Rio

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rachel Barclay
M-35 Mako
M-35 Mako
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 30/06/2014
Age : 21

Infos rapides
Âge: 25
Profession: Militaire
Classe: Martiale et Biotique

MessageSujet: Rio   Sam 21 Fév - 20:58

• Date du RP : 27 avril 2189
• Lieu du RP : Terra Nova - Base de la 512eme blindée
• Type de RP : Solo
• Nombres de personnes requises: 0

Une nouvelle fois Rachel observait la verdure des terres de la colonie. L'aube arrivait à peine et le calme plat régnait dans la salle d'entraînement de la base. La brune à la peau mate était debout contre la baie vitrée, front reposé sur son avant-bras plaqué contre la surface en verre, elle se redressait à intervalles réguliers afin de savourer le café contenu dans sa tasse tenue par son autre main. Elle respirait délicatement, calmement tout se réveillant pleinement lentement. Ses yeux noisettes étaient timidement ouverts dû au réveil encore frais. Elle était dans son bel uniforme de sous-officier de couleur bleu foncé, la queue de cheval en guise de coupe de cheveux, ce n'était pas vraiment réglementaire mais elle s'en moquait. C'était en quelque sorte sa nouvelle thérapie, une nouvelle occasion de réfléchir sur soi-même, chose qui devenait de plus en plus récurent chez la biotique. Ces derniers mois étaient particulièrement stressants et éprouvants pour elle. La mort de son père quelques jours après son anniversaire, le démantèlement du réseau terroriste en guise de vengeance, les vacances ratées sur Aïté, le braquage de banque sur Illium, le départ de Tamara juste après son coma, l'attaque de la base de Molovsky... Elle resta coincé sur ce dernier événement. A la fois le plus récent mais aussi le plus meurtrier. Son esprit était hanté par la mort de ses plus proches camarades dont elle pouvait encore percevoir les cris et les appels à l'aide. L'erreur de jugement et de stratégie lui coûta cher, mais plus encore à son entourage. Ce sentiment d'attirer la foudre la tourmentait, la tétanisait, allant même jusqu'à lui faire perdre la raison.

"Rachel... Rachel... Rachel..." entendait-elle dans sa tête. Il n'était pas rare que les soldats traumatisés devenaient fous, bien au contraire.

Plus le temps passait, plus elle se demandait si elle ne devait pas raccrocher. Mais raccrocher quoi ? A quoi ? Le porte-manteau du repos n'offrait pas de place pour elle. Rachel portait le nom de "Barclay", famille de militaires depuis plusieurs générations. Elle était la dernière, mais dernière quoi précisément ? Rachel n'était qu'un outil aux yeux de l'Alliance. Depuis sa naissance tout lui était tracé. Et même avant sa conception. Enchaînée, formatée tel un programme et condamnée à porter ce lourd fardeau. Rachel était devenue une machine à tuer, machine qui commençait à percevoir des émotions qui lui étaient inconnus jusqu'à présent, elle prenait enfin du recul, refusant de continuer dans ce brouillard aveuglant.

Les fourmillements dans son bras d'appui la fit réagir, son front avait coupé la circulation sanguine depuis un moment, elle se redressa donc en baissant son membre endormi. Prenant une nouvelle gorgée de son café devenu froid avec le temps, elle se retourna sous le bruit de la porte ouverte à l'autre bout de la salle. Un homme hispanique fit son entrée, béret sur la tête et datapad dans la main droite, le major Ramirez, fidèle ami du père de Rachel s'approchait. La militaire salue son supérieur en le regardant dans les yeux tout en proclamant fidèle au protocole :

« Major. »

James hocha simplement la tête tout en laissant le coin de ses lèvres s'étirer sur l'extérieur de son visage. Décidant de briser l'ambiance macabre qu'imposait l'esprit militaire, il se contenta de lui poser une question en s'approchant la baie vitrée.

« Je vois que l'on profite de la vue. Ta jambe va mieux ? »

« Je suis en pleine forme, la cicatrice n'est plus à présent. »

« Bien. J'ai reçu cette nuit un message de la Terre, ça vient de là-haut, tu devrais y jeter un oeil. Je vais te laisser, la relève va avoir lieu. » fit James, cherchant une excuse pour s'éclipser

Rachel récupéra le datapad tout juste décrypté, le message semblait plutôt bref si on regardait la longueur du texte. Une fois seule, elle se retourna du côté de l'extérieur afin de lire ce fameux message tout en prenant une nouvelle gorgée de son nectar noir.

Message de l'état-major de Vancouver.

Étrangement Rachel n'avait pas de réaction face à cette annonce. Elle releva la tête en se retenant de sangloter. Ne pouvant se retenir, son diaphragme sursauta, ses yeux commençaient à verser des larmes qui coulaient le long de ses joues lisses. C'était bien la première fois qu'elle pleurait de toute sa vie, la soldate implacable aux grands airs sanglotait lâchement sous l'émotion de ce message. Tant de sacrifice pour ce simple datapad, tout ça juste pour avoir une once d'importance auprès des grosses têtes qui gouvernaient l'humanité dans leur beau fauteuil. Elle sera les poings en faisant glisser son dos sur la vitre vers le bas, jusqu'à se retrouver assise, bras sur les rotules.

Message HRP réservé au staff:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ : Ruskov

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 20/03/2015

MessageSujet: Re: Rio   Ven 20 Mar - 20:12

Citation :
Couleurs :
Mikhaïl Kovaliev : #003300
Opérateur radio : Gris
Pilote : Marron

Mikhaïl Kovaliev était assis derrière son bureau. Il était à peine sept heures et demi du matin et sa « cliente » n'arriverait pas avant huit heures. D'ailleurs, elle devrait même arriver à huit heures si tout se passait bien, et il n'y avait aucune raison que quelque chose aille de travers. Il fit tourner sa chaise pour admirer la vue que lui offrait la baie vitrée se trouvant dans son dos. Il avait beau venir tous les jours ici, il ne pouvait s'empêcher de regarder ce paysage qui provoquait en lui un fort sentiment d'harmonie et de paix. Il avait une véritable impression d'être un témoin privilégié d'un spectacle que la nature offrait à lui, et à lui seul. Il avait cette sensation de n'être qu'un simple spectateur, un étranger, un être minime en comparaison de cette nature qui s'étalait à bien des lieues devant lui. Et à raison car même après sa mort, cet univers qui se mouvait sous ses yeux de jais continuerait d'évoluer à sa guise, sans se soucier du temps passant. La Villa Militar, base militaire pour le moins conséquente, entourait complètement le bâtiment dans lequel il se trouvait et autour d'elle, la mégapole de Rio de Janeiro, qui ne cessait de fourmiller, quelque soit l'heure du jour ou de la nuit, semblait former un second cercle l'encadrant.

Il se retourna une nouvelle fois et fit de nouveau face à son bureau. Il reprit d'une main le datapad qu'on avait déposé plus tôt et le relit pour la dixième fois depuis son arrivée. Sur le livre électronique s'affichait un unique dossier d'un soldat de l'Alliance Interstellaire que l’État-major avait cru bon de convoquer au programme des forces spéciales N. Il était vrai que ses états de services étaient impressionnants et que son comportement restait exemplaire. Une mission en particulier attirait l'attention du colonel Kovaliev : le démantèlement d'un réseau de terroristes ayant porté atteinte à l'Alliance et ayant assassiné un major du nom d'Anthony Barclay. Il se doutait que cette mission n'était pas seulement un moyen de détruire un groupe capable de nuire pour celle dont il observait le dossier. En effet, son nom à lui seul en disait long sur le pourquoi de cette mission. Rachel Lara Barclay, fille d'Anthony et Maéva Barclay. Il comprenait donc que cette opération n'avait pas pour unique but de neutraliser ces criminels. De ce qu'il voyait, l'objectif premier, du moins pour la jeune soldate venant d'être promue capitaine, était la vengeance pure et simple de son paternel. Un acte compréhensif mais qui ne devait pas lui faire perdre de vue qu'elle était d'abord et avant tout au service de la race humaine et de la galaxie. Elle pouvait tout à fait se battre pour ses convictions, c'était évident, mais il fallait que les convictions en question coïncident un minimum avec celles de l'Alliance et de l'humanité.

Il termina son énième lecture du dossier qu'il trouvait très satisfaisant pour un soldat lambda. Néanmoins, cela restait, du moins pour lui, des états de services moyens pour quelqu'un allant tenter d'intégrer le programme N. Même si le capitaine Barclay avait fait ses preuves en tant que soldat régulier, il fallait désormais qu'elle les fasse en tant que membre des forces spéciales, ce qui n'était pas forcément la même affaire. Elle était manifestement une guerrière et une battante, mais des guerriers et des battants, Mikhaïl en avait vu passer en grand nombre. Et peu d'entre eux avait réussi à intégrer le prestigieux programme. Il reposa le datapad tout en pensant que, de toutes façons, seul le temps dirait si la jeune soldate était capable de poursuivre dans cette voie ou non.

Le colonel regarda une seconde fois l'heure. Il était désormais huit heures moins le quart, ce qui lui laissait quinze minutes pour rejoindre la plate-forme sur laquelle devait se poser le véhicule amenant le capitaine Barclay. Il se leva tranquillement et jeta un dernier regard vers un petit cadre en bois sur lequel une femme et un petit garçon apparaissaient, respectivement sa compagne et son fils. Un sourire illumina quelques secondes son visage à la vue avant de disparaître subitement pour reprendre des traits sobres et neutres. Il passa une main sur son crâne rasé et apprécia le picotement que produisirent les courts cheveux qui commençaient à repousser. Il frotta son épaisse et grosse barbe qui lui avait souvent valu le surnom de « Viking ». Enfin, il se dirigea vers la porte qui s'ouvrit automatiquement devant lui et emprunta un long couloir qui déboucha finalement sur une cour où plusieurs hommes faisaient un jogging. Après les avoir salués rapidement de loin, il continua sa route de sa démarche fière et sûre, le torse haut, regardant droit devant lui tel l'homme fort et vaillant qu'il était. Son pas, noble et puissant malgré sa souplesse et sa tranquillité ne passait pas inaperçu et chaque personne qu'il croisa alors qu'il faisait son chemin lui adressa un salut auquel il répondit sans perdre une seconde, ou bien le regardait tout simplement de loin avec une sorte d’admiration peut-être mêlée à un autre sentiment... La crainte ? L'envie ? Impossible à deviner ce qu'il se passait exactement dans l'esprit alors embrumé de ces hommes qui osaient à peine lever les yeux vers lui, l'un des instructeurs de la Villa Militar. Il était respecté ici, et même plus que respecté. Sa prestance et sa carrure avait de quoi impressionner et sa voix, nette et profonde, presque envoûtante était écoutée sans le moindre bruit venant déranger l'une de ses paroles. Il fallait savoir que le colonel était un homme calme et qu'il valait mieux éviter de faire s'échauffer son sang au prix d'une remise en place... Plutôt efficace, si l'on pouvait dire ainsi.

Il passa par le poste radio pour voir si son « invité » arriverait bientôt. Il resta derrière l'opérateur et entendit :


- Ici Écho-4, en approche, demande autorisation d'atterrir. Transportons la nouvelle recrue.
- Ici Papa-Charlie, bien reçu Écho-4, veuillez patienter quelques secondes... OK... Écho-4, vous avez autorisation d'atterrir.
- Écho-4 pour Papa-Charlie, bien reçu, en approche, terminé.

La transmission terminée, il reprit sa route...

Mikhaïl monta un dernier escalier et arriva sur l'aire d’atterrissage tant attendue. D'où il était, il pouvait déjà voir l'aéronef amenant la nouvelle recrue potentielle des N. Il était encore assez loin, actuellement, on ne pouvait en voir qu'un point grossissant à vue d’œil. Cette distance était si relative en comparaison de tous les autres voyages que d'autres avaient pu faire. Relative, mais elle apparaissait à beaucoup gigantesque. L'instructeur plaça ses mains derrière son dos et attendit, la tête et la barbe au vent, que le véhicule eut fini son interminable descente. Le doux bourdonnement des moteurs s’estompa peu à peu et laissa place au léger bruit de la brise qui soufflait tendrement sur Rio, tel le bercement qu'une mère ferait pour son enfant, ou le ballottement qu'une mer produirait pour accompagner un navire voguant avec finesse sur les flots calmes. Un unique son rompit cette monotonie qu'Eol semblait créer. La porte s'ouvrit et laissa descendre une jeune femme en habit militaire. Elle s'approcha du colonel et se mit au garde à vous sans mot dire, salut auquel Mikhaïl répondit sans briser immédiatement le nouveau silence soufflant s'étant installé. Puis, après quelques secondes, il dit tout simplement :


- Capitaine Barclay, puis-je voir votre convocation ? La jeune femme pianota sur son OmniTech et le fichier apparut, bien, merci. Bienvenue à Rio mais surtout à la Villa Militar, je suis le colonel Mikhaïl Kovaliev, c'est moi qui vais vous présenter rapidement les lieux. Si vous voulez bien me suivre.

La soldate acquiesça et la paire de militaire se mit en route pour les différents endroits essentiels à présenter à la capitaine. Ainsi, ils passèrent par les dortoirs, complètement déserts à cette heure-ci, par le réfectoire, tout aussi vide ainsi que par l'aile administrative, emplie de ses nombreux bureaux et grattes-papiers affairés sur des dossiers et des choses diverses et variées qui n'intéressaient guère Mikhaïl ou Rachel. Peu à peu arriva la présentation des lieux moins conviviaux comme le complexe  sportif ou le centre de simulation et d'entraînement. Une fois tout cela terminé et réglé, il ramena la jeune femme dans l'un des dortoirs et la pria de s'installer tout en la prévenant :

- Aujourd'hui, vous avez quartier libre pour vous reposer et vous préparer. Demain c'est le test qui déterminera votre avenir, alors c'est dans votre intérêt d'être à l'heure, prête à en découdre. J'espère m'être bien fait comprendre, capitaine Barclay, dit-il d'un air neutre mais convaincant.

Il quitta le dortoir et referma la porte, laissant la nouvelle recrue seule. Ses paroles, dures certes, servaient à « ouvrir le bal » pour bien faire comprendre à cette femme que si elle était ici, ce n'était pas pour des vacances à Rio tous frais payés par l'armée. Non, elle était ici pour prouver sa valeur et son envie de défendre l'humanité, pas pour être une simple spectatrice. Néanmoins, il se doutait que cette idée était bien ancrée dans l'esprit de la jeune femme...

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Système Asgard (Terra Nova)-
Sauter vers: