profession: Esclave
Classe: Civile

MessageSujet: Re: Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!   Ven 30 Jan - 11:22

Citation :
- Amyra Kapoor #C79F4B
- Lynia T'Nora #8cc6d7
- Volus entêté #999933




Début et fin du défi de noël du staff n°1




- Bon et bien voilà, aujourd’hui c’est fini pour toi ma belle. Tu peux t’en aller.
C’était Amyra, le patron du magasin, qui venait de s’adresser à l’asari depuis le rayon en chantier qu’il s’efforçait de ranger. L’homme avait la fâcheuse manie de mettre son magasin coloré d’un millier d’habits de haute et moyenne gamme sens dessus dessous au moindre client qui réclamait son avis. Il était plus que clair pour n’importe qui en entrant ici qu’Amyra aimait son boulot, la mode, les vêtements. C’était son truc. En revanche, Lynia estimait qu’il pouvait quand même s’améliorer sur sa manière de travailler parce que ranger un tel bordel aussi souvent se trouvait être « curieusement » éprouvant. Néanmoins, le quitter pendant qu’il rangeait tout ça avait de quoi gêner l’asari.
- Vous êtes sûr que vous ne souhaitez pas d’aide pour ranger avant ? Ça ne me dérange pas vous savez.
- Oh je n’en doute pas une seconde. Tu serais prête à te tuer à la tâche si je te le demandais. Mais c’est non, journée terminée donc vas te reposer, faire les boutiques. Tu peux d’ailleurs commencer par la mienne si tu veux. Dit-il avec un clin d’œil dans sa direction, avant de terminer. Et s’il te plait, oublie ce vouvoiement ! Ça va faire trois mois que tu viens ici, au moindre appel de ma part. On commence à se connaitre, tu ne crois pas ? Voilà tout ce qui suffisait à faire monter le mauve aux joues de la concernée.
- Oui désolé… J’ai vraiment du mal avec ça.

C’était vrai. De son point de vue, déplaire à l’humain signifiait déplaire à sa maitresse. Et le tutoiement n’existait normalement pas pour l’esclave, qui avait beaucoup de mal à se faire à l’idée – même trois mois après – qu’elle ne se trouvait plus dans les Systèmes Terminus. Malheureusement, les habitudes avaient la vie dure. Amyra l’incita une dernière fois à partir d’un « Allez, file ! », c’est donc ainsi qu’elle quitta le magasin et son infinité colorée pour rejoindre le blanc-vert-bleu général du Présidium. À côté de la boutique, la vue qui s’affichait face à elle lui en semblait presque fade. Vive mais fade. Le Présidium. Le genre d’endroit où elle n’aurait jamais pensé pouvoir aller durant sa vie, ce que la quasi-totalité de la galaxie associait au luxe et au pouvoir, et la voilà à l’intérieur. Tous ces gens autour d’elle respiraient la richesse, la vie plus qu’agréable malgré leurs petits problèmes essentiellement causés par la mesquinerie que tous possédaient. Aucun d’eux ne se souciaient des problèmes du reste de la population, aucun d’eux ne se souciaient de l’esclavage. En fait, Lynia se demandait même si ils avaient conscience de son existence. Comment réagiraient-ils si ils apprenaient que cette belle asari, vêtue de cette magnifique robe noire achetée par sa maitresse (Kali T’Sano ici), ne se trouvait être nul autre chose qu’une esclave. Ils prendraient une fausse mine consternée sans doute, demanderait peut-être des explications auprès du SSC voir déposeraient des plaintes ou organiseraient des manifestations. Puis le mois d’après, ils auraient oubliés et continueraient leur petite vie tranquille. Insouciants. Pouvait-elle vraiment leur en vouloir ? Elle leur en voulait d’agir ainsi mais ferait-elle autrement à leur place ? Sans doute pas.

Montant divers escaliers entourés par des buissons typiquement Thessiens, dont les nervures emplies d’ezo étaient visibles à œil nu, l’asari pénétra l’intérieur d’un couloir semi-ouvert sur son côté droit, donnant une magnifique vue de l’ensemble du Présidium visible depuis sa position jusqu’à la rive opposée. Et elle ne se trouvait qu’à moins de dix/quinze mètres au-dessus du niveau du lac. Quelle vue devait-il y avoir depuis les étages les plus hauts du Présidium ! Déjà depuis l’appartement de sa maitresse, la vue lui semblait parfois irréelle, comme si elle rêvait ou subissait une vision. Une trentaine de mètre plus loin, le couloir entra à l’intérieur d’un bâtiment. De tous les côtés, des panneaux de près de deux mètres de large à raison d’un tous les trente centimètres. Uniquement des pubs. Certains indiquaient la date de sortie du prochain Blasto, d’autres faisaient la promotion d’associations conciliennes. Il y s’en trouvait même pour vanter les mérites de jeux vidéo, comme le mmorpg Galaxy of Fantasy, un jeu que Lynia essayerait bien, force lui était faite de l’admettre. Puis elle tomba sur un panneau si dérangeant que cela l’intrigua. Durant plusieurs secondes, Lynia contempla le vieil humain qui y était affiché, tout de rouge vêtu, du blanc sur les bordures et un chapeau aux mêmes couleurs sur la tête – plutôt ridicule d’ailleurs. Un mot attira son attention dans le message écrit de l’affiche, « Noël ». C’est alors que des mots de Roran, son ami esclave de Joab, lui revinrent en mémoire. Il s’agissait d’une fête humaine, assez amusante d’ailleurs. Derrière elle, un bruit la fit sursauter, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il ne s’agissait que de la respiration assistée d’un volus. Avec toute la technologie actuelle, ne pouvaient-ils rien faire contre ce bruit bon sang ?!

- Je… ne vois pas… l’intérêt d’un tel… phénomène de so… ciété. Il y a… de meilleurs moyens… pour faire de… l’argent. Que voilà une information étonnante. Un volus ne comprenant pas la bonté. Pouvait-elle seulement le lui expliquer ? Était-ce seulement possible ?
- Vous savez… Il tourna brusquement la tête vers elle, comme la remarquant pour la première fois. Du moins cela fut-il l’impression de l’asari, une impression bien désagréable. Ce… ce n’est pas le but majeur de noël. L’objectif derrière Noël est de faire plaisir de se faire plaisir en famille. De passer un bon week-end.
- Je passerais un… excellent et meilleur… week-end… avec une bourse suffisamment remplie… pour me rendre sur… Cyone. Cette fête… ne la… remplira pas. Déesse, que les respirateurs volus l’agaçait ! Même avec l’habitude, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe d’énervement. D’autant plus que celui-là était particulièrement lent, avait-il un problème de réglage ?
- Mais ce n’est pas l’argent le but de cette fête ! On fête noël pour faire plaisir aux siens, à ses amis, sa famille et… Elle ne termina pas sa phrase. Sa famille… Lynia n’avait toujours pas repris contact avec eux, ses rares essais résultants en un échec. Elle pourrait peut-être se rendre sur Thessia, avec l’accord de sa maitresse ou en prenant la fuite mais… la peur, la peur de l’effrayante et terriblement possible vérité l’empêchait de passer à l’action. En revanche, l’interlocuteur volus lui ne semblait pas le moins du monde avoir remarqué le trouble de l’esclave.
- On n’achète rien… avec un compte… vide. Et cette… fête… n’apporte aucun crédit suffisant. Pas par rapport… à d’autres systèmes, qui rapportent plus… et plus vite.

Mais quel imbécile celui-là… En même temps, le principe même de cet évènement humain se trouvait être l’anti-thèse totale de la culture des Volus. Le principe de l’abnégation leur était entièrement inconnu, alors que celui-là ne comprenne pas noël… Et maintenant, elle se trouvait coincée dans une discussion sans issue avec un entêté de première.

Bien jouée Lynia.


HRP : Bon alors désolé du temps de réponse, ça devient une habitude chez moi. Embarassed
Comme tu peux le voir, j’ai profité de notre rp pour faire le défi du staff de noël n°1. Je ne sais pas si tu veux (et si c’est possible) en profiter pour le faire toi aussi (ça voudrait dire qu’on doit le faire durer six messages pour le max de points) mais ça rallongera le rp (comme on doit faire tes deux défis déjà 'o'). Sinon, je le terminerais à mon prochain rp (enfin tu peux toi-même dire que le volus s’en va dans le tout début de ton rp, je préciserais comment dans le miens ^^).

_________________
Journal de Bord
Extranet
_________________

L'éternité se fait longue et immuable, quand les secondes s'égrènent dans un capharnaüm total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto
Fan N°1 de Blasto
avatar

Messages : 1187
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 25

Infos rapides
Âge: 444
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique

MessageSujet: Re: Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!   Sam 7 Mar - 18:38


« Légende des couleurs »

• #00FF66 : Isïana N’iim
• #8cc6d7 : Lynia T'Nora
• #999933 : Volus entêté


Déambulant dans le Présidium toujours en quête d'une occupation, je finis par me retrouver un bâtiment rempli d'affiches publicitaires. Avisant une Asari et un Volus devant une publicité ventant les mérites de Noël, je fronçais les sourcils derrière eux.

 « Un peu en avance pour faire de la publicité pour Noël, lançai-je, ce qui fit retourner les deux personnes devant moi. Oh, désolée, je ne voulais pas déranger. Cela m'étonnait juste de voir une affiche de Noël.
- Vous ne … me dérangez … pas. J'allais justement … partir faire fructifier un peu plus … mes investissements.
- Oh. Euh. Bonne journée.
- A vous … aussi.
- Je croyais qu'il était avec vous... »

Constant la réponse négative de l'Asari de moi et, eus-je l'impression, soulagée d'être ainsi libérée de ce Volus, nous nous présentâmes mutuellement l'une l'autre. Enfin, je me présentai à elle et elle se sentit bien obligée de me répondre. Elle m'avait l'air un peu timide, je supposais qu'elle ne devait pas être une trop grande habituée de la Citadelle. Ou peut-être était-elle naturellement timide ?

Dans tous les cas, j'étais ravie d'avoir un peu de compagnie. Tentant de la dérider un peu, je m'approchai de l'affiche publicitaire sur le prochain film Blasto tout en expliquant rapidement ce que je faisais dans la vie : à savoir une diplomate qui parcourait les étoiles pour le moment.

 « Je ne devrais sans doute pas vous le dire mais … je fantasme sur l'acteur qui joue Blasto … il est si ... » je ne terminai pas ma phrase, lui faisant un clin d'oeil suivi d'un petit sourire malicieux.

Amusée de sa réaction et la trouvant fort sympathique, je me décidai de lui offrir le second paquet de bonbons en forme de Blasto que j'avais acheté. J'en mangerai moins moi pour en laisser à Ishra, ça me fera du bien va. Si je commence déjà à m'empiffrer alors que je n'en suis pas à la moitié de ma grossesse …

Remarquant la gêne de la dénommée Lynia – très joli prénom à mon goût d'ailleurs – j'insistai en souriant, lui disant que ce n'était rien et que j'en aurai de toute façon eu un peu trop. Un petit mensonge de ma part mais qui passerait crème à mon avis.

 « Allons, allons, je vois bien que vous en avez envie, cela vous dirait d'en manger toutes les deux le long du lac ? C'est très calme à cette heure de la journée, j'aime bien m'y détendre, c'est très reposant, on ne viendra pas nous importuner je pense. »

Réussissant finalement à la convaincre, on prit un petit escalier qui nous mena sur une esplanade le long du lac artificiel qui faisait le tour du Présidium. J'adorai cette vue. On en oublierait presque l'on se trouvait en plein milieu d'une station spatiale, au beau milieu du vide.

On commença à discuter de tout et de rien, grignotant toutes les deux quelques bonbons. Surtout de rien à vrai dire. J'avais l'étrange sentiment que Lynia ne souhaitait pas trop parler d'elle. Ce qui dans le fond ne me dérangeait pas, ça me laissait d'avantage parler de moi. Il fallait dire qu'avec mon expérience, j'avais de quoi tenir une longue discussion. Je devrai penser à écrire un livre autobiographique un de ces quatre.

Levant les yeux au ciel pour voir un véhicule volant chauffard manquant de provoquer un accident, ce qui valut un joli enchaînement de klaxon rapidement suivi par l'arrivée d'une patrouille du SSC qui poursuivait le chauffard, je ne vis pas le panneau indiquant que des travaux étaient en cours.

Lâchant un cri de surprise, je le percutai et tombai dans un large trou. Il y eut quelques dixièmes de secondes de chute avant qu'un plouf ne se fasse entendre. Déesse ! J'étais tombée dans le lac ! Sentant l'eau froide imprégnée mes vêtements, je me mis à frissonner tandis que remise de ma surprise, je remontais rapidement à la surface du lac.

Je vis Lynia qui était penchée au-dessus du trou dans lequel j'étais tombée. Je tendis la main pour qu'elle attrape la mienne et m'aide à remonter. Brrr... cette eau était vraiment froide.


HRP : Plutôt court mais je voyais pas trop quoi dire >.>'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blasto, bonbons et peluche! Deux Asari retournent en enfance!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Système Veuve (Citadelle - Relais Cosmodésique)-
Sauter vers: