Djane Deckard

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Djane Deckard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Djane Deckard
Rang 3
Rang 3
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 20/07/2014

Infos rapides
Âge: 29
Profession: Détective Privée
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Djane Deckard   Mer 18 Fév - 17:11

« FICHE DE PERSONNAGE »

« Identité »

Nom complet : Diana Joanna Deckard – Se fait appeler Djane Deckard
Sexe : Féminin
Race : Humaine
Âge : 29 ans
Planète natale : Terre
Affiliation : Indépendante
Profession : Détective privé
Vaisseau : Cargo Léger « Skugga »
Rang : Rang 3

« Description physique »
Au premier regard, n’importe quel Terrien pourrait déterminer les origines de Djane quand celle-ci ne les cache pas. En effet, bien qu’extrêmement rare, sa génétique reflète parfaitement ses origines Scandinaves. Du haut de ses 1m82, sa taille pourrait être un frein à aux besoins de discrétion de ces enquêtes, ainsi elle use de divers artifices pour changer d’apparence. Sa silhouette est plus tôt svelte et élancée mais elle cache une musculature nettement dessinée et régulièrement entretenue. Cette carrure a logiquement des conséquences sur son poids, bien qu’assez fine visuellement, elle avoisine les 75 kilos.

Ses cheveux blonds vénitien sont mi longs, et quasi cent pour cent du temps noués en queue de cheval dont seules quelques mèches tombent de part et d’autre de son visage. Le plus souvent, Djane les cache pour les besoins du métier : Perruque, chapeaux, ou changement total de visage à l’aide de diverses techniques de maquillage combinées à des masques en omnigel siliconé de sa création.

Il en va de même pour ses yeux qui sont à l’origine d’un bleu gris, assez froids sans être pour autant assassins. Le plus souvent ils sont cachés par des lentilles de contact de couleur marron, bien plus discrète que sa couleur naturelle.
Aucune cicatrice ou marque particulière n’est visible sur le visage de Djane, celle-ci ayant dépensé des sommes conséquentes pour faire disparaitre une fine et longue cicatrice qui courait de l’extrémité de son arcade sourcilière gauche jusqu’à sa mâchoire, ainsi que tous les autres petits signes particuliers qui pourrait être visible au premier regard.
Enfin elle porte un maquillage léger en permanence afin de garder une féminité en toutes circonstances.

Le corps de Djane est normalement proportionné par rapport à sa taille. Ainsi sa poitrine est tout à fait raisonnable, ni trop ni pas assez à son goût, quant au reste : « tout ce qu’il faut ou il faut ! » comme lui a dit un jour un client. Ses courbes sont agréables à regarder sans pour autant faire se retourner la foule sur son passage, mais cela lui convient parfaitement.
Le seul réel signe particulier est son bras gauche. Celui-ci est totalement couvert de cicatrices après avoir été rongé par les flammes. Pour le coup, Djane n’a pas souhaité les faire disparaitre, elle s’est cependant fait tatouer des flammes dégradées noires et blanches entrelacées sur tout son bras, partant de son poignet et montant au-delà de l’épaule, le bout de certaines flammes léchant son cou et sa nuque. Le reste de son corps portent d’autres cicatrices, souvenir d’une jeunesse mouvementé, mais qui paraissent invisibles tans son bras attire l’attention.

Djane porte en général des tenues décontractées, essentiellement jeans et tee-shirts à manches longue moulants. Quand elle en mission, elle cache son bras soit par des manches, soit elle utilise ses techniques de maquillage couplé à l’omnigel siliconé, à  tel point qu’elle rend à la fois ses cicatrices mais aussi ses tatouages totalement invisibles. De même dans le cadre de ses activités, elle possède un nombre impressionnant de vêtement lui permettant de se fondre facilement dans un lieu quel que soit le contexte.
Hors mission, il lui arrive aussi de porter des débardeurs et autres tenues unisexe, du moment qu’elle est à l’aise en les portant. A l’inverse elle ne porte jamais de robe ou de jupe en dehors de ses enquêtes, qu’elle trouve simplement peu pratique, voir désagréable  à porter. Sa garde-robe « personnelle » en est donc totalement dépourvue.

« Description psychologique »
Malgré une jeunesse très mouvementée, et à l’inverse de ce que pourrait dire bon nombre de clients ou de membre des forces de police, Djane semble être restée globalement bien équilibrée mentalement.

D’un naturel discret en générale, et gardant son calme dans toutes les situations ou presque, elle passe la plus grande partie de son temps à observer l’environnement qui l’entoure et à projeter mentalement tous les futurs possibles à une situation donnée.

Djane n’est pas spécialement une grande bavarde, sauf quand la situation l’impose. Ses paroles restent pourtant systématiquement calculées afin d’atteindre un but précis. Ainsi, elle sait se rendre amicale quand nécessaire mais possède aussi une repartie pointue lui ayant value un grand nombre d’altercation à l’école.
Elle est globalement très franche, parfois trop, en dehors de son travail bien qu’elle sache parfaitement que cela reste plus dommageable qu’autre chose. Elle ne s’encombre cependant pas du superflu et va toujours à l’essentiel, ne vivant quasiment que pour son travail et sa quête continuelle de vérité. On pourrait d’ailleurs se demander pourquoi elle n’a pas souhaité travailler pour le courtier de l’ombre, mais les raisons en sont très simple, le courtier monnaye et diffuse ses informations à qui peut payer ou l’intéresse, Djane ce qui l’intéresse c’est la quête de la vérité et le chemin pour y parvenir. En dehors de son client, elle ne livre jamais l’information à qui que ce soit d’autre, la distinguant ainsi sur ce domaine.

Naturellement extrêmement curieuse, elle a, dès l’enfance, développé des techniques d’approche et de mise en confiance des autres afin de toujours arriver à ses fins.  Cette curiosité a malheureusement souvent un prix, chèrement payé la concernant puisqu’elle-même faillit en perdre un bras. Cette mésaventure lui apprit à rester sur ses gardes en toute circonstance, et à ne jamais faire totalement confiance. C’est une règle qu’elle applique même aux plus proches de ses amis désormais.

Le plus gros défaut de Djane reste sa gourmandise face aux sucreries. Résister à la délicieuse odeur d’un gâteau sortant du four tiens du miracle pour elle, et elle doit faire des efforts surhumains en mission pour ne pas céder à la moindre tentation. L’autre conséquence est évidement qu’elle lui impose un entretien sportif quotidien et des plus intensifs pour garder un poids stable et une ligne impeccable, tout en cédant aux petites, ou grosses, tentations du quotidien.

Pour ce qui est de ses relations aux autres, et plus précisément les autres espèces, Djane est totalement neutre envers eux. Elle se moque complétement des différences d’espèce et traitera avec chacun d’égale à égale, à l’exception d’une certaine méfiance à la limite du rejet vis-à-vis des Butariens. Ce comportement tiendra surtout d’un rejet purement physique, avec un soupçon de jalousie : avoir 4 yeux n’inspire pas confiance, mais serait tellement pratique dans son travail. Bref la tête des Butariens ne lui revient tout simplement pas mais elle tentera à leur contacte de toujours rester diplomate et correcte. Et concernant d’éventuelles relations intimes, elle est plus attirée par les hommes, mais a déjà eu des relations d’une nuit avec des femmes ou des Asaris à quelques rares occasions. Cela dépendait essentiellement des capacités de celle-ci à la suivre au niveau de la dose d’alcool ingérée. Sans être pour autant alcoolique, Djane tient très bien l’alcool et a besoin d’une grosse dose pour oublier son job et s’autoriser quelques nuits de plaisirs, mais ça reste plus que rare. A noter qu’elle n’est cependant pas du tout attirée par les autres espèces, pour qu’une attirance physique se face, il lui faut 2 bras, 2 jambes et une silhouette humaine ou presque, ce « ou presque » n’incluant bien évidement pas les Butariens, ni les Turiens.

« Biographie »

Commissariat de Brooklyn, 25 décembre 2188

« Deckard, tu ne changeras jamais ! » dit Johnson, une pointe de lassitude dans voix, en lui ôtant les menottes et l’invitant à s’assoir face à lui. Djane connaissait par cœur la procédure, salle d’interrogatoire N°12 du commissariat de Brooklyn, pas sa préférée mais ça ne serait pas un problème aujourd’hui.

« Ce n’est pas pour ça que vous êtes fou de moi ? » répondit-elle en se massant les poignets. « 24h de trou, vous êtes joueur avec moi aujourd’hui inspecteur Johnson»

« Tu te fais coffrer un 24 décembre, je t’adore mais j’ai une petite préférence pour ma famille. »

« Moi qui rêvait qu’un jour nous partirions tous les deux vivres d’amour et d’eau fraiche sur une île déserte, je suis tellement déçue… J’avais même déjà acheté l’île en question ! »

« Arrête ton numéro 5 minutes, je n’ai pas la tête à ça… ». L’inspecteur se redressa sur sa chaise et ouvrit l’épais dossier face à lui. « Allons-y pour le cinéma habituel… Diana Joanna Deckard… »

« Vous savez que vous pouvez m’appeler Djane depuis le temps... »

A cette nouvelle interruption l’inspecteur lui lança un regard glacial qui eut le mérite de couper Djane dans sa nouvelle réplique. Visiblement il n’était vraiment pas d’humeur. Elle opta donc pour une attitude plus calme qu’à son habitude et s’avachie sur sa chaise, à deux doigts de mettre les bottes sur la table, attendant patiemment la suite de ce récit passionnant.

« … Se fait appeler Djane Deckard, née le 3 février 2161 à Stockholm. Fille de Stefan Deckard, ancien flic de Stockholm, devenu agent de sécurité à New York… » dit-il en poussant comme à chaque fois le même soupir à cette idée « … et de Svea Joanna Skarsgård, disparue en  2173. » Il s’interrompit en levant les yeux vers Djane :

« C’est toujours le cas ? »

Djane, qui fixait une trace de main sombre sur le mur derrière l’inspecteur, murmura :

« Oui »

Il reprit :
« Un frère, Karl Deckard, pilote de l’alliance… » A ces mots, Djane se redressa et l’interrompit une nouvelle fois.

« Ah ça par contre ce n’est plus le cas, Karl a quitté l’alliance et travaille maintenant avec moi. »

« Vous allez me les briser en famille maintenant ? »

« Normalement non… quoi que c’est à voir. J’avais besoin d’un pilote puisque j’étends maintenant mes activités hors de nos frontières, Karl était forcément tout indiqué pour le job !  »

Etouffant un juron, il reprit :
« A grandit à Brooklyn depuis 2174. Diplômée de la faculté de New York d’un master en psychologie et d’un bachelor en droit, devient détective en 2183 pour une agence qui la forme au "techniques d'enquête" si on peut appeler le manuel du parfait cambrioleur/pirate option camouflage ainsi, et à son compte depuis 2186. »

Djane, sans un mot, hocha de la tête pour valider cette partie sous le regard réprobateur de l’inspecteur.

« Passons à ton formidable palmarès chez nous… »

« Ma partie préférée ! »

Il préféra ne pas relever et continua :

« Septembre 2176, première arrestation : A pénétré par effraction dans le bureau du doyen de son lycée… »

« Récupération de preuves matérielles suites à des rumeurs d’attouchement sexuelles sur mineurs… »

Il lève la voix pour l’interrompre :
« OCTOBRE 2176 : Après avoir été expulsée temporairement du lycée, est arrêtée par une patrouille pour violation de la vie privée de ce même doyen »

« 10 photos prises dans un lieu public ce n’était pas de la violation de la vie privée à proprement parler… »

Il soupira et reprit :
« Tu vas vraiment me faire ça aujourd’hui hein, toutes me les commenter juste pour me faire un cadeau de Noël ? »

« Hum non quand même pas, juste celles qui méritent une précision »

« Avril 2177… »

« Hop hop hop on oublie mars 2177, le procès du doyen et mon témoignage qui fait basculer la défense ainsi que les preuves que j’ai apportées ! »

L’inspecteur explosa alors littéralement :
« Ecoute moi bien, ce dossier on le connait par cœur toi et moi, mais j’essaie simplement de faire mon job sans te donner la moindre opportunité de vice de procédure, donc on arrête de jouer maintenant sinon je peux t’assurer que ça se passera beaucoup moins bien entre nous ! »

Djane le connaissait bien et vit que la limite était atteinte. Dommage, elle appréciait vraiment l’inspecteur ainsi que leur petit jeu mais là elle savait qu’elle ne devait pas plus tirer sur la corde. Elle reprit un air grave et écouta simplement la suite

«  Avril 2177 : soupçon de kidnapping d’un autre élève. Juin 2177 : arrestation avec une vingtaine d’autres camarades pour une rixe devant le lycée… Toujours en juin 2177 : évacuée avec d’autres élèves de son lycée en flamme, soupçonnée d’en être responsable, évidemment pas de preuve … Eté 2177 : RIEN, étonnamment ! »

Intérieurement Djane se souvenait parfaitement la raison de cette accalmie, elle était hospitalisée tout l’été pour soigner la brulure au 3eme degré de son bras suite à l’incendie, incendie pour lequel elle était totalement innocente… souvenir douloureux tant physiquement que moralement.

Le labo de chimie était régulièrement délesté de certains composés plus ou moins dangereux, en petite quantité ce qui n’avait pas plus inquiété le corps enseignant malgré une petite enquête de police qui avait conclue à des erreurs de stockage. Il n’en fallait cependant pas plus à Djane pour s’intéresser au sujet, et c’est avec son ami Joshua qu’elle avait mené l’enquête. Ils s’étaient mis à surveiller de plus près les lieux, sans grand succès, poussant Djane avait intensifié les recherches en solo. Elle était ainsi tombée en pleine nuit sur un groupe d’élève qui utilisait carrément le labo pour tentait de synthétiser ce qui semblait être des drogues, avec plus ou moins de réussite. Malheureusement Joshua en faisait partit. La tentative de raisonner son ami s’était malheureusement soldé par l’incendie du labo, de nombreuse blessure pour plusieurs élèves, la mort de Joshua, et Djane avait failli y laisser son bras gauche alors qu’elle tentait de le sortir des flammes…

« Octobre 2177, arrêtée avec son frère en possession d’un M-3 Prédateur et d’un M-77 Paladin dérobés à leur propre père… Je me demande même comment tu as fait pour n’avoir aucune condamnation pour celle-là… »

La liste de ses exploits de jeunesse dura encore une bonne demi-heure, sans qu’elle ne prononce le moindre mot. Elle assumait tout, cela lui avait permis de se construire et tous ses actes avaient été motivés par de bonnes raisons. Elle avait toujours été passionnée par le premier métier de son père, qu’elle considérait comme son vrai et unique job, et depuis l’enfance, avait tenté de suivre ses enquêtes. A l’adolescence, elle avait d’abord commencé par mener ses propres investigations pour s’amuser, mais c’était rapidement forgée une petite réputation au sein  des jeunes du quartier. En bien… ou en mal.

Après le lycée, son père avait essayé de la dissuader de s’orienter vers cette carrière. La manière dont il avait quitté la police lui laissé encore un goût amer, et il ne souhaitait pas cela à sa fille. Bien évidement il avait vite compris qu’elle rejetait totalement l’idée de rejoindre les forces de l’ordre, ce qui n’avait pas contribué à le rassurer. Etre détective allait l’exposer bien plus au danger et qu’elle soit toujours à la limite de la légalité, voir franchisse cette limite régulièrement, ne l’enchantait pas. Du reste il avait toujours espérer plus qu’une vie de détective pour ses enfants et continuaient encore à cette époque à se battre contre cette idée.

En parallèle à ses études supérieures, Djane avait donc rejoint en tant que freelance une agence de détectives afin développer son réseau de connaissances. Ses passages aux postes avaient été moindres en nombre mais pas en gravité. Faux et usage de faux, trafic d’arme, port d’arme sans licence, soupçon d’entrée sur une propriété privée par effraction…
Elle avait aussi été interrogée à de nombreuses reprises suite à des contacts avec des personnes peu fréquentables, mais là encore, aucunes preuves ne purent être récoltées contre elle. Globalement Djane avait eu pas mal de chance, mais l’absence de condamnation tenait surtout au nombre important de vices de procédure déclarés, et le reste à l’influence de son réseau.

Même pour aujourd’hui, Djane savait parfaitement qu’elle ne risquait rien.

« Et enfin 24 décembre 2188 : Arrestation pour soupçon de piratage le réseau interne de l’ambassade Elcor de Manhattan en diffusant sur la totalité de leur réseau le message suivant : « Promotion sur la graisse d’Elcor pour les soldes d’hivers, jusqu’à -50% pour le plus puissant aphrodisiaque de la galaxie ! » … Avoue tu as bu, ce n’est pas possible ? »

« Permission de parler ? ».

« Accordée ».

« Je n’ai pas la moindre idée de ce dont vous me parlez ».

« Ne te fout pas de moi, je te connais par cœur, et ton skycar a été filmé à proximité à 20h53 ! Pourquoi avoir fait ça ! Pourquoi hier ! On a une armée d’Elcor sur le dos, et tu sais combien ça peut être lourd juste une seul… »

« Ecoutez-moi inspecteur, dit-elle avec le plus grand sérieux, ses yeux à présent d’un gris acier des plus froid, vous ne croyez pas que j’ai passé l’âge de ces enfantillages ? Je n’ai aucune information sur les faits dont vous me parlez et si mon véhicule a été vu à proximité, c’est probablement car je suis passée à proximité en me rendant à un diner… diner auquel je vous rappelle vos collègues m’ont interpelés. »

« Alors raconte-moi ta version, et depuis le début »

Il était clair qu’il n’avait aucune piste à part elle. Djane se recula de nouveau dans son fauteuil et commença :

« J’ai dû quitter mon bureau de Manhattan vers 20h30… »

« Toujours au 311 sur Amsterdam ? »

« Toujours… J’ai pris mon skycar mais je me suis arrêtée en chemin à cette nouvelle pâtisserie à l’angle de Colombus et de la 67ème, vous connaissez surement ? Il me fallait quelques bûches dextro et lévo-aminées pour la soirée, et elles sont particulièrement succulentes. J’ai du mal à y résister à chaque fois que je passe à proximité… »

« On se souvient parfaitement de ton dernier passage et de la disparition inexpliquée de nos donuts »

« Non coupable ! »

« Comme toujours… c’était à quelle heure les bûches ? »

« Précisément je ne sais pas mais je n’ai pas dû mettre plus de 10 minutes pour y aller »

« On vérifiera, continue »

« J’ai dû un peu patienter il y avait pas mal de monde dans la boutique, il faut dire que les serveurs sont en plus particulièrement agréables avec leur clientèle »

« Abrège… »

« Bien bien… donc oui j’ai dû y rester moins de 10 minutes là encore, ensuite je suis partie pour rejoindre mes amis au sud de Manhattan pour la soirée, je suis arrivée à 21h je crois. »

« Pas d’autre arrêts en route ? »

« Non aucun, j’étais déjà en retard alors je n’allais pas en rajouter, même si souhaiter un bon noël à mes amis de l’ambassade Elcor aurait pu être sympathique »

L’inspecteur n’en peut plus et frappa du point la table :
« Je sais que c’est toi et encore une fois on ne trouvera rien, mais pourquoi bon sang, pourquoi ! Et pourquoi avec les sommes astronomiques que tes clients te paient tu continues encore à te salir les mains toi-même et tu ne délègues pas ! »

« Je n’ai rien à voir dans tout cela, de plus vous n’avez rien contre moi, donc si vous permettez… »

Un petit bip retentit alors de l’omnitech de Djane qui se mit à sourire

« Je crois que mon avocat est arrivé ! »

Simultanément la porte s’ouvre à la volé et laisse apparaitre un Turien, Ikarus Malic, avocat et spécialiste en vice de procédure du droit galactique, et collaborateur de Djane.

« 24h de garde à vue pour avoir conduit un véhicule dans Manhattan, vous plaisantez Johnson ! J’espère que vous avez autre chose que cette simple caméra de surveillance pour retenir ma cliente »

Djane adorait les entrées d’Ikarus, et visiblement il était très en forme. Ne les écoutant déjà plus, le discours de son avocat étant bien rodé, elle se leva et se dirigea vers la sortie de la salle d’interrogatoire. L’inspecteur plus que blasé par ce manège n’essayait même plus de la retenir et tentait surtout de contenir Malic dans ses envolées à la limite du lyrique.

Cependant avant de franchir le pas de la porte elle se retourna et les interrompit :

« Inspecteur ? »

« Oui » répondit-il exaspéré.

« Pour répondre à votre question : on est jamais aussi bien servit que par soi-même » lui dit-elle avec un sourire taquin, puis elle tourna les talons et sortit.

Il ne lui restait plus qu’une petite chose à faire avant que quitter les lieux. Elle se dirigea droit vers le bureau du jeune agent Anderson, faisant un petit crochet par la boite de donut en passant devant la salle de pause. Après tout, elle avait une réputation à tenir, elle la glissa dans son sac.

Anderson se crispa dès qu’il la vit dans l’embrasure de la porte, et cela amusait Djane toujours autant. Décontractée elle entra le saluer et s’assit sur son bureau au plus près de l’agent. C’était une technique de drague somme toute très basique mais qui fonctionnait à merveille avec lui. Comme toujours il était incapable d’aligner deux mots intelligibles, il ne lui suffit donc que de quelques phrases pour que celui-ci oublie totalement le lieu où il se trouvait et ses devoirs. S’en était même limite trop facile mais tant pis, il n’y avait pas de temps à perdre. A peine était-il hors du bureau qu’elle se précipita vers le bureau de Johnson et fouilla dans ses notes. C’est aussi pour ça qu’elle appréciait Johnson, il travaillait à l’ancienne, avec beaucoup de notes manuscrites… Il lui fallut peu de temps pour retrouver le dossier qu’elle cherchait, la disparition suspecte d’un Volus dans les Heights, et surtout l’état d’avancement de l’enquête. Un suspect y était noté, et bien qu’introuvable par la police, c’était bien l’info qu’elle cherchait. Elle scanna l’info à l’aide de son omnitech, remit l’ensemble des notes en place et reprit sa place sur le bureau, attendant tranquillement le retour du jeune agent. Ce fut Johnson qui revint le premier, et celui-ci était d’humeur exécrable, Ikarus avait dû y aller le fort.

« Dégage de mon bureau » hurla-t-il.

Préférant battre en retraite au plus vite avant qu’on ne l’arrête pour vol de donut, elle prit congés poliment de l’inspecteur, croisa Anderson dans le couloir avec son café qu’elle but d’un trait, déposa un baiser sur la joue de l’agent qui était à deux doigts de s’évanouir, et rejoint d’un pas rapide son avocat.

Une fois dans son skycar, les langues se délièrent :
« Synchro parfaite Ikarus, par contre essaie peut être d’y aller un peu plus doucement la prochaine fois avec Johnson, il ne faudrait pas qu’il nous fasse une attaque »

« Que voulez-vous patron, c’est tellement facile avec lui, je ne peux pas m’en empêcher. C’est même à croire que son commissaire lui en veut pour l’affecter aussi régulièrement quand vous êtes soupçonnée. »

« Il y a un peu de ça je pense oui, mais je l’aime bien tout de même. »

« Vous avez eu notre info sinon ? »

« Oui » répondit-elle en pianotant sur l’omnitech. « Il suspecte un humain du nom de Sigmund… Kant ?!… Ses parents devaient avoir un humour… particulier, pas étonnant qu’il est mal tourné ! Et où en sommes-nous côté Elcor ? »

« Notre cible a été clouée au sol par ce petit « incident » d’hier, il ne devrait pas quitter la planète avant demain, mais notre équipe devrait terminée la mise en place du matériel de surveillance avant son arrivée.  C’était chaud mais ça sera bon. C’était quand même un peu gros votre plan.»

«Tu me rappelleras de remercier Linda pour ce judicieux placement de programme dormant dans chaque ambassade de la ville, ça s’est révélé bien utile. Et que veux-tu parfois, dans l’urgence, on n’a pas le temps de faire dans la finesse, et puis plus c’est gros, plus ça passe ! »

« C’est pas toujours ce qu’elles disent » marmonna-t-il, mais Djane ne releva pas, souriant en regardant à travers la vitre.

Ils arrivaient au spatioport et elle voyait son vaisseau flambant neuf acheté à vil prix et à crédit sur 25 ans dans une concession Asari : le Skugga. Ils avaient fait quelques vols d’essai mais ça allait être leur premier voyage longue distance. Elle pianota sur son omnitech et se tourna vers Ikarus :
« Avant le décollage, transmet le nom à notre client, qu’il fasse ce qu’il veut ce n’est plus notre problème. Et je compte sur toi pour vérifier qu’il nous règle dans les temps cette fois, tu sais qu’il est toujours en retard. On part dans une heure ! »

Sur le tarmac, elle voyait au loin Natalia en train de vérifier méticuleusement le tout nouveau matériel médicale, et Ed faire pour la 200eme fois au moins le tour du vaisseau pour vérifier que tout était parfait, comme si il arriverait à voir à l’œil nu le moindre écrou manquant. Son frère et Linda quant à eux étaient absents. Ils devaient déjà être en train de préparer le décollage.

Elle descendit du véhicule et se dirigea vers l’imposant vaisseau, le cœur battant : Une nouvelle aire commençait aujourd’hui.

« Combat »

Classe : Martial et technologique
Barrière : Cinétique
Pouvoirs actifs :
•  Rang 1: Camouflage tactique
•  Rang 1: Décharge
•  Rang 1: Décryptage
•  Rang 1: Leurre
•  Rang 2: Electronique
•  Rang 2: Surcharge
•  Rang 3: Camouflage tactique (attaque de l’ombre)
•  Rang 3: Camouflage tactique (électrique)
•  Rang 3: Sabotage/Piratage

Pouvoirs passifs :
Aptitude :
•  Rang 1: Politique
•  Rang 2: Commandement
•  Rang 2: Informatique
•  Rang 2: Ingénierie
•  Rang 3: Droit

Physique :
•  Rang 2: Adrénaline
•  Rang 2: Athlète
•  Rang 2: Aptitude à l’OmniTech
•  Rang 3: Dextérité
•  Rang 3: Discrétion
•  Rang 3: Perception
•  Rang 3: Sang-Froid

Combat :
•  Rang 1: Fusil à pompe
•  Rang 1: Fusil d’assaut
•  Rang 1: Fusil de précision
•  Rang 1: Mitraillette
•  Rang 2: Armure
•  Rang 2: Elaboration par OmniTech
•  Rang 2: Arme blanche
•  Rang 2: Corps à corps
•  Rang 3: Pistolet
•  Rang 3: Champ électro-haptique

Combinaison :
•  Rang 2: As du tir
•  Rang 2: Elaboration électro-haptique
•  Rang 3: Espion

Inventaire :
Armure (et mods) : Predator (Accumulateur, Régénérateur cinétique, Module d’efficacité de pouvoirs, Module d’adrénaline)
Armes :
Couteau de combat
M5 Phalanx (Amplificateur de force, Munitions denses, IV Blessante,  Matériaux ultraléger)
M-11 Silencieux obtenu au marché noir via l’un de ses contacts impliqué dans un trafic d’arme. (Capteur de combat, stabilisateur, allonge de canon, rechambrage)
Omnitechs : Polaris (Filetage quantique)
Munitions : Shredder
Explosifs de reconnaissance


Dernière édition par Djane Deckard le Jeu 19 Fév - 15:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djane Deckard
Rang 3
Rang 3
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 20/07/2014

Infos rapides
Âge: 29
Profession: Détective Privée
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Djane Deckard   Mer 18 Fév - 17:14

« FICHE DE VAISSEAU »


« Identité »

Nom : Le Skugga
Affectation : Indépendant
Capitaine : Djane Deckard

«  Informations »

Capacité d’accueil : 10 personnes
Capacité de stockage : 75 tonnes
Armement : Système GARDIA
Bouclier : Barrière cinétique
Réacteurs : Propulsion subliminique à Hélium-3 - SLM - accès aux relais cosmodésiques

«  Description »

Le Skugga fait partit des tout derniers de cargos légers modèles Milsia 81 mit sur le marché par Stroldar Corp en 2188. Mesurant 30m pour une envergure de 45m, il propose un design volontairement novateur aux lignes sportives tout en conservant les courbes faisant la spécificité des vaisseaux Asaris. Ce nouveau modèle a été d’abord pensé pour toucher une clientèle plus jeune que celle habituellement acheteuse de cargos légers, souhaitant un vaisseau de petite taille mais rapide et discret, où souhaitant se déplacer avec classe dans la galaxie. Afin de limiter les coûts, l’intérieur du Milsia 81 reste assez spartiate proposant dans sa version de base une soute de 125 tonnes et prévoyant un équipage de 5 personnes. Ainsi dès l’achat, Djane fit modifier en grande partie les équipements intérieurs et la soute afin de mieux correspondre à son besoin.
L’organisation du niveau principal reste globalement inchangée. On retrouve le poste de pilotage pouvant accueillir un unique pilote face au seul élément « vitré » du vaisseau sur l’avant de l’appareil. Celui-ci est ouvert sur un grand espace circulaire au cœur du vaisseau comprenant les différents postes de contrôle de l’équipage ainsi que le celui du capitaine, un peu plus en retrait. De part et d’autre de cette salle, au niveau des ailes, se trouve les 4 petites cabines originelles des membres d’équipage. Chacune comporte un lit simple, et un espace de bureau. Bien que de taille très limitée, elles ont toute été pourvue d’un espace de douche afin que chaque membre puisse avoir un minimum d’intimité à bord.
A la suite des cabines bâbord, on trouve un accès direct sur l’espace salon-repas, équipé d’une table pouvant accueillir une dizaine de personnes et sur une cuisine ouverte sur le côté droit. A l’arrière a été aménagé une zone plus cosy avec deux canapés se faisant face, une table basse et quelques éléments de détente. Côté tribord, en face, se trouve un accès à l’espace médicalisé ainsi que le sas d’accès au vaisseau, et un petit espace de communication.
Enfin l’arrière de ce niveau comporte l’escalier d’accès à la soute, ainsi que la cabine du capitaine. Celle-ci est assez nettement plus grande que les autres cabines de ce niveau  car elle comporte un espace de travail et de communication de plus grande taille, pouvant ainsi servir aussi d’espace de réunion, un lie double, un grand écran multifonction, ainsi qu’une salle de bain.

Le niveau inférieur comportait à l’origine uniquement la soute et le moteur SLM, cependant Djane l’a fait réduire de 40%, la faisant passer à une capacité de 75 tonnes. A la place ont été aménagées cinq nouvelles cabines, à l’image des quatre cabines d’équipage de niveau principale. La décoration y est là identique pour trois d’entre elle car à disposition d’éventuels passagers, la quatrième étant occupée par l’ingénieur de bord.

Enfin l’ensemble du vaisseau a été décoré de manière sobre mais cohérente, essentiellement des éléments type acier ou de fibre de carbone noir. Les lumières sont teintés dans des nuances bleutés à l’exception de la zone de repas dont les tons sont plus chauds et une lumière dite «naturelle». Seules les cabines ont reçus quelques personnalisations comme de la moquette pour celle d’Ed, ou des couleurs dans les roses pour celle de Linda, Djane souhaitant que chacun se sente le plus chez lui possible dans l’espace réduit qui lui est affecté.

«  Liste de l'équipage »

Djane Deckard, capitaine
Karl Deckard, pilote, 25 ans, Humain
Ed Drenfarg, ingénieur, 32 ans, Humain
Linda Rawe, expert réseau et sécurité, en charge de l’entretient à bord, 23 ans, Humaine
Dr Natalia Anissimov, médecin, en charge de la cuisine à bord, 55 ans, Humaine
Ikarus Malic, avocat et en charge de la cuisine à bord, 45 ans, Turien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layla Archer
Super Lala
Super Lala
avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 28

Infos rapides
Âge: 31
Profession: Exploratrice
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Djane Deckard   Jeu 19 Fév - 15:14

*nettoie ses yeux*

C'est vrai elle est enfin là?

*se pince*

Aïe donc oui c'est pas un rêve

Donc alors alors welcome on bord Djane alors alors voyons comment s'en sort cette détective privée accroc aux bonbons

Et bien... rien à dire tout est bon je valide et te souhaite un très bon séjour parmi nous sans réplicants et pavé philosophique en calbute sous la pluie

Si t'as des questions hésite pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melrpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Djane Deckard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Djane Deckard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Dossiers Validés-
Sauter vers: