Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan! - Page 2

[Old] Mass Effect Legacy

Nouveau site : http://www.masseffect-legacy.fr/
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Isïana N'iim
Fan N°1 de Blasto
Fan N°1 de Blasto
avatar

Messages : 1187
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 25

Infos rapides
Âge: 444
Profession: Diplomate
Classe: Biotique et Technologique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Lun 9 Fév - 21:32



« Légende des couleurs »

• #00FF66 : Isïana N’iim
• #FF9900 : Ishra S’Lani
• #99CC00 : Capitaine Tala Nalzasis


Finalement, la réponse en provenance du Destiny Ascension, nous vint et c'est la voix de la chef de l'armada concillienne qui parvint à nos oreilles.

« Ici l'Amiral Kaliss, je vous écoute Neliane.
- Excusez-moi de vous déranger, Amirale, mais j'aimerai vous demander s'il est envisageable de retirer trois vaisseaux de ma formation pour les maintenir loin de l'armada. Ils sont incapables de combattre et ce serait suicidaire de les garder dans mon essaim, demanda la capitaine de la Neliane.
- Une remarque logique. Bien entendu. Répétez l'ordre à tous les vaisseaux qui sont incapables de combattre et … Oh...
- Amirale ? appela la Capitaine Nalzasis, me regardant, ne sachant trop comment interpréter ce « Oh » de sa supérieure, comme moi à vrai dire.
- Une idée qui m'a traversé l'esprit. Mais cela ne change rien à votre demande, Capitaine.
- Bien compris, Amirale. Neliane, terminée. »

La communication avec le puissant cuirassé asari se tut tandis que Tala me regardait, plus que perplexe.

 « Une idée de son idée, justement ?
- Là tout de suite, pas vraiment, répondis-je en haussant les épaules.
- On le saura bien assez tôt après tout. »

Après avoir dis cela, Tala ordonna aux frégates hors combat encore en état de voler dans l'espace de se replier. Il n'y avait toujours pas de réaction de l'Amirale. Et des pirates de Molovsky non plus à vrai dire.

C'était presque surnaturel. Après tout ce carnage. C'était comme si rien ne s'était passé. On aurait pu le croire, si on mettait de côté les innombrables débris métalliques et épaves qui jonchaient l'espace. Des capsules de sauvetage étaient repêchées un peu partout. La Neliane avait d'ailleurs à son bord accueilli quelques soldats turiens et volus rescapés et prêts à repartir en attendant dans les deux navettes asari.

Finalement, la voix de l'amirale asari retentit sur la Neliane et fut répétée dans tout le vaisseau, suite à la demande de celle-ci. Tout le monde avait gardé son souffle, attendant avec une certaine anxiété la suite des opérations.

« Bonjour à tous. Pour ceux qui ne reconnaîtraient pas ma voix, je suis l'Amirale Kaliss. C'est moi qui dirige cette armada. Comme vous l'avez remarqué, Molovsky et sa bande nous ont offert de vilains cadeaux. Il convient donc d'innover, la méthode conventionnelle n'ayant pas lieu d'être ici. De ce fait, nous allons rentrer dans leur jeu. Comment faire ? C'est en réalité très simple. Molovsky aime bien récupérer les équipages déserteurs. Offrons lui donc cela. Faisons lui croire que nous en avons parmi nous. Cela étant ... »

Elle se tut un instant. A l'intérieur de la passerelle de la Neliane, le calme était le plus total. A part un grattement de gorge d'une officier qui fit réagir Tala, n'ayant visiblement pas envie de briser ce silence presque religieux.

 « Elle est sérieuse ? Molovsky tomberait dans le panneau ?
- Cela me laisse perplexe également. Cela dit, j'ai cru comprendre qu'il y avait eu des désertions de ce type durant la traque le mois dernier et ... »

Je me tus soudainement car Inia reprenait finalement la parole. Je me penchai vers le siège de la capitaine de la Neliane pour murmurer mes commentaires, celle-ci faisant de même en retour, tandis que la voix de l'amirale continuait de retentir.

« Il ne s'agira bien évidemment pas de vrais déserteurs mais d'hommes et de femmes spécialement sélectionnés. L'objectif pour eux et de débarquer des troupes et des véhicules pour éliminer ces canons Thanix. Sans eux, il sera plus facile pour nous de prendre d'assaut sa base. Il ne faut bien évidemment pas trop de vaisseaux pour que cela reste crédible. Les vaisseaux répondant à ses critères et volontaires sont priés de se présenter une fois ce message terminé. Pour terminer celui-ci, le Destiny Ascension sera de la partie. Nous allons simuler ma prise d'otage par des « rebelles » qui voudront offrir le Destiny Ascension. Pendant ce temps, tous les autres vaisseaux, vous ferez un court bond en SLM pour être en périphérie du système pour simuler une retraite désordonnée. Mais vous serez prêt à revenir lorsque je donnerai le signal. Destiny Ascension, terminée. »

Il y eut un nouveau silence. Toutes les officiers asari regardaient en direction de Tala. Celle-ci le remarqua et haussa le ton.

 « Vous n'avez pas entendu ? Allez, on s'active ! On reste en essaim mais on se repli un peu en marge du reste de l'armada ! »

Et l'ambiance au sein de la passerelle de commandement changea du tout au tout. Une activité et des ordres fusèrent dans tous les sens. Sur l'hologramme, je pus voir effectivement l'armada concillienne se disloquer tandis que le Destiny Ascension et quelques autres vaisseaux alliés se dirigeaient vers la base de Molovsky.

Mais ce qui me surprit d'avantage, c'était l'arrivée d'une nouvelle flotte dans le système. La première crainte fut qu'il s'agissait de renforts de Molovsky. Mais au vu des identifiants des vaisseaux, les nouveaux arrivants, si on pouvait les classer comme criminels, appartenaient au contraire à une autre bande. Celle d'Aria. Mais au final, était-ce nécessairement mieux ?

Dans tous les cas, la Neliane et son cortège de frégate s'éloignèrent de l'armada, l'amirale n'ayant pas donné d'ordres contraires même avec l'arrivée d'Aria et son gang. Après quelques instants, le vaisseau sauta en SLM. Cela ne dura qu'une fraction de seconde avant que la frégate ne revienne à une vitesse normale. Soudainement, la géante rouge parut réellement … géante. Les vitres se tintèrent naturellement pour s'adapter à l'étoile éblouissante. La passerelle était soudainement baignée de reflets rougeâtres.

« Et maintenant ?  demanda Lyalna, l'officier navigatrice.
- On attend que l'amirale nous demande de revenir, tout simplement. Profitez en pour boire un coup et pause pipi. »

Il y eut un petit flottement, suivi d'un « Quoi ? » curieux de Tala. Personne ne répondit et profita de ce petit laps de temps pour reprendre des forces en allant grignoter une barre de céréales fruités asari et boire un bon verre d'eau. Constatant que les toilettes étaient désertes, j'en profitai rapidement puis remonta à la passerelle de commandement.

Juste quand le signal de la contre-attaque avait été donné ! J'avais à peine repris ma place sur le siège à côté de Tala que la Neliane retournait au milieu du combat. Enfin, pas vraiment. En effet, en s'étant éloign, notre essaim s'était retrouvé à l'arrière de l'armada concillienne.

Je rapportai à Tala la situation globale. La flotte pirate coupée en deux, les forces concilliennes d'un côté, les forces d'Aria de l'autre. Et en plein milieu le Destiny Ascension, qui éloignait les pirates qui s'approchaient trop du cuirassé mais ne bougeait pas non plus. Quand je vis l'orientation du super-canon des pirates … ça pouvait se comprendre. Néanmoins, le fait qu'il ne tire pas me fit tiquer. Plutôt étrange …

« Envoyez les navettes vers l'astéroïde, ordonna Tala.
- Navettes envoyées, indiqua Irissia, l'officier responsable du hangar.
- Espérons qu'elles arrivent les deux à destination » murmura la capitaine de la frégate.

L'ensemble de la passerelle suivit la trajectoire des deux navettes asari. Il fallait dire qu'étant à l'arrière de la formation concillienne, la Neliane n'avait pas beaucoup de cibles à se mettre sous la dent pour l'instant si ce n'était des chasseurs pirates un peu trop téméraires.

Les premiers contacts se firent lorsque les deux navettes traversèrent les lignes pirates après s'être orientés sur la voie tracée par le Destiny Ascension. Il y eut soudain un cri de stupeur qui se répercuta à travers la passerelle quand l'icône radar de la navette d'Ujizia disparut. Et la nouvelle de sa destruction fut confirmée par sa sœur, Selzia, qui lâcha une volée de jurons sur le canal de communication avant de sangloter, continuant malgré tout à suivre son cap. Celle-ci arriva finalement à bon port et largua ses troupes.

« Qui était présent dans la navette de la pilote Iriori ? demanda Tala d'une voix qui fut calme, bien que je pus sentir à la manière dont elle était crispée sur son siège que cela l'avait affectée.
- Outre la pilote, l'Officier E'Kasli qui avait insisté pour aller en première ligne, la technicienne Pheuyi et l'armurière Viazi. Pour l'équipage. Il y avait également une Turienne et deux Volus receuillis.
- La liste s'allonge » soupira la capitaine.

Je ne pus que hocher gravement la tête. La question à ne pas poser était surtout : était-elle terminée ? Je regardai l'espace devant nous, où se trouvait la flotte et où les nombreux tirs échangés venaient illuminer la nuit spatiale. Un frisson traversa mon échine. Déesse, mais qu'est-ce je foutais là moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Urdnot Uoldar
Rang 4
Rang 4
avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 24/12/2013
Age : 22

Infos rapides
Âge: 442
Profession: Soldat d'élite
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Jeu 12 Fév - 5:13

 « Code couleurs des PNJs principaux » a écrit:

• #AE0505 : Urdnot Uoldar
• #6600FF : Tectus
• #666633 : Kelor Jarunt
• #999999 : Pilote
• #D6B474 : Jeune turien
• #006600 : Krogan
• #FF9933 : Kork


...
-  Rapport?
- Les moteurs ont grillé. Il va falloir réparer... répondit le pilote, une Turienne

Ce fut les derniers mots "sensés" dans la navette, après cela, Tectus entra dans la cabine de pilotage et il y resta longtemps, tentant d'entrer en contact avec le reste des forces conciliennes, mais malheureusement, le système de communication semblait avoir été détruit lors du crash. Puis le turien sortit de la cabine, l'air sévère et inquiet pour commencer à faire les cents pas dans la navette, devant les troupes, cela ne rassura personnes de voir le "chef" dans cet état et la tension commença légèrement à monter.

Après plusieurs de longues minutes d'attente, dont le seul bruit animant l'endroit étaient les pas de Tectus sur le sol de la navette, un turien se leva et fixe Tectus.
- Lieutenant... ? Quels sont les ordres ?
- Les ordres sont... Sont... il le fixa puis il se passa la main sur le visage Je n'en sais rien... il reprit sa marche
- Et qu'est-ce que l'on fait dans ce cas ? On attends ? demanda un krogan assis non loin
- On attends déjà la réparation des moteurs... Et cela risque de prendre du temps. indiqua Tectus sans s'arrêter

Plusieurs soupirs se fit entendre dans la navette, puis le silence revint, mais il fut vite interrompu par le grognant d'un krogan qui se redressa. Tous les occupants de la navette le fixèrent ainsi que Tectus, qui le fixa un fois orienter vers lui.
- J'en ai marre... Voilà ce qu'il se passe quand on laisse un coincé du cul diriger une opération demandant de l'improvisation...
- Qui êtes-vous ? demanda Tectus en fronçant les sourcils Et vous pensez pouvoir mieux faire peut-être ? lui rétorqua-t-il légèrement énervé
- Kelor Jarunt. lança-t-il d'un ton sévère Et ouais, je pense faire mieux que vous.

Les deux protagonistes se lancèrent dans un débat d'autorité qui n'intéressa pas le reste des occupants, au moins, au début... Car plusieurs soldats se laissèrent prendre dans le débat à cause de l'impatience et du stress ambiant. Certains se mettaient du côté de Tectus, surement par loyauté, tandis que d'autres virent soutenir Kelor, pour la plupart des Krogans et il fallait le dire, cette situation n'arrangea rien.
- Vous pensez avoir les épaules pour ça ? Vous flancheriez au premier ordre à donner ! lança Tectus
- C'est sûr qu'avec ton balais mis là où j'pense, t'aurez du mal à flanchez ! rétorqua Kelor d'un ton sec Mais moi au moins, j'ai pas besoin d'un tel soutient ! termina-t-il en souriant tandis que plusieurs rires ce firent entendrent
- Et vous pensez faire quoi ? Vous lancez çà l'assaut de la station ? Sans repère ? Sans renforts ? il regarda autour de lui Sans navette ?! À moins que de flotter d'astéroïdes en astéroïdes jusqu'à la station fait partit de votre plan... dit-il en ricanant légèrement accompagner par celui d'autres turiens
- Et pourquoi pas ? J'préfère ça que d'attendre ici avec des piafs ! il pointa Tectus du doigt T'as peur de te geler le ders'ch dehors ?
- Vous êtes sérieux ? Par les Esprits... dit-il en ricanant Sérieusement ? Et vous pensez y arrive en vingt minutes ? Vous êtes vraiment pathétique... Je ne vois pas pourquoi je vous écoute.
- Et moi, j'vois pas pourquoi j'te colle pas un pain pour te faire taire !
- Essaie donc pour voir...

L'ambiance s'électrisa instantanément, les deux protagonistes venant presque aux mains, mais cela ce limita à des repoussements et des pointements de doigts, tandis que les "spectateurs" suivirent le mouvement. Uoldar fixa la scène, appuyer contre le mur, il soupira longuement en se disant qu'il aurait mieux fallut exploser avec le vaisseau que de rester coincer ici, mais puis il se rappela de vieux souvenirs de l'époque où il commandait son Krant... Et cela remontait à loin.
- Non...  Je ne vais pas commencer à jouer au "Shepard"... Je laisse les responsabilités à d'autres. pensa-t-il
- Tu penses que c'est la meilleur solution chef ? Tu sais bien qu'non. dit une voix sortant de ses souvenirs

Uoldar se figea et devint pâle quelques instants, puis il secoua la tête légèrement en serrant les dents.
- Un souvenir... C'est un souvenir...
- Qu'est-c'qu'on fait Chef ? On fonce ? Ce serait marrant... continua la voix Ou bien, on contourne ! Ce serait plus drôle d'voir leurs tronches en venant par derrière.

Le krogan fixa le sol, silencieux, tandis que tous ce qui l'entourait semblait n'émettre plus aucun bruit, il releva la tête et il vit un krogan tout droit sortit de ses souvenirs. Uoldar le fixa longuement sans rien dire, puis il baissa la tête pour l'ignorer.
- Allez... Essaie au moins, c'est soit ça ou bien tu restes ici avec, peut-être, la chance d'être récupérer par un vaisseau après le combat. l'illusion se cura les dents avec un couteau
- C'est peut-être mieux ainsi. soupira Uoldar en fixant le sol
- Mhmh. indiqua le krogan en secouant la tête Tu as fais une promesse 'Chef. il le fixa d'un air sérieux
- ... Je sais... Thromka. murmura-t-il en fermant les yeux.

L'illusion sourit légèrement, puis il hocha la tête lentement et il se dissipa lentement, disparaissant de la vision d'Uoldar. Les sons ambiants revinrent et il redressa soudainement la tête, comme sortit d'une légère torpeur tout en fixant le milieu de la pièce et rien n'avait changer. Il soupira légèrement, puis il se redressa pour se diriger vers la porte de la cabine de pilotage et une fois devant, il entra d'un pas lent. Une fois à l'intérieur, il vit le pilote, une turienne, pianoter le panneau de commande pour afficher le schéma de la navette.
- J'avance Major... Mais j'aurais besoin d'aide pour agir directement sur les moteurs et... elle se retourna et fixa Uoldar, légèrement surprise Oh... Pardon, je pensais que vous étiez le Major...
- Ce n'est rien... Mais disons que le Major est... "déborder par la situation". dit-il en regardant par dessus son épaule.
- Je vois... elle soupira Quand rien ne va comme prévu, les gradés turiens ont parfois du mal.
- J'imagine... Mais vous disiez devoir bidouiller les moteurs ? demanda-t-il
- Oui, mais seule, cela risque d'être long et compliquer.

Uoldar haussa légèrement et la fixa.
- Je peux demander à certains gars de vous assistez si j'en trouve avec les compétences adéquats.
- Ce serait le pied. dit-elle en pianotant son clavier J'attends votre retour, monsieur... ? elle regarda par dessus son épaule
- Uoldar... répondit-il en se retournant vers la porte

Le krogan passa de nouveau la porte et une fois à l'arrière, il fixa le groupe au centre de la navette qui n'en n'étaient toujours pas venu aux mains, mais son regard se porte finalement sur un petit groupe sur sa droite qui semblait ignorer la dispute actuelle, il était constituer de deux krogans et de cinq turiens, Uoldar s'en approcha en les fixant du regard.
- Dites, le pilote à besoin de sortir pour réparer les moteurs... 'Nous faut deux volontaires capables de l'assister au besoin,  qui se dévoue pour l'accompagner ?

Deux turiens, assez jeunes, se fixèrent et levèrent la main, le krogan soupira de soulagement.
- Bien, aller voir la dame dans la cabine et faites ce qu'elle vous dit.
- Compris. dirent-ils en se levant et entrant dans la cabine
- Et nous ? On peut faire quelque chose ? demanda un des krogans Rester là a ne rien faire m'énerve... On veut aider.
- Heu... Uoldar se lissa le menton Toi, avec le reste du groupe, aller inspecter la soute et faites moi un rapport sur les dégâts internes.
- Ok. dit le krogan en se levant Compris les gars ? On s'occupe de ça.

Le groupe se leva et hocha la tête en évoquant le fait d'enfin bouger et du fait que quelqu'un avait enfin décider d'agir, ils commencèrent ensuite à inspecter le vaisseau en notant les dégâts, puis quelques personnes du gros groupe les regardaient faire avant de s'en approcher pour savoir quoi...
- Vous faites quoi là ? demanda un krogan à un turien inspectant le vaisseau
- On fait un rapport des dégâts, faut bien faire quelque chose au lieu de rien faire. lui répondit un turien en fixant la dispute
- Et le rapport, vous le faites à qui ? Car si c'est aux deux gaillards là-bas... indiqua-t-il en soupirant
- Nan, à lui. dit-il en pointant Uoldar du doigt, qui discutaient avec d'autres soldats voulant aider.

Le krogan et plusieurs soldats se fixèrent, puis haussèrent les épaules, ils allèrent à la rencontre d'Uoldar, qui fut étonner de voir une bonne partie du groupe le fixer.
- On peut aider ? demanda une partie du groupe en coeur
- Mhhh... Faudrait faire une vérification du matériels encore utilisable, tout ce qui pourrait servir. dit-il en fixant le groupe Ainsi qu'un rapport sur les dégâts externes du vaisseaux, mais pas trop de monde... Évitons d'attirer l'attention. termina-t-ll en fixant chaque membre un à un.

Le groupe hochèrent la tête et se mit au travail, après cela, le krogan entra de nouveau dans la cabine et contacta le pilote qui était sortie depuis un moment.
- Alors ?
- C'est moche... Mais réparable, il me faut juste du temps, après on pourra rentrer. dit-elle via l'intercom.
- Ou bien en profiter... Nan ? On à un champ d'astéroïdes pour avancer et une navette entière à disposition... Sans compter que la station n'est pas loin et avec de la chance, leur attention est fixer vers le gros de la flotte.
- Mhhh... Pas bête, il faudra juste faire un check-up et...
- C'est en cours, j'attends les rapports des gars et on sera quoi...

Puis la porte s'ouvrit et un jeune turien entra.
- Rapport interne fait, dégâts mineurs et réparable. dit le jeune turien en se tenant droit
- Parfait, vous pouvez vous en occupez ?
- Oui chef ! On s'en occupe ! dit-il en sortant de la navette
- Chef ? Hein ? Et petit reviens, je ... ! il soupira
- Oh ? Vous avez pris le commandement ? demanda la pilote
- Je n'ai rien pris du tout... soupira-t-il en fixant l'intercom J'ai juste agis... Rien de plus.
- Et bien, il semblerait que ce soit le cas. dit-elle en rigolant doucement Je vous recontacte une fois cela réparer, " Chef".

Uoldar rigola d'un air las en coupant l'intercom, puis il entra de nouveau dans la navette pour voir la totalité de la navette travailler, sauf deux personnes, Tectus et Koral... Mais ces derniers furent vite interpeller par l'activité ambiante et furent interpeller par deux krogans et un turien.
- Et vous deux, au lieu d'papoter, aidez-nous à bouger les caisses de munitions...Elles 'vont pas le faire toutes seules.  dit un des krogans en donnant une caisse à Tectus.
- Hein ? Mais... il fixa Koral et il eu une sorte de déclic, puis il alla aider les autres.
- J'ai une tête à porter des caisses ? grogna Koral Qui à ordonner ça ?

Le krogan glissa son regard sur Uoldar et il le pointa du doigt, puis Koral s'en approcha, le regard mauvais.
- Et depuis quand c'est toi qui donne les ordres ?
- Depuis que j'ai décider d'agir, au lieu de rester à parler chiffons avec le Major... dit-il en croisant les bras
- Je refuse ton autorité ! Pourquoi on t'écouterait ?! hurla Kelor, montrant sincèrement que d'être sous les ordres de quelqu'un ne lui plaisait pas
- M'écouter ? C'est peut-être en agissant et donnant aux autres quelque chose à faire plutôt que de rester assis à attendre et à regarder un jeune Pyjak qui tente de poser son carrer sur la table... il afficha un léger sourire narquois Mais toi tu n'es pas faire pour ça, c'est certain.
- Ah ouais ? dit-il un levant le poing et en affichant un regard mauvais Je suis Kerol Jarunt ! Notre clan est celui des chefs, des meneurs et aussi...

Il ne put terminer sa phrase, car le crâne d'Uoldar vint s'abattre sur le sien qui ne s'attendait pas à cela, Kerol posa un genou au sol et grogant de douleur tout en se massant la plaque frontal.
- Car tu causes trop et tu n'agis pas assez... Le temps que tu finisse ton discours, on aurait déjà terminer les réparations et on serait déjà à la station. il tendit sa main vers Kerol et hausse un sourcil. Alors ? Tu nous aides à bouger d'ici et à, peut-être, fendre des crânes ? Ou bien tu vas nous regardez et ne rein faire ?

Kelor grogna quelques instants, puis il attrapa la main d'Uoldar pour se redresser.

- J'aide... dit-il en le fixant et semblant cracher le mot qui suivit ... "Chef".
- Mhh... il grimaça légèrement, ce mot ne semblait le ravir Va donc aidez aux munitions, ils ont besoin de bras.

Kerol hocha la tête et s'éloigna, complétant le tableau d'une équipe entière travaillant ensemble pour partir d'ici et continuer le combat, cette image fit sourire Uoldar, qui entra dans la cabine pour pianoter les commandes à la recherche d'alliés ou d'ennemis proches. Puis des soldats arrivèrent à un à un, donnant des rapports ou bien demandant la suite des opérations et Uoldar y répondit naturellement, puis il retourna à ses commandes dans le silence. Mais une personne en particulier entra dans la cabine et fit le salut turien.
- Major ? il se redressa
- Monsieur. il inclina la tête et garda son posture Je viens vous faire le rapport des munitions, nous avons tous rassembler et tous inspectez. il afficha un sourire Nous aurons de quoi les saluer ces pirates.
- Nan mais... Major... Uoldar soupira et se passa la main sur le front Vous jouez à quoi ? Maintenant, il faut reprendre les rennes de l'opération.

Tectus afficha un sourire et secoua légèrement la tête.
- Non Monsieur.
- Hé pourquoi ça... ? demanda-t-il en plissant le regard
- Ces hommes m'ont vu faible... Incapable d'agir dans mes fonctions. il relâcha sa posture Tandis que vous, vous êtes sortie du lot pour reprendre les rennes tandis que personnes n'agissaient. il se retourna et fixa la porte un instant Et puis, vous avez l'air de savoir ce que vous faites. il regarda par dessus son épaule Sans oublier cette... "aura". On dirait presque un Chef de guerre. dit-il en rigolant et en sortant de la cabine J'y retourne Chef et je vous préviendrais quand tous sera prêt.

Uoldar soupira et se posa lourdement dans le siège, fixe le sol dans un long silence... Puis, après quelques instants, il redressa lentement la tête pour voir le souvenir de tout à l'heure.
- Tu vois ? T'es fais pour ça Boss. dit-il en ricanant.
- Ouais... Et regarde le résultat. dit-il en le montrant de la main T'es mort ! Ainsi que les autres... il baissa de nouveau la tête
- Ouais... C'est la vie. dit-il en haussant les épaules Tu peux pas prendre tous les morts pour toi... C'est triste, mais il faut continuer et persévérer.
- ... Ça se voit que tu es une "illusion", toi être aussi bon sur les mots... Mon oeil. dit-il en ricanant.
- Ouais... Surement, mais bon, tu y es maintenant, tu vas les lâcher maintenant ? demanda-t-il en souriant

Uoldar le fixant et voulu répondre, mais il se stoppa dans son geste, puis il soupira en fixant le sol.
- Voilààà... le krogan garda un sourire Allez, vas-y Chef et pète quelques culs d'ma part. dit-il en se dissipant.


Puis, lorsque Uoldar redressa la tête, il vit la pièce vide et se retourna pour fixer le tableau de bords tout en inspectant les schémas et les rapports. Soudainement, une main le fit sortir de sa concentration, il regarda par dessus son épaule et vit le pilote, elle le fixa avec un sourire aux lèvres et elle fit le salue turien.
- Voilà Chef, les moteurs sont réparer et les hommes vous attendent derrière. dit-elle en s'asseyant à la place du pilote.
- Bien. il se redressa lentement et soupira légèrement.
- Ça ne va pas ? demanda la turienne en penchant légèrement la tête sur le côté
- Je ne sais pas... dit Uoldar en s'arrêtant devant la porte Cela fait longtemps que j'essaie d'éviter à avoir jouer le chef... il se retourna lentement
- Expérience personnel... ?
- Ouais...

La turienne haussa les épaules et le fixa
- Vous savez, chez nous, les turiens... Les meneurs d'hommes ne naissent pas ainsi, c'est seulement par leurs faits qu'ils le deviennent et ce genre "d'aura" ne disparaît jamais. elle lui afficha un sourire Et d'après ce que j'ai put voir et entendre, vous êtes comme un "poisson dans l'eau" à ce poste. puis elle se retourna vers ses commandes et alluma les moteurs Ramenez aux moins ces hommes chez eux et après, vous y repenserez, non ?

Uoldar la fixe un instant, puis il passa la porte et se retrouva face aux soldats au garde-à-vous, un léger soupir résonna dans son esprit pendant qu'il regardait chaque visage face à lui, puis, à sa surprise, Tectus était aussi au garde-à-vous et il éleva la voix.
- Monsieur. Quels sont les ordres ?

Le krogan prit grande une inspiration et fait une série de pas en réfléchissant, puis il s'arrêta face à eux et les fixa.
- Comme vous le savez les gars, nous sommes seuls pour le moment... Mais, nous avons l'effet de surprise. Donc nous allons en profiter... dit-il en affichant un sourire. Nous allons donc tenter deux entrées, soit par un hangar où nous risquons de rencontrez une certaine résistance ou bien par différent sas de maintenance, où plusieurs groupes pénétreront pour couvrir plus de terrain. Mais nous verrons cela une fois là-bas... Et si il y à de la résistance une fois proche de la station. le krogan fit quelques pas sur le côté. Une fois dedans, on cherche le moyen de faire le maximum de dégâts sur les défenses de la station et sur les effectifs. le krogan fixa quelques soldats Mais pensez-y, si nous pouvons l'atteindre, d'autres groupes le peuvent aussi... Donc faites une reconnaissance visuel avant de tirer. il se stoppa net devant les troupes Des questions ?

Les soldats restèrent silencieux et gardèrent leurs postures de salut. Puis Uoldar allait entrer de nouveau dans la cabine, mais il s'arrêta et fit de nouveau face aux troupes.
- Écoutez... J'vais pas vous promettre monts et merveilles... Il est probable que plusieurs d'entres vous ne reviennent pas. dit-il d'un ton neutre Mais nous sommes là car nous savons quels sont les risquent à prendre pour nos peuples, pour nos citoyens... nos familles. Et nous sommes là pour éviter que des erreurs comme la grande guerre se reproduisent... il fronça son regard Je ne va pas laisser ces pirates de mes deux perturber cette paix qu'on à gagner au prix de beaucoup... trop de sang. Qui est avec moi ?! hurla-t-il en levant le poing droit

Le reste de la navette levant le poing et hurla un " Oui Chef ! ". Uoldar afficha un grand sourire et entra dans la navette pour dire à la pilote d'y aller, après quelques instants, les moteurs s'enclenchèrent et la navette se lança en direction de la station avec comme couvert les astéroïdes. Après plusieurs minutes de silence et de préparation du matériels, la navette se trouva non loin de la station et s'apprêtait à aborder la station... Uoldar espérant juste pouvoir survivre à cela et de ramener le plus d'hommes possibles avec lui, si il réussit cela, il se prendrait quelques jours tranquille... Mais cette pensée disparut rapidement.
- D'abord la mission... Puis le repos. dit-il en souriant.

[ Voilà 'o'  J'espère que ça ira et pour l'action de la navette, je laisse la mauve le faire :3 KISS KISS]

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu
Foudre bleu
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 14/01/2014

Infos rapides
Âge: 432
Profession: Commando asari
Classe: Biotique et Martiale

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Ven 13 Fév - 23:36

Nissara comptait pratiquement chaque seconde pendant le piratage de son équipe. Autour d’elle c’était le chaos et elle essayait tant bien que mal de donner des indications avec son interface holo. Quantité d’information fusait devant ses yeux, et seul des décennies de pratique lui permirent de saisir ce qui défilait. Les forces conciliennes se faisaient repousser petit à petit, les pirates représentaient une force incroyable unie sous la bannière de Molovsky. Une rafale faisant crépiter une barrière attira son attention sur sa gauche avant de voir l’une des commandos d’Asria se faire abattre d’une action téméraire d’un pirate. Nissara n’avait juste rien pu faire, et le meurtrier fut immédiatement punis d’un tire en pleine tête. Astria et N’okia ne devaient leur salut qu’à l’omnibouclier de cette dernière qu’elle avait brandis sous le feus ennemi. La chef d’équipe regarda le corps sans vie de sa chasseresse, le casque et le crane avait explosé sous les tirs. Elle annonça la perte laconique avant de se remettre au travail sous les jurons ou les hoquets de surprise de quelques commandos. Le sang coulait et le prix allait être payé. La porte s’ouvrit finalement laissant un barrage de tir des pirates fauchez les chasseresses imprudentes restez derrière la porte. Nissara hurla de se mettre à couvert, et deux véhicule fendirent l’infanterie fonçant droit sur les lignes arrières.

« Deux Véhicule blindé turien foncent droit vers les Mako, prévenez les ! »

Lâcha la commando au centre de com avant de checker sa propre situation. Les pirates semblaient retranché dans une zone de hangar, il y’avais de multiples couvert mais également un véhicule blindé asari dont la tourelle crachait allègrement ses tirs en direction de la porte. Heureusement que l’arme surchauffait vite, mais la fenêtre d’action était extrêmement courte et pour le moment les chasseresses restaient en retrait sur les flancs de la porte pour éviter le gros des tirs des pirates. Quelques-unes des snipers asari couvrirent tant bien que mal la porte quand Nissara ouvrit un canal pour les équipes au sol.

« On a une ouverture de notre côté, en cours de sécurisation » Elle bascule ensuite sur ses équipes de commando. « Kalita, N’okia Losnia avec moi, les autres vous nous couvrez, on va essayer d’avancer pendant les périodes de surchauffes de la tourelle et Kalita et moi on la contourne chacun d’un côté, N’okia et Losnia vous nous suivez dans le hangar pour foutre le boxon, Nastilia on aura besoin de tes drones et de quiconque pourra en produire. »

« Mais c’est extrêmement risqué comme plans, mon équipe ne pourra pas vous couvrir entièrement vue la présence pirate. »

« C’est ça ou un assaut frontale avec multiples perte, ou lance-roquette mais on en a pas asse, à moins qu’on m’en sorte une demi-douzaine la de suite. Couvrez nous, on va avoir le cul à l’aire sous un gros canon la, mais faites pas les taré !»

Soufflant un coup, la commando fonça en entendant le bruit de surchauffe de l’arme. N’okia, Kalita et Losnia sur les talons, toutes sous leurs plus lourdes protections biotiques ou technique. De deux décharges meurtrières de prêtresse la commando fit voler deux pirates pour sécuriser un couvert pour elle, Losnia elle balaya un groupe de tireur d’une projection puissant en étant couverte par N’okia sous son bouclier et un brusque coup de lance flamme. Kalita fonça droit sur un couvert en projetant plusieurs orbes avant de se cacher et que la grêle d’acier ne reprenne.

Nissara lâcha un chapelet de jurons en sentant la caisse derrière laquelle elle était remuer en tous sens sous les impacts des tirs de mitrailleuse, elle était encore bien trop proche de la porte pour espérer la déborder à la prochaine sortie. Décomptant dans son esprit, et priant surtout pour que ça caisse ne se décompose pas sous les tirs. Après un temps qui lui sembla interminable enfin la surchauffe arriva et la commando sortie de sa position en projetant une taillade sur les pirates en face d’elle. Non seulement elle devait se méfier de la tour, mais en plus de l’infanterie. Par miracle les autres chasseresses offraient un peu de soutiens pendant ce bref laps de temps, obligeant certaines des troupes de molovky à se retrancher à leur tour. Surtout que l’usage de drone permettait de submergeait en partie les troupes ennemies. Trop éloigné du prochain couvert quand la tourelle se remit en branle Nissara s’entoura d’une onde biotique épaisse et chargea au travers de lignes ennemies, fracassant littéralement un pirate au bout de sa course avant de se remettre à couvert. Kalita avait contourné de l’autre côté et Losnia et N’okia étaient plus en retrait pour couvrir plus correctement l’avancé de leur supérieur mais en la jouant prudemment. Heureusement, elles avaient toutes les deux de quoi faire de gros dégâts très rapidement ce qui leur offrait une certaine sureté. A la surchauffe suivante, des drones furent envoyé, une vague de petites boules coloré qui lâcha décharges et missiles pour éparpiller les Pirates et faciliter le travail des asaris en première ligne. Nissara ne se le fit pas offrir deux fois et sortie de son couvert, barrière au maximum. Fonçant comme une dératée sur les tirs croisés. La commando serra les dents en lâchant une décharge de son pretresse, puis une seconde. Chacun des tirs fit mouche et déchiqueta sa cible avant qu’elle rengainer son arme et sortir sa dualista.

« J’ai ! » Lança t’elle pour prévenir son équipe avant de s’entourer d’une nouvelle onde biotique et de foncer droit sur le flanc du véhicule. L’artilleuse asari repéra la menace trop tard et se prit la charge sur tout le haut du corps, provoquant un craquement sonore, surement sa colonne vertébrale.

« Tourelle neutralisé donnez l’assaut ! » Aboya la commando tout en virant le corps sans tarder. La chasseresse sauta dans le véhicule en entama un violent corps à corps avec les occupants. Planta le premier de sa lame elle la laissa fiché dans son corps, une Solia étant bien plus utile dans un endroit aussi exiguë. C’est ce que devait s’être dit le turien qui l’attaqua au couteau de combat qu’elle bloqua avant de dévier la lame dans la gorge de son adversaire. S’en servant ensuite de bouclier contre les tirs au pistolet du dernier pilote, la chasseresse le poussa sur le cota avant de briser le bras d’arme de l’asari et de lui planter proprement la pointe de son arme dans sa nuque.

« J’ai neutralisé le véhicule, si des pilotes veulent s’amuser on à de quoi leur rendre leur dragée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Sinassas
Angel leader
Angel leader
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 26/09/2014

Infos rapides
Âge: 32
Profession: Mercenaire
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Sam 14 Fév - 14:37

Jonathan regarda ailleurs le temps que ses camarades fassent exploser le mur, avant d’entendre des cris de douleurs et de voir deux grenades tombés à leurs pieds.

« Dispersion ! »

L’ordre strident sortir de sa bouche sans qu’il n’y eu pensé, et il se jeta sur le côté. L’explosion lui fit sauter ses boucliers, et il sentit un léger impact dans son dos. Il se releva rapidement avec une idée en tête. Ramener ses hommes à l’intérieur. Il ne savait pas si tout le monde l’entendait, donc il choisit de faire simple. Un cercle de la main. Un signe en direction de l’ouverture. Et éventuellement tapoter l’épaule de ceux qui étaient encore sonné par l’explosion.
Angel Squad réussit donc à pénétrer dans la base. Jonathan vérifia qu’il n’était pas blessé et que sa combinaison n’avait pas de soucis de dépressurisation.  Première règle dans l’armée, vérifié que tu allais bien avant de s’inquiéter au niveau de tes coéquipiers.


« Tout le monde va bien ?
- Doug et moi on va bien, Michael a encaissé le plus gros de l’explosion à notre place.
- Méta ?
- Grrrrrrr… »


Jonathan jeta un regard sur le colosse et vit celui-ci pointer son armure, puis son omnitech.  Il ne comprit pas au début, mais son esprit tactique lui fit rappeler la spécialisation que Michael avait suivie. Une formation au corps à corps. Y compris au Techno blindage. Il se contenta de lui tapoter l’épaule en remerciement, et jeta un regard à Angel Sword, l’autre équipe qui était sous la direction de Jacob Robert. Un regard sur son camarade pencher sur les deux armures vides lui fit comprendre le pire. Deux morts.  Kruzunski et Mick. Avec un soupir il se dirigea vers les cadavres de leur camarade.

« Queen Bee ?  Ouverture des portes, Méta avec moi, le reste, Faction. »

Il s’approcha du corps sans vie de Mick et entrepris de récupérer son matériel. Chargeur, grenade, toute marque pouvant le relier à Angel Squad.
En acceptant cette mission, ils savaient vers quoi ils se dirigeaient, ils savaient qu’ils pouvaient rencontrer la mort. C’était leur boulot.
Il se passa ainsi quelques minutes, ou chacun s’attelait à sa tâche. Il ne restait plus qu’à planquer les corps afin de pouvoir leurs assurer une sépulture décente. Le choix de Jonathan se jeta sur deux armoires suffisamment grandes pour pouvoir cacher les corps.
Avec un soupir, il ferma la porte sur leur camarade, et rejoignit Héloïse, accroupis à coter du boitier de commande menant à la porte supérieur.


« Je devrais pouvoir ouvrir les deux portes, mais il faut qu’on sache vers ou on va.  Soit on monte, soit on poursuit les gars qui étaient la avant afin d’en interroger quelques un. Mais il va falloir choisir. »

Jonathan acquiesça. Ils ne pouvaient pas monter s’ils voulaient obtenir des informations au niveau de leur objectif. S’ils facilitaient l’accès au hangar, il pouvait permettre l’arrivée de renfort. Et ça, ca, ils allaient en avoir besoin.  

« Va nous ouvrir la porte, on va se déplacer en direction du Hangar.
- Roger That »


Jonathan se leva. Il fallait absolument qu’il contacte le Mother of Invention.

« Mother of Invention ?
- Loud an clear Angel Leader. Que peut-on faire pour vous ?
- On va avoir besoin de renfort sur le Terrain, vous penser pouvoir vous arranger pour trouver quelqu’un qui pourrait profiter de notre opportunité ?
- Roger that, je vais voir ce que je peux faire.
- Reçu Mother of invention. Angel  leader out. »


Jonathan coupa la radio et se rendit compte que quelque chose n’allait pas avec le nouveau. Alex Sanchez. Un gamin que Jacob, le capitaine d’Ange Law avait recommandé. Celui-ci parlait doucement au jeune homme, tremblant, replier sur lui-même.

« Tout va bien se passer, écoute, on va y arriver…
-Désoler les gars, mais moi je ne peux pas, il est mort Jacob… mort ! Krunzy est Mort MERDE ! »


Jonathan se baissa lentement vers le jeune homme et le regarda dans les yeux. Il pouvait voir de la crainte dans ces yeux presque d’adolescent. De la crainte. Que venait-il faire ici ?

« Alex ? Tu m’entends ? Regarde-moi d’accord ? Ne faut pas que tu te laisses dépasser par cette peur. Je sais que tu as réussis pire avec Jacob. Donc tu vas prendre sur toi d’accord ? Tu fais partit d’une équipe désormais, et une équipe on se bat ensemble, on vit ensemble, et on se soutient. Si tu te mets en danger, c’est toute l’équipe que tu mets en danger. Donc tu vas te relever d’accord ? Tu vas te relever pour ceux qui restent encore, car on est tous dans ce même pétrin. Fait le au moins pour Kruzy d’accord ? Tu crois sérieusement qu’il voudrait que tu restes dans cet état alors que tes camarades avaient besoin de toi ?
- Non…. »
dit-il à moitié en train de pleurer, à moitié en train de paniquer.

«  Alors tu vas me faire plaisir et te lever de cette endroit, et te battre pour tes camarades. Comme disait un philosophe, il faut pleurer les morts, mais aussi chérir les vivants. »

Les yeux du jeune médecin s’éclaircirent un peu, et il se leva lentement. D’un geste presque absent, il vérifia son arme, avant de regarder Jonathan.

« Désoler monsieur, je ne le ferais plus…. Mais Merci…. » Dit-il lentement. Jonathan s’autorisa un mince sourire et Jonathan se leva. Un bruit de coulissement lui fit comprendre que la porte était ouverte. D’un geste de la main, il rassembla ses hommes autour de lui.

« Angel. On bouge. En formation. Serpent. »

Il se plaça en face de la porte et commença à avancer, son fusil d’assaut vers l’avant. Après cette porte, il y avait une grande coursive. Et une caméra. En plein au-dessus de la porte.  Jonathan soupira. Il détestait les caméras. Elles permettaient d’avoir un avantage tactique sur l’adversaire, et bien utiliser, tu pouvais en déduire les mouvements de tes adversaires. Pas de risque à prendre.
D’un geste souple, Jonathan leva le viseur de son arme et appuya une fois sur la détente. La caméra partie en arrière, et elle retomba piteusement vers l’avant, désactivée. Il ne restait plus qu’à neutraliser l’équipe qui était de garde au Hangar. Jonathan se plaça à côté de la porte sans l’ouvrir. Ils ne connaissaient pas du tout l’endroit. Il fallait donc agir vite et fort. Jonathan sortit son sniper et l’envoya à Michael. Michael utilise en grande majorité son fusil à pompe, donc Jonathan s’en sert parfois pour lui trimballer une arme, dans le cas présent, sa bonne vielle mitraillette. Il se retourna ensuite vers ses hommes.


« Je vais balancer une grenade Flash, Méta en première ligne, tout le monde derrière et on s’éparpille. Surveiller votre zone, et assurez-vous que vous êtes couvert par un camarade. Doug ? Tu travailles avec le jeunot, clair ?
- Yes sir.
- Surveillez votre bouclier, compris ? En place. »


Jonathan se plaça en face de la porte, et attendit quelques secondes, le temps que tout le monde se plaçait.
Il leva trois doigts, avant d’empoigner une grenade flash. Il compta deux secondes, avant d’appuyer sur le bouton d’ouverture de la porte rapidement et de lancer sa grenade. Méta se rua immédiatement vers l’avant, la tête vers le bas, Techno blindage actif ainsi que Omni bouclier déployer.  Jonathan laissa passer Doug et Truong, avant de passer en même temps qu’Héloïse, tenant dans sa main une grenade fumigène afin de permettre aux autres de se disperser plus facilement.  Il activa immédiatement son camouflage, et se déporta sur la droite, en direction d’un monte-charge à côté d’un bloc de moteur de Kodiak. Une fois mis à couvert, il désactiva son camouflage.
Les balles sifflaient dans la salle, et Jonathan jeta un rapide coup d’œil à la situation. Les mercenaires de Molovski s’étaient placés en un demi-u par rapport à la porte, et canardaient la position des Angels. Mais combien y en avait-il ?


« 5 hostile à 3 heures. » Hurla-t-il dans sa Radio.
- 8 à 12 heures ! Moyenne distance.
- 3 à 1 heure ! Besoin des flancs.
- Sniper au fond ? Quelqu’un peu le descendre ? »


Jonathan ne répondit pas, mais se contenta d’empoigner son fusil d’assaut plus fermement avant de jeter un regard en dehors de sa couverture. Une rafale de fusil à pompe vint se pulvériser sur sa barrière cinétique et il fut obligé de se cacher de nouveau derrière son abri précaire.


« Fusil à pompe sur les flancs ! Quelqu’un a une grenade ?
- Ne bouge pas ! »


Jonathan vit Héloïse dégainer une grenade, avant de la lancer au-dessus de lui.
La grenade tomba à côté de la couverture d’où venait les tirs, et l’asarie qui se trouvait derrière se mit brutalement à changer de couverture. Mais Jonathan ne la rata pas. Booster par l’adrénaline, il se jeta en arrière, toujours protéger des tirs de devant par le monte-charge, et visa la jeune bleue. Avant de lui faire sauter son bouclier d’une rafale. Et Doug l’abattit d’un tir au torse. En plein dans les arguments les plus important de cette espèce.  Des arguments de poids.


« Thanks Doug.
- Heuu… De rien ? »


Avec un mince sourire, Jonathan se releva et réactiva son camouflage, avant de se diriger vers le flanc droit. Il se planqua derrière la colonne ou l’Asarie était précédemment planquée et jeta un coup d’œil. Trois pirate, dont un à terre. Il devrait pouvoir le faire. Il récupéra sa mitraillette et vérifia le temps qu’il lui restait sous camouflage. 10 secondes…  Limite mais ça devrait le faire. Il se baissa lentement et s’avança en direction de sa première victime. Brutalement visible, il attrapa l’humain et le pivota en direction de ses camarades, avant de faire feu. Il eut le temps d’abattre un des pirates avant que l’autre eu le temps de réagir. C’étaient des professionnels, une chose était sûre. L’homme sans paniquer visa Jonathan et tira une rafale. En plein sur son épaule visible. Celle qui tenait le pirate humain. Son bouclier cinétique intercepta la majorité du choc, mais il fut obligé de le lâcher pendant un instant. Instant qui allait s’avérer décisif. Son prisonnier lui envoya un coup de coude dans le ventre, avant d’empoigner son fusil à pompe et de tirer. Avant de recevoir un Michael dans la face, Omni bouclier vers l’avant avec son techno blindage activé. Manipulant d’une main son fusil à pompe il lui tira une décharge dans le torse qui le transperça comme une poupée de chiffon. Cette diversion de quelques secondes lui fut salutaire, et Jonathan en profita pour se mettre à l’abri.

« Méta et Angel sur les flancs ! Une info pour nous ?
- J’ai deux gars qui me pilonnent mes drones de votre côté, vous pouvez vous en occuper ?
- Roger that. On va voir ce qu’on peut faire. »


Jonathan compta deux secondes, et se plaça derrière Michael qui tentait de faire diversion du mieux qu’il pouvait. Il tapota l’épaule de son camarade, avant de se lever et de couper sa respiration. Comme au tir au fusil de sniper. Avec son fusil d’assaut. Il visa le mercenaire de Molovski qui se trouvait en face et appuya sur sa gâchette. En plein dans la tête. Son adversaire vit ses barrières exploser sous le choc, avant de recevoir un bon coup de fusil à pompe de la part de Michael.

« Grrrrrrrraaaaa !
- Bien dit mec, on avance ! »


Ils étaient désormais sur le flanc droit de l’adversaire. Juste dans la bonne position.
D’un geste de la main Jonathan déploya son Omni arc et visa une cible. Un Turien qui semblait être leur supérieur. En plein au niveau de son bras droit. Le bras avec lequel il pouvait tirer.


« Angels ! On force ! »

Michael se rua au contact, fonçant sur les deux hommes qui empêchait tous soutien de drone de la part d’Héloïse. Jonathan quant à lui visa un jeune humain équipé d’un fusil d’assaut avant de lui transpercer sa jambe. Il se rua dessus son fusil d’assaut à la main avant de recevoir une balle de sniper dans la jambe. Un sniper à courte portée ? C’était suicidaire ! Ou un acte désespérer. Mais la balle eu l’effet escompter, malgré les probabilités d’échec. Arrêter Jonathan dans sa lancée. Et le faire s’écraser sur l’arme de sa précédente cible.

« Angel Leader à Terre ! Backup ! »

Jonathan roula sur le côté en rechargeant son bouclier manuellement, priant pour qu’il n’explose  pas maintenant. Il serra les dents tandis qu’un mercenaire le mitraillait. Quand soudain le silence se fit dans la salle. Plus personne ne tirait, et cette atmosphère était étrange par rapport à la situation précédente.

« Angel Leader à Terre ! Médic ! »

Il vit Truong s’approcher de lui, déjà prêt à appliquer du Médi-gel sur ses blessures.
Il laissa le médecin faire son boulot, avant de se lever une fois terminé. L’adrénaline redescendait, et il pouvait sentir la douleur venant de l’hématome sur son épaule. Il aurait pu avoir pire. Mais avec Molovski, il fallait agir vite. Très vite. Héloïse se rapprocha de lui, un regard inquiet sur le visage.


« Ça va ? Rien de cassé ?
- Il est opérationnel, évite juste de forcer sur ta jambe d’accord ?
- Roger Doc, quel est la situation Héloïse ?
- On est bon. Ta diversion cavalière nous a permis d’avancer et de neutraliser les restants. Niveau perte on a rien, juste des blessés léger.  Les ordres ?
- Détruisez-moi les caméras du hangar et sécuriser la zone. Bloquer les portes, et ramener moi les deux gars que j’ai transpercé.
- Tu vas en faire quoi ?
- Chercher des infos à l’ancienne. »


Jonathan se dirigea donc vers le panneau de contrôle du hangar suivit de prêt par Michael.


« Rrrrrrrr.... kssss…
- Je sais mec, mais fallait le faire. D’ici on va pouvoir faire entrer des hommes d’Aria qui pourront taquiner en premier ceux qui ont nous attendues. Molovski nous a préparé une bonne surprise….
- Grrrrrrr »
grogna doucement son camarade avant d’aller prêter main forte aux autres.

Qu’est-ce que c’était comme grognement ? De la… Pitié ? Ou de la peine ?
Jonathan resta quelques secondes sans comprendre, avant de soupirer et de ranger cette question pour plus tard. Il avait une porte à ouvrir.
Il rangea son  arme et se mit au boulot. Le piratage, ce n’était pas trop sa spécialité, mais il avait dû avec la force des choses se débrouiller du mieux qu’il pouvait.  Heureusement que Héloïse vint lui tapoter l’épaule afin de prendre sa place. Car oui, il n’avait pas réussi durant les quelques minutes qu’il avait devant lui. Mais ce n’était pas sa faute. Il y avait beaucoup trop de bouton, beaucoup trop de paramétré. Après il y avait toujours la solution du « Je défonce la console en espérant que ça marche. », mais ce n’était pas son genre.
Abandonnant la console à sa camarade, il se dirigea tranquillement vers les deux soldats qu’il avait neutralisés, surveillé par un Michael le doigt posé sur la gâchette. Etrangement le jeunot se tenait son ventre, et Jonathan jeta un regard interrogatif au gardien. Celui-ci eu un petit rire, et fit de sa main droite un geste étrange.

Deux doigts qui avancent.

Un homme qui marche ?

Jonathan fit mine de partir et son camarade acquiesça d’un signe de la tête. Le jeunot avait donc tenté de s’enfuir.  C’était un peu idiot, vu qu’ils avaient fait exprès de les placer près de la première porte qu’ils avaient verrouillé, mais bon, au moins il avait le mérite de l’avoir fait.


« Bon, vous êtes vivant, et J’imagine que vous vous dites, pourquoi vous l’été encore ? Et bien j’aurai quelques questions à vous poser. Un, je sais que Molovski  range chacun des objets les plus précieux dans un endroit en attendant de trouver un acheteur, ou est cet endroit ? Et deux, ou se trouve la salle de contrôle de la base ? »

Il se releva doucement avant de faire quelques pas.

« Après vous avez le choix pour répondre. Soit vous êtes gentil et vous nous donnez les informations, et dans ce cas-là nous pourront nous arranger afin de vous faire sortir d’ici, soit mon camarade vous injecte une dose de thiopental sodique ou sérum de vérité. Ça c’est la méthode douce. Mais après je peux m’éloigner, et laisser mon camarade ici présent, il pointa Michael d’un signe de tête, faire le boulot à ma place. Et disons que lui préférera d’abord vous briser quelques os avant de vous reposer la question. »

Michael conclu ses paroles en grognant sourdement, en un mélange de menace, mais aussi de plaisir. Un plaisir sadique.

« J’oubliais encore une chose. Il y a des mercenaires qui vont pénétrer dans cette base en utilisant ce hangar comme porte d’entrée, et je tiens à préciser qu’ils ne seront pas aussi conciliants que moi. »

Il grignota négligemment une barre chocolatée,  comme si cela était normal. La voie de Jacob résonna dans son oreille, lui indiquant qu’ils avaient bousillés les commandes d’ouvertures à l’extérieur de la salle, ainsi que placer quelques grenades piégés. Un vulgaire système fabricable en moins de quelques secondes, en utilisant juste de la bande collante et du fil. La moindre personne qui passerait tirerait sur le fil et le déclencheur de la grenade. C’était une méthode utilisé dans les tactiques de guérillas du 21eme, ou il fallait des pièges facile à faire, ainsi que facilement transportable.
La voie d’Héloïse vint sonner à son oreille,  lui confirmant que les portes du Hangar étaient ouverte, et qu’elle avait isolée les caméras de la zone. Parfait.
Et ce fut Truong qui prit la suite. Décidément, son oreillette était pas mal demandée aujourd’hui.
Le médecin de l’équipe lui fit un rapport des possibles blessés. Deux trois blessures qui nécessiteront des soins approfondis, à part ça c’était bon. Pas d’hommes incapacités. C’était déjà ça.
Jonathan se retourna et s’abaissa de nouveau face aux deux prisonniers.


« Bon, quel est votre réponse, et par qui on commence ? »

_________________
Bienvenue sur la base de Donnée du Mother of invention.

Accés aux données du capitaine....
Données téléchargés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali T'Kando
Azure Widow
Azure Widow
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 25/04/2014
Age : 26
Localisation : La Citadelle

Infos rapides
Âge: 299
Profession: Mercenaire
Classe: Martiale et Biotique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Lun 16 Fév - 20:30


« - Wow… attends… qui ??? »

Lorsque Zaheed annonça à l’asari qu’elle était la personne dont il parlait jusqu’alors, l’ancienne commando ne put empêcher sa bouche de s’ouvrir en grand, ses yeux de s’exorbiter et sa tête de devenir totalement idiote. Enfin… il y avait de quoi être surpris. De toutes les personnes avec qui Zaheed avait travaillé, Kali n’aurai jamais cru que la personne avec qui il était en contact était Aria T’Loak… la Aria… cette Aria… l’Aria que Kali voulait égaler voir surpasser. Cependant, ce n’était pas le moment de se laisser emporter par un délire mégalomaniaque, l’ancienne commando avait encore beaucoup de chose à faire avant de pouvoir prétendre à s’élever au niveau de la reine d’Oméga alors pour l’instant, elle allait jouer la prudence. Au début réticente à s’approcher de la flotte concilienne (surtout du fait que la Dead Echo ne soit pas spécialement bien vu… ni elle d’ailleurs), le fait qu’une flotte plus conciliante fasse son apparition était d’une grande aide pour Kali et surtout, pour ses plans. Si l’asari avait décidé de mettre à l’écart la Themis, c’était pour éviter d’attirer l’attention et de se faire attaquer et encercler par les pilotes de Molosky. Cependant, allait-elle accepter sa venue ? Il y avait un certain problème dans les calculations de Kali, c’était que si Aria avait des informateurs aussi doué que
Cependant, vu qu’Aria vient de leur proposer de rejoindre la flotte, Kali avait enfin à sa disposition un outil qui pourrait lui permettre d’approcher de la base du pirate : un bouclier. Connaissant les berserkers, qui devaient sûrement être de la partie, ils n’allaient pas perdre de temps et foncer dans le tas créant ainsi une brèche que le reste de la flotte d’Aria allait emprunter afin d’attérir en force sur la base de Molosky. Cette attaque à grande échelle allait sûrement être suivie par la flotte du conseil et obliger le pirate à diviser ses forces, cela voulait également dire, moins de chance de se prendre un coup de Thanix dans les dents et Kali aimerait autant que possible éviter cela. Mourir dans l’espace n’était pas vraiment une fin intéressante. Par conséquent, lorsque la flotte d’Aria commencera son attaque, tout était dans les mains de Karma et d’après Gabriel, c’était vraiment une très bonne pilote. L’asari allait donc croire en elle… de toute manière, elle n’avait pas vraiment le choix.
Après avoir fait le tour de la question, l’ancienne commando ne voyait aucune raison pour ne pas rejoindre Aria alors elle donna l’ordre à Karma de mettre le cap sur elle sans attendre. Puis, comme elle l’avait deviné, la reine d’Oméga ordonna l’attaque sur les troupes de Molosky et la bataille reprit. Cette fois, sans l’effet de surprise provoqué par l’utilisation des canons Thanix, les pirates semblaient légèrement dangereux. Suivant Aria, la flotte concilienne reprit son assaut et la flotte de Molosky fut coupée en deux. Suivant les ordres de Kali à la lettre, Karma se faufilait entre les vaisseaux alliers, s’assurant de toujours coupés les lignes de tir des pirates en laissant d’autres vaisseaux se mettre au milieu et comme il fallait bien qu’elle s’amuse un peu, l’humaine fit chauffer les canons de la Themis pour détruire quelques malheureux pirates qui se retrouvaient isolés de leur groupe. Cependant, malgré l’extra précaution qu’elle prenait, certains tirs touchèrent le vaisseau ne laissant ainsi que peu de repos au mécano de la Dead Echo. L’asari vit également Lynia partir avec le technicien chargé du bon fonctionnement des moteurs, elle devina facilement que cette dernière souhaitait aidé l’humain dans sa tâche. C’était tant mieux, il ne fallait absolument pas que ces derniers lâche sous peine de devenir une cible facile pour les pirates et de connaitre une mort lente, froide et silencieuse. Pendant ce temps sur la passerelle, tout le personnel du vaisseau s’agitait dans tous les sens, chacun savaient ce qu’ils devaient faire et ils gardaient tous la tête froide malgré les secousses provoqués par les tirs ennemis. Il faut dire que ce n’était pas du tout leur premier affrontement dans l’espace, c’était tous des vétérans et leur expérience faisait de ce vaisseau une arme dangereuse.
Malgré tout, Kali se sentait affreusement inutile ici alors, elle se résilia à n’être qu’une simple spectatrice jusqu’à ce que finalement, Karma donne le feu vert pour le débarquement. En attendant, l’asari reprit sa place au milieu du pont et cria des encouragements dans le seul but de garder le moral des troupes au plus haut. Priant pour que la déesse de la justice ne tombe pas face au prince des voleurs, Kali pria la déesse pour que ses hommes et ses femmes qu’elle avait entrainé là-dedans sortent de cette histoire en vie et indemne. Bien entendu, cela ne serait pas le cas… mais c’est tout ce qu’elle souhaitait.

La bataille spatiale était immense, violente et d’un certain côté… magnifique. Elle ne pouvait quitter des yeux l’hologramme reproduisant en temps réel le déroulement de la bataille alors qu’une puissante secousse la déstabilisa. Elle allait tomber à la renverse lorsqu’un humain en armure lourde la rattrapa.
 

« - Je te tiens M’am. »

L’asari afficha un grand sourire, reconnaissant la voix de Gabriel malgré son attirail. L’armure Terminus qu’il avait sur les épaules le rendait terrifiant, plus particulièrement les innombrables impacts de balles, griffures qui prouvaient à n’importe qui que cet humain avait vu un nombre incalculable de combat. Dans son dos, il y avait un M-7 Bombardier au couleur de la Dead Echo et à ses cuisses siégeait deux M-77 Paladin, pour compléter le tout, le plus étrange de sa parure étaient sûrement les deux vielles armes à feu humaine qu’il avait accroché à son ventre. Des armes qui paraissaient inefficace mais entre les mains de Gabriel, elles étaient toutes aussi mortelles que n’importe quel autre pistolet à cartouche thermique. Lorsque Kali finit de reluquer son camarade, elle se remit droite et lui lâcha un merci, doublé d’un sourire enjôleur.  

« - Je vois que tu es prêt.
- En effet, les gars sont tous en bas. Dès que tu en donneras l’ordre, on embarquera tous dans les navettes direction la base de Molosky. Tu as une idée précise de l’endroit où tu veux qu’on débarque ?
- De ce que je vois, les troupes conciliennes semblent avoir pris goût au flanc Ouest de la base de Molosky tandis que les troupes d’Aria semblent décidé à mettre le pied côté Est… nous irons ici également mais je ne sais pas vraiment où… je pense que l’on peut encore attendre un peu… si la chance nous sourit, une opportunité fera son apparition et nous l’utiliserons… sinon, on ira se la créer nous-mêmes… je préfère éviter à Karma de rester trop longtemps sous les feux des projecteurs.
- Ne t’inquiète pas, tant qu’elle est au commande, la Themis ne tombera pas.
- Peut-être mais je ne veux pas qu’elle court des risques inutiles. Lorsqu’on aura débarqué, je veux qu’elle décroche pour se mettre à l’abri… bon, il est temps pour moi d’enfiler mon équipement.
- Aye aye M’am, je vais passer le mot. »

Kali inclina légèrement la tête en guise de remerciement puis elle se dirigea vers les quartiers du capitaine, là où elle avait entreposé ses affaires avec la permission de Gabriel. Dans l’ascenseur qui reliait tous les étages de la Themis, Elizabeth intercepta l’asari, elle semblait préoccupée. Empêchant l’ascenseur de se refermer en restant au milieu, elle dit sans attendre à Kali qu’elle avait des réticences à voir Lynia sur le champ de bataille. Affichant un air légèrement surprise par la réaction d’Eli, Kali fit savoir à l’humaine que sa suivante n’était pas aussi faible qu’elle en avait l’air. De toute manière, elle ne l’obligera pas à l’accompagner connaissant les dangers de cet assaut, cependant, elle lui laisserait le choix. Si elle veut l’accompagner alors il en sera ainsi, sinon, elle restera sur le vaisseau même si, d’après elle, ce n’était pas vraiment plus sûr. Finalement, Kali demanda à Elizabeth de trouver Lynia et de lui faire passer ses ordres, elle pourrait discuter de sa réserve avec la concernée. Lâchant un dernier clin d’œil à l’égard de la jeune humaine, elle lui fit comprendre que la discussion était terminée et qu’il était temps pour elle de se préparer.
Le dernier étage de la Themis avait été réaménagé pour créer des petits box pour les officiers ainsi, Karma, Gabriel et Abaddon avait leur petit trou bien à eux où ils pouvaient déposer leurs affaires. C’était dans la chambre de la capitaine de la frégate que l’asari avait laissé ses affaires. Il fallut très peu de temps à l’ancienne commando pour s’ôter de ses vêtements, enfiler sa combinaison noire puis son armure Spectre. Lorsque toutes les sangles furent fixées, elle s’attaqua ensuite à vérifier ses armes entre deux tremblements provoqués par les pirates. Entre deux vérification de cartouches thermiques, Kali laissa ses pensées vagabondés dans le néant, se remémorant son passé, les joies qu’elle avait vécu… mais aussi le dur retour à la réalité. Il y a un peu moins d’un siècle, elle avait perdu trois de ses camarades… aujourd’hui, elle n’en perdra aucun… et elle brisera en mille morceau quiconque voulant lui donner tort.

De leur côté, le personnel de la Themis se donnait à fond, les artilleurs, les ingénieurs, tout ce petit monde était en plein ébullition. Dans le hangar, les membres de la Dead Echo faisaient le silence, certains étaient même déjà assis au fond des navettes, prêt à débarquer sous les ordres de Kali. L’impatience commençait à les gagner, ils avaient tous hâte de tuer du pirate… ils avaient tous hâte de rendre leurs chefs fières d’eux. Et lorsque Kali apparut dans l’ascenseur qui s’ouvrait sur le hangar en compagnie de Lynia, Eli, Gabriel et Abaddon, ils se levèrent tous à l’unisson et se mirent au garde à vous. Flatté, l’asari afficha un grand sourire sincère puis, prenant une grande inspiration, elle déclara :


« - C’est bientôt l’heure mes amis… c’est bientôt l’heure pour vous de briller… c’est bientôt l’heure pour la Dead Echo de faire raisonner le glas annonciateur de la chute du roi des pirates. Chacun et chacune d’entre vous ont décidé d’elle-même de me suivre sur cette mission… et j’en suis extrêmement heureuse. Je ne pourrai pas imaginer meilleur frères et sœurs d’arme pour m’accompagner aujourd’hui dans l’antre de Molosky. Nous sommes peu nombreux…  mais nous sommes fort… et il est temps de le montrer au monde. La chute du pirate n’est qu’un début, beaucoup d’autres choses nous attendent... mais pour l’instant… il faut tuer du pirate. Ne montrez aucune pitié pour vos ennemis, couvrez-vous les uns les autres, je veux que toutes les personnes que j’ai autour de moi sorte de ce merdier en vie. »

Kali se tut quelques instants, souriant à l’audience avant de prendre son casque en main. Avant de l’enfiler, elle déclara avec un sourire carnassier :

« - Et n’oubliez pas… L’aura biotique de Kali commençait à se manifester légèrement à mesure qu’elle terminait sa phrase. Molosky… est… à… Moi. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rachel Barclay
M-35 Mako
M-35 Mako
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 30/06/2014
Age : 21

Infos rapides
Âge: 25
Profession: Militaire
Classe: Martiale et Biotique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Jeu 19 Fév - 22:39

Les tirs fusèrent sans arrêt en direction des défenses. Il n'y avait pas à dire, c'était du gâteau pour les véhicules postés en hauteur, mais aussi pour les tireurs qui couvraient le débarquement sans trop de difficulté. Rachel avait arrêtée de compter le nombre de fois où elle entendit "Cible détruite" ou encore "En recharge", tout avait l'air de marcher comme prévu, la stratégie de la Barclay fonctionnait.

*T'as vu papa ? J'ai fais comme tu me disais. Pilonner à distance en position fixe si le terrain est difficilement praticable.*

Rien n'arrêtait le M-35, capable d'évoluer sur n'importe quel type de terrain, les stabilisateurs et le système embarqué ne pouvait malheureusement pas calibrer le tir avec une précision suffisante pour atteindre sa cible. Soit elle restait à distance et sur place, soit elle devait s'approcher pour pouvoir tirer en bougeant. La deuxième solution était à exclure, Big-Mommy rentrerait dès lors dans la portée des tourelles et des lances-missiles, ce qui pourrait mettre en péril la mission de l'unité.

« Cible détruite ! Fait chier qu’on puisse pas pilonner en mouvement, il y a de l'action là-bas ! » fit Larripa dans son véhicule, l'air blasé

« On y peut rien, il faut bien couvrir l'infanterie non ? Cible détruite. » répondit Katelyn

« Big Mommy ici le Manille, au rapport. »

C'était la voix du commandant Landstar, Rachel répondit aussitôt, tout en gardant un oeil sur ses instruments.

« Manille ici Big Mommy, nous avançons comme des chefs, les défenses tombent, je répète les défenses tombent. Comment va le Manille ? »

« Le GARDIA dézingue les chasseurs sans soucis, méfiez-vous d'eux Barclay. J'attends votre rapport dans cinq minutes, terminé. »

A peine la transmission fut coupée que la foudre s'abattit sur les artilleurs, trois points rouges firent irruption sur le radar de Rachel, la faisant hurler aux autres de briser la formation.

« CHASSEURS EN APPROCHE ! BRISEZ LA FORMATION SUR LE CHAMP ! »

Les six véhicules se séparèrent dans tout les sens, enfin presque, puisque l'un des véhicules explosa littéralement sur le plateau, manquant d'emporter des marines qui étaient encore dehors. Fort heureusement, les bouclier résistèrent aux impacts, mais ils étaient à plat. Sautant du haut du point de ralliement le Mako enclencha ses stabilisateurs afin d'atterrir le plus lentement que possible sur la surface. L'ambiance changea radicalement, le protocole exigeait d'attendre les ordres et Rachel était tétanisée. Prenant une courte inspiration, elle profita du temps que les chasseurs fassent demi-tour pour remettre les choses à plat.

« Big-Mommy 3 détruit ! Rogue est foutu ! » hurla à son tour Stahl

« Regroupement sur ma position immédiatement ! Shelby, demande des renforts sur tout les canaux de transmission, on est pas équipés pour ça. »

Les cinq survivants tentaient tant bien que mal de rallier la position de Rachel malgré le terrain presque impraticable. Un nouveau passage se préparait, les tirs s'abattaient en même temps que les roquettes antigrav, tel une pluie acide s'abattant sur un pauvre morceau de papier.

« Ils sont où bordel ? Ils sont où ? OH MON DIEU ILS ME CANARDENT ! BOUCLIERS A...*grésillements* »

Big Mommy 5, commandé par le caporal Tarban l'homme à la voix efféminée ne répondait pas. Ce n'est que lorsqu'un membre des marines au sol vit l'explosion que Rachel comprit réellement ce qui s'était passé.

« La structure arrière de BM-5 a été arrachée, je vais voir avec mes hommes si il y a d'éventuels survivants chef. » fit un soldat de l'infanterie

Pas le temps de rêvasser, le pilote du mako de Rachel repéra deux nouvelles cibles. Ils devaient gérer tout cela en même temps et leurs boucliers étaient presque vides.

Le sergent Larripa parcourait la plaine tant bien que mal dans son véhicule, il était le plus proche des deux rampants ennemis et en difficulté.

« Ici Larripa ! J'ai besoin d'aide, mes boucliers sont à zéro et j'arrive pas à trouver une solution de tir ! » cria-t-il totalement apeuré

« Larripa ! J'arrive ! Bouge-pas bordel, j'arrive ! » répondit Rachel en haussant le ton

« OH NON ILS ME VERROUILLENT ! RACHEL ! RACHEEEEEEE... *grésillements* »

Sous les yeux de Rachel, BM-2 explosa littéralement en morceaux. Les forces concilliennes arrivèrent pour s'occuper des chasseurs, laissant les trois M-35 contre les deux rampants, trop tard hélas. Rachel resta une nouvelle fois paralysée, observant comme toujours son affichage, laissant tranquillement les autres s'approcher d'elle, alliés comme ennemis. Mario Larripa, le meilleur ami de Rachel venait de partir à son tour, dans un spectacle d'une rare violence qui n'était pas prêt de tirer rideau.

Un nouveau combat s'offrait à eux, deux rampants contre trois Makos. Les forces de l'Alliance allaient user d'intelligence et de dextérité pour les éliminer sans se faire toucher. Et oui, les boucliers de BM étaient encore trop faibles. Rachel reprit le commandement, sur un ton froid et sec, comme fatiguée. Son énergie vitale s'était comme évaporée, suivant la mort de ses proches camarades.


« Tirez à la coaxiale pour affaiblir les boucliers, dès qu'ils sautent vous tirez aux canon principal. Feu. »

Les trois véhicules blancs tirèrent à la mitrailleuse tant bien que mal, ne laissant pas de répit aux véhicules ennemis qui tentaient d'éviter les tirs. Le saut approchait, et dès qu'il arriva, les trois véhicules crachèrent leur tir en plein dans la figure des rampants pirates. Les deux explosèrent, glissant tranquillement jusqu'aux roues de l'unité gagnante.

« Plus rien sur notre radar chef. Vos ordres ? »

« Manille, ici Barclay. On abandonne l'objectif principal, je répète j'avorte la mission. Demande d'extraction sur la position du crash de Big Mommy 3, à vous. »

Une longue attente se fit...

« Allez, réponds sale con... Réponds ! » grogna Rachel entre les dents.

« Affirmatif, les navettes arrivent sur votre position, terminé. »

« A toutes les unités, vous avez l'ordre de rejoindre le nouveau point de ralliement et de la sécuriser. Des navettes arrivent pour extraire tout le monde, vous retournez sur le croiseur. Terminé. »

« Vous ? » fit Katelyn aux commandes de BM-4.

« J'ai un nouvel objectif. »

« Lequel ? » annonça Stahl

« Ramener la tête de ce connard de Molovsky. Stahl, tu te charge de coordonner l'extraction. »

Le commandant du Manille avait tout entendu, il ne put s'empêcher de rappeler à l'ordre Rachel.

« Annulez cette ordre, vous rentrez tous ! »

« Négatif, j'ai un compte à régler avec ce fumier et...»

« Vous voulez vraiment mettre en péril votre carrière lieutenant ? Dîtes-moi, c'est ce que vous souhaitez ? Tant d'années d'excellence, risquer de voir votre promotion et votre convocation au programme N7 vous passer sous le nez ? Finir en cour martiale c'est votre objectif ? Rentez immédiatement avec vos hommes ! »

« Vous m'avez demandé de détruire les défenses exact ? Donc je vais y aller, exploser cette putain de base en refaire le portrait de cette pourriture de Molovsky. »

« C'est mon dernier avertissement. » reprit le commandant sur un ton très froid et menaçant

« Shelby ? »

« Le Mako n'est plus en état de combattre chef, on se fera descendre avant d'atteindre la base, c'est un véritable no man's land. »

Une aura biotique émanait de Rachel qui entrait dans un état de rage. Donnant un terrible coup de poing sur le tableau de bord, elle se résigna à accepter l'ordre du commandant Landstar.

« Merde ! Manille, ici Barclay, je prépare la ZA pour les navettes. A toutes les unités encore en état de combattre ! Établissez un périmètre autour de la ZA ! » reprit Rachel en hurlant ses ordres de nouveau

Les trois véhicules firent demi-tour pour se diriger en direction du lieu où le mako s'était retourné, à priori tout le monde était mort, excepté Tarban qui était gravement blessé. Trois navettes commencèrent dès lors à faire leur approche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élizabeth Dawson
Tribunal des Corbeaux
Tribunal des Corbeaux
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 26/04/2014

Infos rapides
Âge: 19
Profession: Programmeuse
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Jeu 19 Fév - 23:27

Je n'arrivais pas à croire ce que je venais d'entendre. Zaeed Massani venait de nous annoncer que Aria T'Loak, la Reine d'Oméga avait fait déplacer toute sa flotte et venait en personne pour lancer un assaut contre Molovsky. Je ne savais pas ce que se pauvre diable avait fait pour la mettre dans cet état là, mais pour qu'elle prenne l'affaire autant au sérieux et qu'elle décide de sortir de sa station-astéroïde, cela devait être d'une gravité extrême. Peut être que le pirate avait tenté de l'éliminer ? Si c'était le cas, Molovsky avait sans doute fait la plus grande erreur de sa carrière. Même si la place d'Aria dans la communauté galactique me donnait envie de lui trancher la gorge, j'étais impressionné par l'aura de prestance qu'elle dégageait.

Sauf que le mythe Aria explosa en plein vol quand cette dernière explicita la raison de sa venue, sans se soucier de qui captera les communications. Peut être même était-ce le but de la manœuvre, s'assurer que tout le monde entende et comprenne que pourquoi son courroux allait s'abattre sur l'humain :

- Molovsky. Je sais que tu m'entends ! Pour qui te prends tu ? Que tu sèmes la pagaille au Conseil, je m'en moque royalement. Mais t'ai-je donné le droit d'utiliser mon centre de communication … sur MA station ? Non ! s'écria-t-elle avant de se laisser quelques secondes pour reprendre de plus belle. Si ces idiots du Conseil sont incapables de venir te chercher. Je vais le faire à leur place. La plaisanterie a assez duré. ON NE FAIT PAS CHIER ARIA !

Au moins avait-elle ponctuée son discours de sa fameuse punchline, connue et reconnue dans toute la galaxie mais là raison de sa venue laissée clairement à désirer. Je m'étais déjà imaginé mille et un scénario, l'After Life soufflée par une explosion, la moitié de ses gardes du corps abattus par un commando pirate ou encore un combat de titan entre la Reine d'Oméga et un champion de Molovsky, mais non.  Aria, la grande et majestueuse Aria T'Loak avait fait le déplacement uniquement parce que l'humain avait utiliser son centre de communication sans sa permission. Gouverner son royaume rocheux lui avait apparemment bien monté à la tête.

Soudainement, je fus prise d'un doute immense. Et si Molovsky avait prévu le coup, si il avait prévu qu'en agissant ainsi, Aria se déplacerait personnellement et il aurait alors l'occasion de la tuer sans même avoir à l'affronter directement. Un simple coup de son super Thanix et le vaisseau d'Aria se transformait en épave à la dérive. La reine d'Oméga était la garante de la stabilité de la station astéroïde et par conséquent d'une majeure partie des Systèmes Terminus. Je n'osais même pas imaginer le foutoir que cela serait si l'asari venait à mourir.

Dans tous les cas, c'était le moment ou jamais de prendre l'avantage et cela, Kali semblait l'avoir bien compris. De là où j'étais, je ne pouvais pas l'entendre mais les signes qu'elle fit suffire à me confirmer ce que je pensais déjà. Le Thémis allait rejoindre la flotte d'Aria. Avec un peu de chance, la pilote humaine, qui se nommait Karma si mes souvenirs étaient exactes, allait être suffisamment douée pour nous guider dans la bataille et nous déposer à bon port, à savoir, le plus proche possible de la base de Molovsky, là où nous pourrions lancer un assaut terrestre.

Du coin de l’œil, je vis Lynia partir avec un humain. Étant donné la tenue que ce dernier portait, c'était certainement en rapport avec les machines. L'asari avait donc aussi des compétences en mécanique ? Décidément, elle ne cessait de m'étonner.

Mon fil de pensée fut interceptée par une violente secousse qui m'envoya contre la carlingue du vaisseau. Je sentis mon pouls s'accélérer de plus en plus vite et ce n'était pas du à l'excitation du combat. En réalité, cette secousse venait de me rappeler que j'étais à bord d'un vaisseau qui fonçait droit vers l'ennemi. Un vaisseau dans l'espace. Dans le vide. Avec un canon capable de le couper en deux aussi facilement que si cela avait été une feuille de papier. Et que je ne pouvais absolument rien y faire. Je haïssais cette sensation de devoir s'en remettre au destin, d'abord parce que je ne croyais pas en ce dernier, et ensuite, parce que si il existait vraiment, je doutais fortement de sa bonté envers ma propre personne.

Chassant ces sombres idées de ma tête, je revenais à Lynia. Allait-elle nous suivre dans la mêlée ? Non que je voulais être offensante, mais elle ne semblait pas être une combattante. Je décidais donc d'en couler un mot à Kali.

- Écoutes, lui dis-je en saisissant le bras de la mercenaire pour l'amener à l'écart. Sans vouloir offenser Lynia, je doute que sa présence sur le champ de bataille soit une excellente idée. Est-ce qu'elle sait seulement se servir d'une arme ? lui demandais-je de façon plus rhétorique qu'autre chose.

Mais Kali me répondit sans y prêter attention que Lynia était tout à fait capable de se défende, il ne fallait pas s'en faire sur ce point. Après tout, elle l'avait elle même entrainée. C'était sans doute un gage de capacité. Elle m'expliqua aussi que de toutes les façons, si Lynia ne voulait pas la suivre au combat, elle respecterait son choix. Apparemment, Kali ne voulait que des volontaires dans ses rangs. Compréhensible, les conscrits avaient tendance à fuir dès l'engagement au corps à corps. Elle termina en m'envoyant chercher la concernée, et de discutait avec elle si je voulais effacer mes derniers doutes la concernant.

Et c'est ce que je fis, empruntant les escaliers pour descendre aux niveaux inférieurs. Là, dans le vacarme des moteurs et le brouhaha des mécaniciens, je finis par mettre la main sur Lynia.

- Euh ... Salut, tu fais quoi ? demandais-je avec maladresse.
- J'aide comme je peux les mécaniciens. Ça m'aide à oublier où je me trouve... un peu.
- Ouais, j'connais ça. L'espace, tout ça. Ce putain de vide après la carlingue ...
- J'aime l'espace mais je ne peux pas vraiment dire la même chose des batailles spatiales.
- Et les batailles terrestres ? demandais-je en fixant mon regard dans le sien.
- J'ai survécu aux moissonneurs, est-ce rassurant à vos yeux ? me répondit-elle avec une pointe de défi dans la voix.
- Excuse moi si je t'ai offensé, je ne voulais pas. C'est juste que ... rah, tu dois vraiment me prendre pour une idiote. C'est juste que je ne connais pas tes capacités au combat.
- Si je dois être honnête, elles sont nulles comparées à tout ces ex-militaires. Mad... Kali m'a entrainée ces derniers mois mais je suis loin d'être un soldat.
- Ok, dis je en hochant la tête. Reste près de moi dans ce cas là, continuais-je avant de me rattraper en voyant la tête que faisait Lynia. Enfin, c'était pas un ordre, hein ? Juste qu'on aura plus de chances de rester en vie si on est deux ...

Misère de misère. Il allait vraiment falloir que je fasse un effort si je voulais pouvoir un jour espérer tenir une conversation normale avec un inconnu. Heureusement pour moi, Lynia n'en rajouta pas une couche et me répondit simplement d'un mouvement de la tête.

- Bon, je crois que l'on ferait bien de remonter, si tu es prête
, proposais-je. Kali doit certainement nous attendre là haut pour le lancement des opérations.
- D'accord, je finis ici et je monte vous rejoindre, me répondit-elle.

J'eus un peu l'impression d'être envoyé bouler comme une vulgaire paire de rechanges mais d'un autre côté, on ne pouvait pas dire que ma prestation orale avait été mon meilleur atout sur ce coup là. J'abandonnais donc Lynia à ses machines pour remonter à l'étage supérieur. Je me surpris à chercher Kali du regard, mais ne la trouvant pas, j'abandonnais mes recherches. Elle avait certainement mieux à faire que de s'occuper d'une gamine qu'elle avait massacré dès le premier combat. Le sentiment d'être seulement un trophée que l'on expose m'était tout à fait désagréable et pourtant, c'était ce que je ressentais.  

Je m'asseyais donc sur une caisse qui trainait par là, passant le temps comme je le pouvais. La plus grande partie de l'équipage était entrain de se mettre en tenue pour le combat terrestre, tandis que l'autre tentait de nous faire arriver à destination sans nous faire griller par un tir de Thanix au passage. Pour ma part, j'avais déjà revêtu mon armure et mes armes. Je détachais le masque en graphène que j'avais rabattu à l'arrière de ma tête, pour le poser sur mes genoux et le contempler pendant de longues minutes. Essayant, de me remémorer son histoire, et la mienne au passage. Machinalement, j'en sorti la croix de Saint-George que je portais toujours au cou et la faisait passer entre mes doigts. J'étais tellement perdu dans mes pensées que je ne vis Kali qu'à la dernière seconde, quand son ombre abaissa la luminosité ambiante.

Sursautant, je me dépêchais de cacher mon talisman à l'intérieur de mon armure. J’espérai que Kali n'avait rien vu, mais pour cela, il aurait fallut qu'elle soit aveugle et ce n'était clairement pas le cas.

- Je ne savais pas que tu étais orthodoxe
, me dit l’intéressée.
- Je ne savais pas que vous vous y connaissiez en religion humaine, dis je sèchement.
- J'ai dis quelque chose qu'il ne fallait pas ? me demanda-t-elle apparemment étonnée par le ton que j'avais pris.
- Non, mais ne vous avisez pas d'y toucher, répondis-je en gardant la même intonation.
- Ma chérie... je n'ai aucun reproche à te faire tu sais... je suis juste curieuse d'en connaitre plus sur toi. Si j'avais réellement voulu te faire du mal, tu ne te serais jamais réveillé dans cette chambre d'hopital. Mais bon, je veux bien admettre qu'il est difficile pour quelqu'un si jeune que toi de tourner si facilement page... j'attendrai donc un peu... mais... ma patience n'est pas aussi... grande que mon espérance de vie, m'assena-t-elle d'une voix beaucoup plus froide.
- Vous avez torturé mes amis, vous m'avez tabassée à mort, vous m'avez là, comme ... comme un vulgaire trophée que l'on expose ! Vous vous attendiez à ce que je réagisse comment ?! m'écriais-je à deux doigts de fondre en larme.
- Et à qui la faute ? me répondit-elle en saisissant mon menton par sa main droite afin de plonger son regard dans le mien.

C'était la phrase de trop, les larmes coulèrent sur mes joues tandis que le hoquet caractéristique me prenait la gorge. Kali avait parfaitement raison, c'était moi qui avait provoqué tout cela et, au fond, c'était ce qui faisait le plus mal. Mais la mercenaire n'en avait pas finit avec moi et repris la parole, non sans m'avoir tourné le dos préalablement.

- Tu as fais une erreur et tu l'as payé... si je t'ai pris avec moi c'est parce que j'ai vu du potentiel en toi, un potentiel que je crois pouvoir magnifier. Dans ton malheur tu as eu de la chance que ce soit moi et pas quelqu'un d'autre... et arrêtes de pleurer... Au moins toi, tes compagnons sont encore en vie.

Ils étaient en vie. Elle avait raison sur ce point au moins, et je lui devais bien ça. Comme elle le disait si bien, j'avais eu de la chance de tomber sur elle, d'autres n'auraient pas été aussi magnanime à mon égard. À notre égard. Je secouais la tête comme pour revenir à la réalité. Non, ça ne devait pas interférer, je devais continuer à haïr. Je la haïssais, je la haïssais ... Et pourtant, il fallait se rendre à l'évidence, c'est que la haine que j'éprouvais à son égard n'était plus aussi forte qu'avant.

Kali me fit signe de la suivre, notre discussion avait pris apparemment plus de temps qu'elle n'aurait voulu, nous devions désormais être proche de l'heure du débarquement. Je séchais mes larmes d'un revers de la main, et renfiler mon masque, le plaçant au sommet de ma tête, prêt à être rabattu quand les hostilités débuteront.

J'emboitais le pas de la mercenaire asari mais ce ne fut qu'après quelques secondes que je remarquais qu'elle avait changé de tenu. Elle était désormais paré dans une armure Spectre et était armée jusqu'aux dents. Elle était aussi terrifiante qu'à notre première rencontre.

Nous fûmes rejoins par Lynia qui en profita pour échanger quelques mots avec Kali. Je n'avais pas remarqué au premier coup d’œil mais elle aussi avait revêtu une armure, peut être n'était pas aussi manchot qu'elle le disait. Puis, ce fut au tour des lieutenants de Kali, Gabriel et Abaddon, de se joindre à nous. Nous prîmes l'ascenseur pour descendre au hangar, de là, nous pourrions prendre des navettes pour nous jeter dans le vide spatiale et tenter de rejoindre la terre ferme.

Quand nous fîmes notre entrée, on aurait dit que le reine d'Oméga était présente en personne. Tous ces hommes, toutes ces femmes au garde à vous. C'était presque irréel, Kali avait elle à ce point de l'influence ?

- C’est bientôt l’heure mes amis… commença-t-elle à discourir. C’est bientôt l’heure pour vous de briller… c’est bientôt l’heure pour la Dead Echo de faire raisonner le glas annonciateur de la chute du roi des pirates. Chacun et chacune d’entre vous ont décidé d’elle-même de me suivre sur cette mission… et j’en suis extrêmement heureuse. Je ne pourrai pas imaginer meilleur frères et sœurs d’arme pour m’accompagner aujourd’hui dans l’antre de Molosky. Nous sommes peu nombreux… mais nous sommes fort… et il est temps de le montrer au monde. La chute du pirate n’est qu’un début, beaucoup d’autres choses nous attendent... mais pour l’instant… il faut tuer du pirate. Ne montrez aucune pitié pour vos ennemis, couvrez-vous les uns les autres, je veux que toutes les personnes que j’ai autour de moi sorte de ce merdier en vie, sembla-t-elle finir en se laissant quelques secondes pour s'entourer progressivement d'une aura biotique avant de reprendre. Et n’oubliez pas… Molosky… est… à… Moi, termina-t-elle en synchronisant ses mots sur la quantité de lumière qu'elle dégagée.




HRP : Voilà, c'est définitivement terminé ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynia T'Nora
Rang 1
Rang 1
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 23

Infos rapides
Âge: 227
Profession: Esclave
Classe: Civile

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Sam 21 Fév - 13:22





D'accord, je finis ici et je monte vous rejoindre. Voilà ce qu’elle avait répondu à l’humaine avant de l’observer quitter les lieux.
Pour sa part Lynia avait encore quelques détails à régler avec les moteurs, le technicien qui lui avait un peu plus tôt adressé la parole, Gerart, étant venu lui demander de l’aide ici-bas, dans la salle des machines. Elle l'aidait sur des simulations accélérées de programmes visant à optimiser le temps d'utilisation des moteurs avant leur surchauffe. Oh rien qui ne change la galaxie mais de quoi gagner quelques précieuses secondes sur un champ de bataille - autant dire qu'elle s'était précipitée pour aider, surtout que cela donnait à l'asari l'impression d'une utilité. Il l'appela d'ailleurs, lui demandant un énième avis sur le programme. En toute honnêteté, elle n'était pas certaine de s'y retrouver car certaines parties du code étaient nouvelles pour elle. Elle remarqua cependant quelques lignes qui pouvaient être modifiées, et après en avoir fait part à l'humain ils lancèrent une simulation accélérée qui s'avéra probante : un gain de temps avant surchauffe estimé entre vingt-cinq et quarante secondes. Presque une minute !

- Super ! Je vais voir si on peut avoir une petite minute pour mettre en place tout ça, ce ne devrait pas être super long. Il était visiblement ravis, bien que toujours soucieux. Comment ne pas l'être, dans une telle situation ?
- Tant mieux mais je vais devoir partir. Je dois rejoindre... Kali pour le débarquement. Elle avait toujours autant de mal à appeler sa maitresse ainsi... et encore plus à s'imaginer descendre sur un astéroïde - et elle n'était visiblement pas la seule au vu de la mine inquiète de Gerart.
- Il n'y a pas moyen de rester ici ? Je suis sûr qu'elle compren... Elle préféra l'arrêter là d'une main dans les airs. Elle ne voulait pas paraitre inutile auprès de sa maitresse. Et puis, même après tout ce temps... c'est une esclavagiste, et Lynia sait parfaitement ce qui arrive aux esclaves inutiles. Restait à éluder les parties délicates au mécanicien.
- Je t'arrête Gerart, je ne resterais pas en arrière. J'ai mes raisons. Difficile d'éluder plus !
- J'ai entendu ta conversation avec cette fille... Je sais que j'aurais pas dû mais bon, vous étiez pas spécialement discrètes ! Les moissonneurs, tu... tu les as affrontés où ?
- Je n'aime pas y penser. Excuse-moi mais je dois y aller.

Un peu dure comme réponse, qui poussa l'humain à s'excuser mais l'asari fragile qu'elle était n'aimait pas le moins du monde se souvenir de Zorya... Beaucoup trop d'horreurs s'y étaient produites pour elle. Elle récupéra son casque posé sur une caisse et tout en le mettant Lynia se dirigea vers les navettes où sa maitresse et tous les autres devaient désormais l'y attendre. Inutile d'être en retard. Heureusement pour elle le trajet fut court et elle arriva dans une salle en voyant sa maitresse et Élizabeth s'avancer vers les humains présents ici, les officiers du vaisseau à leurs côtés. Elle s'empressa de les rejoindre, et c'est alors qu'une voix s'éleva tandis que tout le monde en face d'eux s'était mis au garde à vous. Impossible de ne pas voir qui commandait dans cette pièce... Silencieuse, Lynia écouta attentivement le discours de la mercenaire tout du long, et sursauta légèrement lorsqu'il se termina sur la légère onde biotique bleutée qui s'affichait autour de son armure, au point qu'elle se sentie stupide car elle était bien la seule à avoir sursauté. M'enfin...

Tout le monde se dirigea ensuite vers les navettes, même Élizabeth, tandis que Kali se tourna vers son esclave.
- Tu es certaine de vouloir faire ça ? Je ne veux pas t'obliger à venir tu sais. Une chose de sûre, l'humaine lui avait parlé. Super.
- Je veux venir madame. Je... je ne veux pas rester ici. Déclara-t-elle avec toute la force qu'elle pouvait donner à cette phrase. Un peu pitoyable comme résultat d'ailleurs, surtout avec la légère hésitation mais cela sembla contenter son interlocutrice qui hocha avec satisfaction de la tête, un sourire visible sur le visage tandis qu'elle caressa la tête de sa protégée. Elle semblait fière de son choix, bien que Lynia ne puisse le certifier totalement.

Sans plus de paroles, nous suivîmes Élizabeth à l'intérieur d'une navette pour ensuite nous harnacher comme il le fallait. Rien que de s'attacher provoqua un stress intense, cette odieuse boule de nerf présente dans son estomac typique... comme si elle aimait tout en redoutant, et force lui était de constater que cela collait plutôt bien à son état mental. L'action, c'était intéressant. Qui n'avait jamais rêvé de se retrouver comme dans un holofilm d'action, en bon héros ? Seulement d'un autre côté, ici elle était dans la réalité et non dans un film. Elle pouvait mourir, comme toutes ces innombrables personnes qui l'étaient déjà aujourd'hui. Un seul tir et c'était fini pour elle. Comment ne pas être terrifiée par cette idée, elle qui avait encore huit cent belles années à vivre ? La seule chose qui la faisait tenir, c'était ce qu'elle avait dit à sa maitresse : elle voulait venir, ne pas la décevoir, être utile. Rester à bord de la frégate, en plus, n'était pas une meilleure idée. Alors autant venir n'est-ce pas ?

_________________
Journal de Bord
Extranet
_________________

L'éternité se fait longue et immuable, quand les secondes s'égrènent dans un capharnaüm total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ : Tentaculeur
Admin
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 10/11/2013

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Sam 28 Fév - 1:31

« Code couleurs des PNJs principaux » a écrit:
•  #666699 : John Molovsky
•  #990099 : Cirus Carian
•  #FF0033 : Sara'rath Nar Fazage
•  #666633 : Weyrloc Hakr
•  #2468BD : Amiral Inia Kaliss
•  # D6B474 : Zaeed Massani
•  # 6633FF : Aria T'Loak

De son cuirassé amiral, Aria T'Loak regardait la bataille qui avait lieu. Elle s'étonnait que l'amirale Kaliss ne s'était pas encore entretenue avec elle. Même si pour l'instant, chacun combattait Molovsky de son côté, les deux groupes n'étaient pas non plus alliés. La Reine d'Oméga avait tout simplement l'air d'être royalement ignorée par les différents protagonistes présents. Ce qui l'agaçait au plus au haut point.

Mais finalement, on lui rapporta un appel. Mais ce n'était pas l'amirale concillienne qui prenait contact avec elle mais bien Molovsky. Fronçant les sourcils, elle accepta la communication, se demandant bien ce que le pirate lui voulait.


« Aria T'Loak en personne. Quelle honneur. Cela dit, je ne me souviens avoir vue votre nom dans la liste des invités, lança-t-il d'un air amusé.
- Je m'invite où je veux, vous devriez le savoir.
- Je vais faire en sorte de ne pas sortir cette phrase de son contexte. Et si vous me disiez la raison de votre présence ici ? Vous ne vous êtes pas déplacée en personne seulement parce que j'ai utilisé la radio sans demander la permission.
- Quoi? s'étrangla Aria, à la fois surprise par le ton léger de Molovsky mais surtout énervé qu'il lui parle ainsi. Non, bien évidemment, reprit-elle d'un ton plus calme. Je voulais simplement voir en personne le Conseil se faire ridiculiser. Et comparer mes troupes aux vôtres. On me dit du grand bien de vous, je me devais de voir ça en personne.
- Oh... J'ai donc une admiratrice secrète. C'est une situation ma foi très romantique. je dois dire que j'ai beaucoup entendue parler de vous en des termes plus ou moins flatteurs mais toujours avec respect. Bon il y a aussi ce petit passage avec Cerberus, mais bon, personne n'est parfait.
- Vous vous foutez de moi! rugit-elle suffisamment fort pour que son équipage se taise, craignant de servir de punching-ball à l'Asari. N'essayez pas de jouer le malin avec moi, ça finira mal.
- Non, non. Pardonnez-moi. Je ne voulais pas vous offensez. Je ne faisais qu'émettre un fait rien de plus. Et puis voyez le bon côté de la chose, ce problème a été résolue et je dois dire de main de maître.
- Hm. Je préfère ça.
- Oui, ma femme me dit toujours que je suis doué pour me rattraper. Alors comme ça vous êtes venue en spectatrice? J'aurais du prévoir du rhum novérien et des hors d'œuvres en plus grande quantité. Il faut dire aussi que votre garde rapprochée est plutôt... fournie dirons nous.
- Très aimable à vous mais je suis très bien là où je suis. Et de votre côté, tout va bien? J'ai cru voir que vous aviez déjà des invités chez vous? Ils ne vous importunent pas trop?
- Oui, je dois dire que le coup des Mako dans l'espace m'a surpris, mais l'inattendu c'est ça qui est excitant, n'est-ce pas? Regardez par exemple, il y a quelques minutes j'étais en train de prévoir une future occupation sur Oméga. Un lieu stratégique remarquablement intéressant, et là PAF au même moment, j'apprends que la Reine Pirate d'Oméga est présente. Hum... cela dit, il vaudrait mieux que je renvois mon plan maintenant. Pourtant il était si beau. Mais c'est l'inattendu.
- Vous comptiez attaquer Oméga? Vous me surprenez, moi qui était persuadée que vous n'en vouliez qu'au Conseil, rétorqua Aria d'un ton ouvertement provocateur.
- Rien de personnel, rassurez vous. C'est juste à cause du relais Oméga-IV et de tous ces Moissonneurs qui y vont et viennent. Ça doit sacrément chambouler le trafic, chez vous, non? De voir toutes ces immenses monstruosités mécaniques passer si près en sachant que nous somme désormais sans défense s'ils décident de rejouer aux exterminateurs. Le Conseil n'est qu'un début. Purger la galaxie de tout ce qui est inutile et nous coûte bien plus que ce qu'ils nous rapportent,
- Une bien noble cause. Vous ne m'en voudrez pas si je ne vous crois pas une seconde?
- Uniquement à la condition que vous ne m'en voudriez pas si je dis que je ne crois pas votre discours du "je viens voir le Conseil se faire humilier". Vous avez une flotte totalement armée avec vous. On se connait bien. Nous sommes tous les deux des pirates. Ce que vous convoitez. C'est moi qui l'ait. Vous espérez que le Conseil gagne pour venir récupérer les miettes. Bonne stratégie, même si je pensais que vous étiez au dessus de telle tactique d'amateur,
- La simplicité fait souvent bon ménage.
- C'est vrai qu'il faut respecter les classiques. Et puis cela confirme plusieurs choses. La principale étant le fait que vous êtes trop prévisible. Vous êtes là en personne avec le gros de vos forces loin de votre station qui est sans défense... Petrovsky n'a pas été une leçon suffisante? Je vais donc vous dire ce qu'il faut faire pour éviter de subir la même chose... encore, lança-t-il en prenant un ton plus sérieux et surtout glacial. Je vous conseille de repartir immédiatement sans demander votre reste. Faites en ce que vous voulez, mais réfléchissez bien. Parce que cette fois-ci, il n'y aura ni de Shepard qui a besoin de chair à canon, ni d'ex-compagne prête à se sacrifier pour vous. Vous êtes toute seule et ce n'est pas sur un canapé d'un bar huppé de la Citadelle en train de ruminer sur votre propre stupidité et à mendier l'aide d'un héros de guerre que vous finirez cette fois-ci, lâcha-t-il avant de reprendre une voix plus enjouée. Vous êtes toujours là? Parfois j'ai des envolés lyriques qui sont assez assommantes. Alors qu'est ce que vous en dites? Vous vous rendez compte que vous n'avez clairement pas le niveau ou vous restez pour voir à quoi ressemble la cour des grands?
- Fermez-là sale taré. »

S'en suivit un nouveau florilège d'insulte de la part d'Aria après que la communication ne s'interrompe sur l'ordre de la Reine d'Oméga. Cette dernière ruminait les paroles de Molovsky. Du bluff. De l'intimidation. Elle n'allait pas s'abaissait à ça.

Cela étant, elle décida de passer son énervement sur l'amirale concillienne. Bien que son objectif ne soit pas de se la mettre à dos. Elle avait déjà assez d'un ennemi, sans s'en faire un deuxième...

« Que me voulez-vous Aria? Je pense que vous avez du remarquer que je suis occupée, lança directement Inia après avoir répondu à l'appel, ce qui insupporta la Reine pirate mais elle préféra ne pas répondre par une pique.
- Nous avons un ennemi commun, je me disais qu'une alliance de fortune entre nous serait profitable pour les deux partis. Qu'en pensez-vous? demanda-t-elle d'un ton diplomate.
- N'est-ce pas ce qui se déroule à l'heure actuelle?
- Oui, bien sûr, répondit Aria poliment bien que la seule envie qui lui traversait la tête était d'étrangler l'amirale asari. Simplement, il s'agissait de clarifier la situation.
- Je vois. Je peux indiquer à mes troupes de ne pas tirer sur les vôtres. J'attends de même de votre côté. Si jamais je découvre une information importante pour les deux partis, je tacherai de vous la communiquer. »

Sans en dire davantage, l'Asari coupa l'appel. Aria rumina en silence. Si c'était pour avoir ce type de discussion, un simple message aurait suffis. Elle se demandait de plus en plus si elle avait bien fait de venir.

« Ah au fait. Toi, interpella-t-elle un officier chargé des communications. Indique aux Serres de doubler la surveillance d'Oméga. Je préfère être prudente. »

--- Pour Urdnot Uoldar  ---
--- A proximité de la base de Molovsky ---

« Allez, c'est parti! » annonça la pilote de la navette.

Sur ces mots, le vaisseau décolla en effet du petit astéroïde sur lequel il avait fini. Après quelques difficultés au décollage, les moteurs tardant à fonctionner à plein régime, la navette réussit enfin à s'arracher de la roche pour filer dans l'espace.

Et se retrouver en plein milieu de la mêlée. Zigzaguant entre les croiseurs, frégates et chasseurs de tout bord qu'ils soient en un seul morceau ou à l'état d'épaves, la navette réussit à passer le barrage en un seul morceau au plus grand soulagement de ses occupants.

Mais à voir la base en vue n'était pas un signe de tranquillité. La pilote turienne s'en rendit hélas compte trop tard quand deux chasseurs pirates la prit en chasse. Même si les barrières cinétiques résistèrent un instant, entraînant une série d'esquive compliquée de la part de la pilote pour éviter la plupart des tirs, un fit mouche au moteur.

« Par les esprits, je venais tout juste de les réparer. grommela la Turienne. Attention, on va se cracher!
- Encore? Vous pilotez vraiment comme des Krogans vous les Turiens. »

Une remarque sérieuse de la bouche du Krogan mais qui fallut quelques rires malgré la situation. De son côté, la Turienne fit ce qu'elle peut pour que la navette ne vienne pas percuter de front la base. En tout cas, les chasseurs pirates la laissaient tranquille, persuader de la mort certaine des occupants de la navette.

« Impact imminent! »

En effet, le véhicule termina sa route en fonçant dans l'installation. Il y eut un vacarme assourdissant de tôles froissés, de verres qui explosaient et de friction du métal contre le métal. Mais, miraculeusement, la navette était encore en un seul morceau et à part des blessures superficielles qui pouvaient se soigner avec une application rapide de médigel, tout le monde était en un seul morceau.

« On est où? demanda la pilote qui se remettait de ses émotions, à moitié étourdie
- Salle B-06. C'est écrit là. » répondit un Turien en désignant un plan indiqué sur le mur qui avait stoppé la navette.

Et à côté, il y avait une grande salle. S'assurant que tout le monde était d'attaque, Uoldar suggéra de s'y rendre. Cela avait l'air d'être un point névralgique de la station.



--- Pour Nissara T'sironia  ---
--- A l'intérieur du hangar A-04 de la base de Molovsky ---

Une fois le hangar sécurisée, l'annonce fut transmise au reste des forces concilliennes qui se dirigèrent vers cette faille béante. Suite à la proposition de Nissara, deux soldates asari montèrent à bord du véhicule tandis qu'un Turien montait prendre la place d'artilleur. Prenant garde à ne bousculer personne, le char asari sortit du hangar pour commencer à pilonner les défenses ennemis. Néanmoins, au lieu de s'attaquer à la base, celui-ci pointait son arme vers les chasseurs pirates qui volaient à proximité de la base, en abattant un de temps en temps.

Mais le plus intéressant se trouvait non pas à l'extérieur mais à l'intérieur de la base. Une fois le hangar contrôlé et les forces concilliennes à l'intérieur, l'avancée fut bien plus rapide. En effet, les forces pirates s'étaient concentrées sur le milieu de l'installation, là où se trouvait le plus gros des troupes concilliennes.

Les commandos asari de Nissara purent ainsi s'engouffrer dans la base, nettoyant le premier niveau de leur côté, sans aucune difficulté. Au bout de six salles, elles purent voir des escaliers montant à un étage supérieur. Là, la résistance fut plus farouche mais rien de bien insurmontable pour les asari et les autres soldats concilliens. Néanmoins, Nissara reçut par radio l'information que les troupes de Molovsky quittaient les remparts pour se replier à l'intérieur de la base, ce qui signifiait que les combats à l'intérieur de l'installation pirate risquerait d'être de plus en plus violent.

Mais pour l'heure, les commandos asari et les autres soldats concilliens qui les suivaient tombèrent dans une grande salle, presque le triple en terme de volume, qui donnait l'impression d'être un mélange entre un hangar géant et un laboratoire expérimental. Quant aux forces ennemies, elles n'étaient composées que de quatre Krogans, visiblement des gardes, qui malgré une résistance acharnée finirent par trépasser après avoir abattu deux soldats humains un peu trop téméraires.

« Ne tirez pas, ne tirez pas! » s'exclama une douce voix d'Asari apeurée.

Nissara et les autres troupes d'assaut pointèrent leur arme vers celle-ci. Recroquevillée sous un terminal qui crépitait d'électricité suite à une balle perdue, l'Asari cachait sa tête sous ses mains. Elle portait une tenue de scientifique et semblait donc bien travailler ici.

« Je ne suis pas avec eux. Je m'appelle Lenora L'Emevia, je suis paléotechnologue. Ils m'ont forcé à travailler avec eux, je … commença-t-elle d'une voix tremblante avant d'éclater en sanglot. Je peux … vous guidez vers Molovsky … je sais où il est. »

Roue des choix conciliation / pragmatisme

♦ Conciliation (4 pts) : Nissara prend immédiatement Lenora sous son aile, la rassure et la place sous sa protection rapprochée pour s'assurer qu'il n'arrive rien à l'Asari durant le reste de la mission.
♦ Conciliation (2 pts) : Nissara s'assure que Lenora va bien et qu'il ne s'agit pas d'un piège avant de suivre les indications de l'Asari.
♦ Neutre (0 pts) : Nissara hoche la tête et lui demande simplement le chemin, se méfiant de Lenora.



--- Pour Nissara T'sironia et Urdnot Uoldar  ---
--- Hangar B-01 ---

Uoldar et son équipe arrivèrent donc dans une grande salle qui avait l'air d'être un hangar. Armes en mains, ils avancèrent prudemment mais sans tomber sur un seul ennemi. Pourtant, il y avait des voix qui parlaient, des Krogans avec une Asari. Cette dernière parlait plus à haute voix pour elle-même, utilisant différents termes scientifiques. Les Krogans jouaient eux à un jeu holographique.

Mais soudain il y eut des tirs. C'était l'équipe de Nissara qui était en train de prendre la position. Uoldar et son équipe n'eurent même pas le temps de combattre, les commandos asari ayant parfaitement mis de combat les quatre Krogans qui n'eurent guère le temps de réagir face à cette arrivée massive.

Tandis que Nissara parlait avec la scientifique asari, Uoldar et son équipe rejoignirent les forces concilliennes qui sécurisaient la zone, certains soldats manquant de peu de tirer sur les nouveaux arrivants par réflexe, ne s'étant pas attendus à voir des alliés arriver dans cette direction...



--- Pour Rachel Barclay ---
--- ZA, quelques centaines de mètres de la base de Molovsky ---

Rachel et les Big Mommy survivants purent suivre l'arrivée des navettes. Ils avaient d'ailleurs été rejoint par d'autres véhicules d'assaut concilliens en piteux état. On pouvait même se demander comment certains avaient réussi à se traîner jusqu'ici.

Pour éviter tout nouvel incident, une sacré escorte de chasseurs accompagnaient les trois navettes qui amorçaient leur approche. Quelques chasseurs pirates téméraires tentèrent une passe mais furent rapidement repoussés, ce qui entraîna un sacré affrontement aérien au-dessus de la tête des futurs évacués tandis que les navettes se posaient calmement sur le sol rocheux de l'astéroïde.

Trois soldats sortirent, un pour chaque navette, et leur firent signe de la main de se grouiller. Un ordre que personne n'hésita à suivre et rapidement tout le monde était à bord. Une fois le dernier homme, la dernière femme en l'occurrence, à bord, les portes se refermèrent et les trois navettes décollèrent en trombe pour retourner à bord du SSV Manille.

Si les occupants à bord des navettes furent violemment secoués, les pilotes faisant de leur mieux pour éviter tous les tirs, tous arrivèrent sains et sauf à l'intérieur du vaisseau-mère concillien qui continuait à participer au combat de son côté, la bataille spatiale étant loin d'être terminée.


--- Pour Jonathan Sinassas ---
--- Hangar A-12 ---

Les deux pirates se regardèrent en haussant les épaules. L'un des deux prit la parole.

« Salle de contrôle? Euh … ça dépend vous cherchez laquelle. Woh! Woh … Molo je déconne pas, s'exclama le prisonnier en voyant la réaction de Jonathan et surtout Michael. Ici la salle de contrôle est en A-66.
- Dans l'eau, lança l'autre pirate.
- Ta gueule Jeff. Si vous cherchez le boss, il est en D-00 je crois. J'en sais rien, on n'a jamais eu affaire à lui directement vous savez.
- Et on sait pas où se trouve votre caverne d'Ali Baba mon pote.
- Yep, jamais entendu parler. Oh, oh, du calme. Ouais y a forcément un endroit où il stocke tout ça, mais on sait pas où, surement dans les étages supérieurs.
- On est là pour la sécurité mon pote, pas pour transporter ses babioles et autres conneries.

Difficile à dire si les deux pirates disaient la vérité ou non, même si cela semblait être plutôt le cas. Mais dans tous les cas, il était clair qu'ils ne répondraient pas différemment aux questions de Jonathan.

Les deux prisonniers regardèrent leurs geôliers, se demandant quel serait la suite du programme pour eux.


--- Pour Kali T'Kando, Lynia T'Noraet Élizabeth Dawson ---
--- Surface de l'astéroïde, proche de la base de Molovsky ---

La navette s'était posée. Cela dit, il s'en était fallut de peu que celle-ci soit transformée en nuage de débris. Un tir de Thanix visant une frégate turienne était passé à moins d'un mètre de la trajectoire de la navette. Sans une manœuvre d'esquive exécutée au dernier moment, nul doute du sort funeste de ses occupants.

Mais le principal était fait. Kali, Lynia, Elizabeth et les autres occupants de la navette avaient la base de Molovsky. Arrivées parmi les derniers, elles pouvaient constater l'ampleur de la bataille qui avait déjà débuté entre les pirates de Molovsky et ceux d'Aria. Malgré leur arrivée dans un coin plus calme, si tant est qu'on puisse de parler de calme dans ce genre de situation, des corps sans vie se trouvaient ici et là jusqu'à ils puissent atteindre l'enceinte de la base.

Celle-ci avait d'ailleurs été abandonnée par les pirates de Molovsky qui s'étaient retranchés plus à l'intérieur de l'installation. Une douzaine de pirates d'Aria passèrent d'ailleurs devant eux, empruntant une petite brèche faites à l'explosif. En témoignait les brûlures et l'aspect peu naturel de l'ouverture. Une voie d'accès pour Kali et les autres pour s'aventurer dans la base ..



HRP : Alors les désormais classiques petits détails:

• MAJ des illustrations:
→ Plan général autour de la base : http://img15.hostingpics.net/pics/261837autourbaseevent.png
→ Zoom sur la base en elle même : http://img15.hostingpics.net/pics/939091baseeventcouleur.png

• Au cas où ça ne serait pas clair, la situation individuelle est la suivante :
→ Rachel Barclay: Du coup, vu que tu as décidé d'évacuer, il n'y aura plus vraiment grand chose pour toi. Tu peux évidemment continuer à RP si tu le souhaites mais ça se résumera à tourner en rond dans le Manille Razz
→ Alexeï Kernov: Vu que tu es « bloqué » avec le DA, pour ce tour, je n'ai rien de particulier à te faire faire. Tu peux discuter avec Inia sur la discussion d'Aria ou faire une « pause ». C'est comme tu veux. :p
→ Isïana N'iim: Dans le même ordre d'idée, rien de particulier ce tour-ci pour la mauve 'o'
→ Nissara T'sironia & Urdnot Uoldar : Alors Nissi, tu as l'honneur d'être la 1ère à utiliser (ou non) tes points de conciliation. En fonction de ton choix, les conséquences ne seront pas les mêmes pour la suite de la mission. Ah et y a Kroggy qui t'as rejoint donc. Vous pouvez continuer ensemble si vous voulez (pas obligé cela dit ^^). Sinon, donc pour la suite, la PNJ vous fera avancer (vous pouvez monter dès à présent d'un étage supplémentaire si vous voulez mais pas plus) et il n'y aura rien de « particulier » que vous rencontrerez (enfin si des vilains à tuer :p). Si vous avez des questions sur la PNJ ou autre, suffit de me demander Wink
→ Jonathan Sinassas: Alors, je ne me souviens plus trop, tu es là pour récupérer un truc en particulier c'est ça? T'es pas spécialement là pour Molovsky? (ça changera rien à ce que je vais dire pour la suite immédiate mais bon j'aimerai bien savoir xd). Donc pour la suite, tu peux suivre les indications des pirates ou non, à toi de voir (bon si tu appliques le sérum de vérité, ils répondront la même chose, j'anticipe si jamais t'avais prévu de le faire …). Alors pour aller en D-00, direct c'est nope! Pour la salle de contrôle, tu peux. Mais pas « seul » je te préviens d'avance, il faudra des mercenaires d'Aria avec toi pour le surnombre (sinon tu finiras l'event en trèèèèèèès mauvais état Hap).
→ Élizabeth Dawson, Kali T'Kando et Lynia T'Nora: Pour vous trois, je vous ai fait débarquer dans un coin qui a été globalement déserté par les forces de Molovsky qui se sont repliés vers l'intérieur de la base. A vrai dire, y a plus de chances que vous tombez contre des soldats concilliens (une fois à l'intérieur) que des hommes de Molovsky pour l'instant. Vous pouvez donc avancer tranquillement dans un premier temps (vous trouverez rien de bien particulier sur le chemin). Vous pouvez aller jusqu'à combattre des pirates de Molovsky si vous voulez, y a pas de soucis Wink

Si vous avez des questions, MP ou CB Very Happy

_________________
Compte MJ d'Isïana N'iim! Attention, ça va tentaculer!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nissara T'sironia
Foudre bleu
Foudre bleu
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 14/01/2014

Infos rapides
Âge: 432
Profession: Commando asari
Classe: Biotique et Martiale

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Mer 11 Mar - 20:51

[HRP] Mon poste est susceptible d'être édité pour mieux répondre aux actions qu'on fera sur la fin avec Uoldar ^^


Nissara souffla un coup, elle secoua un instant la tête juste pour reprendre ses esprits après le violent rush d’adrénaline qu’elle venait de subir. Après tout, prendre un char d’assaut n’avait rien d’arrangeant pour le cœur ! Elle se reprit cependant bien vite, habitude de commando, et sortie du véhicule qui fut rapidement récupéré par les forces alliés. La situation se présentait un peu mieux, avec un pied dans la base, les pirates ne bénéficieraient plus de l’avantage de leurs défenses impressionnantes. Encore que, qui sais ce que Molovsky avait réservé à ceux pénétrant dans son complexe. Donnant l’ordre du rassemblement, elle jeta un coup d’œil aux commandos sous ses ordres. L’équipe d’Astria portait une mine attristé mais semblaient concentré sur leur tâche. Nissara comprenait aussi bien que n’importe quelle vétérane ce que c’était que de perdre une coéquipière et cela l’affecta d’autant plus que c’était sous ses ordres. D’un geste presque machinal elle flatta le flanc de Vadrouille pour se calmer.

« On progresse lentement, on profite de notre avantage en sécurisant les voix d’accès que l’on rencontre je ne veux pas que les pirates nous prennent à revers. »

Les commandos opinèrent et la chasseresse répéta son ordre aux unités sous son commandement possible. Elle n’avait aucune envie qu’un pirate taré de se jeter en plein milieux n’emporte soldats avec lui. Prenant la tête de l’avancé son équipé profitait du couverts des tireuses d’élites coordonnée avec Nostia et d’une vision permanente de son entourage. Nissara progressa dans le complexe devant toutes les commandos jusqu’au premier contact ennemi. Les troupes de molovsky semblaient disparate pour le moment, et passé l’instant de surprise des pirates, ils étaient déjà en situation plus que précaire à se retrouver à gérer 3 équipes de commando asari en plus des troupes conciliennes régulières. Nissara avançait avec une certaine prudence cependant, impossible de prévoir si molovsky n’avait pas fait des pièges supplémentaires et des troupes furent placé à ses ordres pour maintenir des positions fixe forte dans la base afin d’empêcher tout débordement.

Les salles se suivirent avec des pirates en sous nombres. La commando de tête faisait cracher son prêtresse avec une efficacité meurtrière, neutralisant, au minimum, un pirate à chaque tire alors que le reste de son équipe et des autres commandos se déployaient dans un élégant ballet tout aussi fatale pour leur opposant. L’avançait était au final plus que rapide, preuve que les pirates étaient concentré ailleurs jusqu’au moment où Nissara reçut les rapports rapportant le repli des forces de Molovky vers le centre de la base. Les combats risquaient de devenir plus violent … Un escalier leur permit finalement de monter d’un étage, à noter que chaque niveau semblait clairement référencé ainsi que les différents chemins à prendre.

La commando dirigea son équipe à l’étage suivant, se demandant sur quoi elle risquait de tomber dans le complexe dirigé par un malade. Le groupe arriva finalement aux abords d’une salle ne semblant pas forcement différentes des autres jusqu’à ce qu’elles commencèrent à investir les lieux. L’endroit était presque de la taille d’un hagard mais de multiples appareilles témoignaient d’une activité plus scientifique. Dès l’entrée dans les lieux cependant, Nissara put repérer un groupe de quatre Krogans, visiblement des gardes, qui ne s’attendait pas à une entrée d’un groupe de « danseuse » surarmée. Portant la main à leurs armes ils perdirent un garde sous le feu ennemi avant que les deux groupes se mettent à couverts. Gonflé par leur petite victoire, deux humains voulurent contourner rapidement pour déloger les Krogans, malheureusement ils se rapprochèrent trop de la ligne de tire ennemie et furent taillé en pièce. Seul avantage à la situation fut le fait que Nastila put scanner un des gardes en faisant une cible de choix pour les snipers asari dont Nostia qui l’élimina proprement au travers du couvert d’un ultime tire en pleine tête. Lançant des ordres rapides Nissara fit contourner ses forces pour submerger les Krogan en leur offrant le moins de possibilité pour riposter. Le plus proche des Krogan sortait son arme pour faire des tirs au jugé faisant exploser la barrière de Kalita qui se jeta à l’abri en jurant alors que N’okia bénie son Omnibouclier. L’arme fut cependant arrachée des mains du garde par une onde biotique et Vadrouille en profita pour bondir sur lui afin de le déloger de son couvert. Nissara elle voyait  brusquement le dernier Krogan foncer droit sur elle, semblant prêt à emporter le plus d’ennemi en y restant. La commando s’entoura d’une onde bleu scintillante et légère évitant avec une facilité déconcertante la charge ennemi d’un habile mouvement tournant tout en décochant un coup de pied droit dans le crane du Krogan qui, couplé à son élan, l’envoya s’écraser contre un mur avant d’être achevé proprement par les forces conciliennes. Nissara reprit rapidement son souffle avant de scruter la salle, le garde qu’elle avait perdu de vue était affalé au sol la langue pendante de sa bouche grande ouverte, le varren le reniflant avant de s’en désintéresser comme il était bien mort. Quelques crépitements presque sinistres ponctuait la situation un brin macabre, plusieurs ordinateurs avaient été touché et la commando espéra que rien de vital ne fut endommagé. Après tout savoir ce que faisaient les pirates ici aurait pu être intéressant. Elle jeta un regard sombre vers les deux humains à terre puis donna l’ordre de sécuriser la pièce quand un petit cri se fit entendre.

« Ne tirez pas, ne tirez pas! » .

Levant brusquement son arme Nissara la rebaissa presque aussitôt en voyant une scientifique qui se cachait la tête sous ses mains, terrorisé visiblement. Rengainant, la commando s’approcha de la civil espérant la calmer, la pauvre semblait terrorisé. C’est d’ailleurs la voix un tremblante qu’elle se remit à parler semblant craindre le pire pour finalement éclater en sanglot.

« Je ne suis pas avec eux. Je m'appelle Lenora L'Emevia, je suis paléotechnologue. Ils m'ont forcé à travailler avec eux, je … commença-t-elle d'une voix tremblante avant d'éclater en sanglot. Je peux … vous guidez vers Molovsky … je sais où il est. »

La commando ouvrit un bref instant les yeux et un murmure parcourus les troupes dans son dos. S’agenouillant proche de sa compatriote elle retira son casque puis scruta son expression, elle ne semblait pas mentir et clairement en état de choc. Elle lui posa délicatement une main sur l’épaule pour la rassurer

« Chut, calmez-vous on va vous sortir de la. N’okia, vois si elle n’a rien »

Le regard entendus que lança la commando à sa hacheuse était claire, elle craignait un piège de Molovsky, genre une bombe cortical chez ses prisonniers ou peut être pire.

« Je suis Nissara T’sironia, je m’occupe de cette équipe. » Portant sa paume sur le coté de sa tête elle entama une discussion à distance pendant que la doc de l’équipe faisait un check up de la scientifique. « Ici équipe de tête, on à une civile y’a-t-il un moyen de la faire évacuer ? »

« Quoi ? Non je veux vous guider, je veux vous aider à en finir avec tout ça » S’exclama la concerné en tripotant nerveusement ses mains alors que N’okia ouvrit des yeux surprit en se tournant vers sa supérieur.

« Elle est enceinte … »

Prise de court la commando faillit répliquer quand un « contacte » résonna dans la pièce. Se retournant à la vitesse de l’éclaire la commando braqua son prêtresse vers la nouvelle menace en ruant vers la scientifique pour faire barrage de son corps.

« Tirez pas ! » Beugla la commando en relevant son arme avant de lâcher une brusque respiration, le groupe qui venait de débarquer était des allier, mais comment étaient-ils arrivé la eux ? Elle se demanda un instant si ce n’était pas un piège jusqu’à reconnaitre l’armure colossale si caractéristique …

« Uoldar ? Bordel mais d’où tu sors comme ça ?? »

Elle cligna un instant des yeux avant que Vadrouille ne vienne saluer proprement le Krogan qui put enfin lui répondre. La commando se tourna ensuite pour lancer des ordres à ses troupes.

« Finissez de sécuriser la salle, je ne veux plus de surprise ! » Elle se tourna ensuite vers le Krogan pour lui résumer la situation.

« On à une civile, Lenora L’Emevia une paléontologue, elle était visiblement forcé de bosser ici et dit pouvoir nous guider jusqu’à Molovsky. »

N’okia finis son analyse et fit signe à Nissara que tout allait bien quand elle s’approcha pour prendre des nouvelles. La commando mit alors un genoux à terre face à l’asari qui était accroupie. Elle avait les mains croisée sur son ventre mais le regard qu’elle lança à la chasseresse était lourd de sens. Soupirant elle envisagea de la forcer à évacuer, mais pour ou ? Les rapports qu’elle percevait témoignaient d’un bordel monstre dans le combat spatial ainsi que de lourdes résistances encore au sol. Le lieu le plus sur serait derrière les lignes sur l’astéroïde mais pour combien de temps ?

« Ici équipe de tête, on se charge de la civile, Nastila, Nostia avec moi, on protège notre hôte. Kalita, N’okia Losnia en trio, les autres équipe on garde la formation. Uoldar ça te dit qu’on trace ensemble ? On va manquer de bourrin en première ligne si je ne suis pas devant. »

Lança la commando avec un sourire en coin avant de se tourner vers la future mère.

« Restez bien tout prêt de moi, si ça vous rassure garder les mains sur mes épaules en me suivant, je tacherais de ne me déplacer en vous couvrant. » La commando émit un sifflement rapide et Vadrouille apparut presque comme par magie à ses côtés. « Vadrouille, tu protège d’accord ? »

L’animal scruta Lenora avant de revenir à sa maitresse, il avait compris l’ordre, protéger maman et la future maman ! Nissara ramassa son casque laissé au sol quand elle avait sorti son arme et le referma sur sa tête.

« Manquer de bourrin tu parles Nissi, on va faire des ravages tous les deux, pas vrais mon grand ? »

Espiègle Kalita donna une claque au postérieur du Krogan avant d’aller se mettre en position, La chef d’équipe secoua la tête amusé, elle ne changerait pas …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynia T'Nora
Rang 1
Rang 1
avatar

Messages : 476
Date d'inscription : 27/04/2014
Age : 23

Infos rapides
Âge: 227
Profession: Esclave
Classe: Civile

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Sam 14 Mar - 16:04





Au revoir la peur bleue ! Comme elle n'avait cessé de se le repéter intérieurement depuis son arrivée dans le système Tiamat, Lynia ne souhaitait pas le moins du monde poser ses petits pieds bleus sur ce cailloux mais force lui était de constater sa satisfaction de quitter la navette. Contenant avec un peu plus de mal que prévu son envie de vomir - très mauvaise idée avec un casque sur la tête, dans un milieu dépourvu d'atmosphère - Lynia suivit d'une manière beaucoup moins militaire et, il lui fallait bien l'admettre, classe ses compagnons d'armes au-dehors, s'empressant tous de courir vers l'enceinte du bastion pirate. Dans tout ce beau monde, c'était bien en Élizabeth que l'asari se reconnaissait le plus, en définitive. Oh toutes deux avaient leurs casque sur la tête, donc on ne voyait rien de leurs visages - et heureusement ! - mais il n'y avait pas besoin d'être un expert en comportement humain pour comprendre qu'elle était aussi inquiète que l'esclave de leur situation actuelle. Peut-être avait-elle tentée de tuer sa maitresse, mais les combats de ce genre ne semblaient en revanche pas de son cru. Elles n'étaient pas bien loin l'une de l'autre, comme prévu plus tôt à bord du vaisseau et en un sens, cela la rassurait. Sans doute était-ce pareil pour l'humaine...

Les combats aux alentours semblaient devenir de moins en moins intense à mesure que le groupe de combat avançait, comme si les participants se déportaient ailleurs. Ce qu'elle constatait, c'est que tout le monde cherchait à pénétrer l'intérieur du complexe et que les pirates à la solde de Molovsky se faisait de moins en moins nombreux, à proximité comme plus loin au nord. Enfin, si l'on pouvait parler de nord sur un astéroïde, Lynia disait ça parce qu'il s'agissait de ce qu'elle avait vu en sortant de la navette en premier, l'associant ainsi au nord. Était-ce vraiment plus clair dans sa tête de cette manière ? Un peu seulement. Il y eu quelques tirs qui touchèrent de la caillasse autour d'eux, et un s'écrasa sur le bouclier cinétique de l'un des mercenaires humains, rien de très coriace pour la petite bande mais Lynia elle, stressa à chaque tir bien que rien ne permettait de le savoir de l'extérieur de sa petite tête, car l'asari s'était composé un comportement somme toute similaire à une pierre : ne rien dire, rester sur ses gardes, faire attention aux tirs et surtout, ne pas sursauter. Réussite sur toute la ligne ! Les tireurs pour leur part se faisaient ensuite la malle, du haut de leur "muraille d'acier", partant pour un lieu qu'elle ne pouvait voir d'en bas.

Un peu plus loin devant eux, alors qu'ils approchaient enfin de ce maudit mur, la zone quasi-déserte laissa apparaitre un groupe de personnes qui semblaient appartenir à la flotte d'Aria, pénétrer à l'intérieur de la base par une brèche faite à l'explosif dans le mur. Un bon gros trou à l'ancienne, pour aller et venir facilement comme on le voulait, exactement comme dans les films. Bien sûr, c'était rêvé comme point d'entrée pour sa maitresse, surtout que la zone avait dû être dégagée depuis par les précédents utilisateurs de ce trou. Presque aucun risque, bien que tout le monde resta quand même sur ses gardes en se glissant délicatement dedans. Question de prudence, on ne voudrait pas blesser quelqu'un par mégarde, par trop grande confiance en soi. Avançant encore un peu jusqu'à arriver dans un endroit où atmosphère était enfin présente, la voix de la maitresse de Lynia résonna, dans les communicateurs des armures comme à haute-voix :
- Très bien on reste groupé, on ne s'éparpille pas trop. Cherchez des escaliers, je veux monter le plus haut possible et restez sur vos gardes. Les filles, ne vous éloignez pas et restez près de moi !

Pas besoin de le lui dire deux fois ! Se plaçant à la gauche de l'asari, l'humaine à sa droite, elles avancèrent entourées par le groupe d'humains. Vraiment, c'était comme dans les films, même si Lynia se demandait comment elle pouvait penser à ce genre de chose dans un moment pareil... Plusieurs minutes passèrent, ou peut-être plus elle ne pouvait le certifier, quand le groupe finit par arriver si profondément dans la base qu'ils tombèrent sur... une dispute. N'entendant au départ que des voix, le groupe avança doucement jusqu'à arriver à l'origine du bruit, qui ne se priva pas de pointer ses armes sur Kali et les siens : une dispute entre soldats conciliens et, visiblement, pirates d'Aria. C'est d'ailleurs ce que confirma un soldat turien :
- Et merde, d'autres mercos... J'en viens à prier les esprits pour que des gars de Molovsky se pointent... Ce qui laissa la dispute reprendre de plus belle. Merveilleux.

_________________
Journal de Bord
Extranet
_________________

L'éternité se fait longue et immuable, quand les secondes s'égrènent dans un capharnaüm total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Sinassas
Angel leader
Angel leader
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 26/09/2014

Infos rapides
Âge: 32
Profession: Mercenaire
Classe: Martiale et Technologique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Mar 17 Mar - 8:49

Jonathan écouta les informations que les deux hommes donnaient. Ils ne savaient rien à propos de la salle des trésors de Molovski, mais ils avaient une position approximative de la cible optionnelle. A moins que le personnage ne se cache ailleurs, il ne pouvait pas dire si l’information était sûre. Mais un je ne sais quoi lui soufflait qu’ils ne sachent rien d’autre.

Jonathan se releva avant de faire un signe à Michael. Celui-ci frappa les deux prisonniers, les assommants sur le coup.

« Rrrrrrrr ?
-Fout les dans un coin on s’en occupera plus tard. Ou quelqu’un s’en occupera.
-Rrraaaa »

Jonathan soupira, avant de se lever et de regarder les mercenaires D’Aria pénétrer par le hangar. Apparemment le petit groupe semblait être mené par un Krogan, Jonathan n’allait pas chercher son nom, il fallait juste qu’il s’arrange qu’il l’écoute. Et accepte de le suivre.
Il fit signe à Michael de le rejoindre, et attrapa son fusil d’assaut par mesure de sécurité.

« Doug, tu restes avec Jimmy, je veux que vous me préparer un véhicule pour une évacuation d’urgence. Le reste, je vous veux en stand-by. Si nos nouveaux amis se montrent agressifs. »

Jonathan les regarda donc passer, avant d’observer leurs formations. Apparemment il y avait deux groupes, un premier qui partait sécurisé l’étage, le deuxième qui allait monter d’un étage.
Au vu du plan, il n’y avait que des hangars à cet étage. Autant monter les étages, qui pouvaient receler beaucoup plus d’informations viables.

« On se rassemble sur moi. »

L’ordre fut rapidement exécuté, et la totalité des Angels, excepté Doug et Jimmy se rassemblèrent autour de Jonathan.

« Donc on a obtenu une information possible sur la position de Molovski. D-00. Cela va être notre objectif principal pour le moment. On va laisser passer les mercenaires d’Aria, on reste furtif dès qu’on entre dans une salle. Pas de combat de courte portée, sauf si c’est nécessaire. On les appuis seulement, pas d’action précipités comme avant c’est clair ? »

Un hochement général vint répondre à ses indications. Jonathan se dirigea donc en direction des escaliers montant à l’étage suivant.

*********************************
Jonathan transperça la colonne du dernier mercenaire affilié à Molovski dans la salle d’une flèche bien placée. Avant de souffler un bon coup. Le combat avait été éprouvant. Ils avaient préparés une embuscade en haut des escaliers, bloquant le passage par un tir croisé. Ceux d’Aria avaient réussis à créer une tête de pont à l’intérieur de la salle et lentement et surement, ils réussirent à sécuriser la salle. Mais à quel prix ? Des cadavres reposaient un peu partout. Et il devait y avoir des blessés.

« Rapport ? »

L’ordre parut sonner étrangement faux sur le coup. Comme si ce n’était pas lui qui le disait. Mais quelqu’un d’autre.
Michael fut le premier à répondre. En faisant un bruit de Motoculteur en pleine forme. C’était normal.

« Je me suis pris une balle dans le postérieur ! »

La phrase prononcée par Héloïse lui fit malgré tout sourire. Malgré la situation.

« RAS de notre côté, Quelques blessures, mais soignable. Donne-nous quelques minutes pour soigner et on peut y retourner. »

Jonathan se releva en faisant signe à Doc que ça allait. Ce petit système qu’il avait récupéré sur Oméga était vachement utile. Le coup du leurre et camouflage combiné était épatant pour pouvoir te faufiler dans la mêlée, te poser dans un coin pour sortir le sniper et placer un tir dans la tête.
Mais qu’allaient-ils faire pour passer les deux derniers étages ? L’ennemi connaissait tous les points d’entrés de chaque étage. Comment allaient-ils faire pour passer ?

*Sauf si on crée notre propre escalier.*

L’idée effleura l’esprit de Jonathan. Avant que lui-même ne sourit. Ils avaient leurs solutions. Ils allaient ouvrir le sol juste à côté de l’escalier montant à l’étage C afin de permettre aux mercenaires de la Reine d’Oméga de pouvoir sauter l’étage.


« Méta ? Il nous reste des explosifs d’entrée ? »

Le colosse grogna à l’affirmative.

« Héloïse ? Tu peux aller voir pour les mercenaires d’Aria si il y en a qui peuvent nous filer un coup de main en cas de « Résistance » sur le trajet ?
- Je vais voir ce que je peux faire. »

Il ne restait plus qu’à trouver la pièce attenante à l’escalier le plus proche menant du C au D afin de trouver la pièce idéal pour poser les explosifs.

_________________
Bienvenue sur la base de Donnée du Mother of invention.

Accés aux données du capitaine....
Données téléchargés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rachel Barclay
M-35 Mako
M-35 Mako
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 30/06/2014
Age : 21

Infos rapides
Âge: 25
Profession: Militaire
Classe: Martiale et Biotique

MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   Sam 21 Mar - 15:04

Voilà que les navettes se faufilaient tant bien que mal entre les débris et les tirs croisés en direction du Manille. Le croiseur tenait tant bien que mal, on pouvait avoir un maigre aperçu depuis la navette, c'était particulièrement effrayant de voir que votre foyer pour cette bataille encaissait des tirs autant qu'une pauvre asari dans le lit d'un krogan. C'était un peu la pensée osée de Rachel pour cette journée qui avait très mal commencée. La militaire plaquée contre son siège à prier intérieurement espérait presque que la navette explose. Elle venait de perdre ses meilleurs amis et n'avait à priori plus de raison de combattre, mais non, elle expulsa la boule au ventre de son corps, il était temps de dire à la mort que ce n'était pas son heure. Ils avaient droit à une escorte, c’était trop tard pour Rachel, si ils étaient présents plus tôt, cette bande d’incapables auraient au moins peut-être sauvé plus d’hommes. C’est au front que l’on a besoin de support, pas en sonnant retraite, c’était bien une technique d’asari, tien, voilà la pensée raciste de la journée qui fait son apparition.

Les navettes commençaient leur approche, la phase d’atterrissage était la plus risquée, stationner sur un croiseur en pleine bataille pouvait coûter cher. Ce n’est que lorsque le Kodiak commença à entrer que le croiseur dériva subitement, un choc violent venait d’arriver au Manille et les pilotes devaient rattraper cette erreur en revenant rapidement sur leur trajectoire. Avec stupéfaction les navettes réussirent à stopper l’accident, le premier, celui où Rachel se trouvait parti sur le côté, manquant de percuter les caisses de ravitaillement hautement explosives. Le deuxième eut un peu moins de chance puisqu’il alla percuter violemment un atelier de réparation pour ensuite s’écraser contre le sol et ouvrir sa porte latérale droite. L’intérieur du Manille avait littéralement changé d’ambiance, des lumières rouges et une alarme résonnaient en permanence, vous glaçant le sang. Rachel fut la première à descendre des deux Kodiaks, le casque sur la tête et le fusil à pompe dans les mains elle comprit qu’il n’y avait pas d’ennemi à bord et le rangea immédiatement derrière elle. Elle était sonnée mais une transmission radio l’a ramena sur Terre, du moins sur le croiseur en tout cas.


« Barclay ! Ici Landstar, on a une avarie au niveau des batteries GARDIA tribord ! Allez immédiatement aider les opérateurs coincés là-bas et débrouillez-vous pour les relancer ! Prenez un homme avec vous, les autres rejoignez-moi sur la passerelle maintenant ! Terminé »

Voilà l’occasion pour elle d’aller sauver des camarades qu’elle n’eut pas le temps de faire précédemment. Elle se sentait lourde, comme clouée au sol, tétanisée et encore sous le choc. Elle venait à peine de fouler de nouveau le croiseur qu’elle devait se diriger à l’autre bout du vaisseau. Observant le hangar, elle s’approcha en sprintant auprès d’un officier de sécurité. Ce qui attira l’œil de Rachel, c’était sa détermination et surtout sa force... En effet on pouvait jurer qu’il s’agissait d’un krogan dans le corps d’un humain, ce n’est que lorsqu’il se retourna dans sa direction que Rachel l’observa sans dire un mot, son père lui revint à l’esprit.

« Lieutenant ? Lieutenant ? »

La brune revint à elle, tentant malgré tout de se rappeler de la raison de son interaction. La sirène. L’avarie, elle devait sauver les opérateurs prisonniers.

« Venez avec moi, j’ai besoin de vous pour aider les techniciens coincés aux batteries GARDIA à tribord. » fit-elle à travers son casque.

Le binôme reparti en direction des escaliers, les ascenseurs étaient à éviter pendant une bataille de cette ampleur.

« Où se trouve le batteries ?! » demanda Rachel sans savoir où elle allait

« On remonte sur le premier pont pour rejoindre les escaliers au fond du vaisseau ensuite reprendre les escaliers tribord et redescendre au quatrième, c’est le chemin le plus rapide. »

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, l’officier aux origines africaines tenait parfaitement le rythme de Rachel qui elle avait du mal à respirer sous son casque. Elle pouvait le retirer mais elle ne voyait pas vraiment l’importance puisqu’elle risquait d’en avoir besoin à tout moment. Les voilà sur le pont principal à naviguer entre les personnes du vaisseau qui couraient comme tout le monde. La longueur du vaisseau n’en finissait pas, donnant l’impression qu’il n’allait jamais se finir.

*Heureusement que ce n’est pas un cuirassé… *

Les escaliers, enfin ils y étaient. Il ne s’était coulé que quelques minutes mais Rachel avait l’impression d’avoir courue pendant une heure, descendant les marches en se tenant à la rampe pour éviter que ses jambes frêles ne lâchent sous son poids. Ils étaient sur le pont 4 Tribord, étrangement vide ceci n’indiquait rien de bon. L’aile était plongée dans l’obscurité et les systèmes secondaires venaient de prendre le relai, laissant une lumière rouge s’allumer et s’éteindre en même temps que la sonnerie résonnait. Entre chaque sonnerie le pont replongeait dans le noir et les chasseurs pirates endommageaient le vaisseau de plus en plus. Rachel alluma donc la lampe sur son épaule pour se diriger pus facilement, suivie de près par l’officier qui venait de mettre son masque respiratoire. Inutile d’avancer l’arme dégainée, il n’y avait pas d’abordage et ils perdaient du temps. Le chemin était assez simple en vérité, il suffisait de suivre les marquages fluorescents au sol et de les remonter tout en observant les panneaux. Des cris étouffés attirèrent l’attention de Rachel qui immédiatement reprit sa progression en courant, n’ayant même pas eu le temps de reprendre son souffle.

« Par-là ! »

Le plafonnier s’était écroulé en partie ce qui ralentissait fortement l’avancement des secouristes. Ils eurent l’idée de se relayer, le collègue de Rachel soulevait les débris, laissant la brune passer pour prendre le relai à son tour et ainsi de suite. Enfin arrivés devant la porte verrouillée et fortement endommagée, le lieutenant et l’officier tentèrent de l’ouvrir par la force mais en vain.

« Cela ne sert à rien de forcer elle ne s’ouvrira pas. »

« Il faut équilibrer les différences de pression si vous voulez mon avis. Les commandes sont pas loin cherchons. »

Il ne fallut pas longtemps aux binômes pour les trouver, une petite boite avec une manette était juste derrière eux. Sans attendre, le soldat baissa la poignée, laissant un bruit strident se faire suivit d’un long ‘psht’. Le centre de la porte s’illumina en vert et s’ouvrit légèrement, laissant une ouverture assez grande pour permettre à un blessé épaulé par deux hommes de sortir.

« Merci on vous en doit une. Il s’est cassé la cheville, on le ramène à l’infirmerie. »

« Les batteries GARDIA, comment on les relance ? » demanda Rachel sans perdre de temps

« Je venais tout juste de les relancer peu avant que vous arriviez. Seul 35% est opérationnel. »

Elle décida de recontacter la passerelle afin de recevoir les nouvelles directives.

« Passerelle ici Barclay. Le système GARDIA tribord est restauré à 35%, trois techniciens sauvés, il ne reste plus personne ? A vous. »

« Négatif, c’était les derniers d’après mes scans, rejoignez-moi maintenant. »

« Reçue, terminé. Lieutenant, aidez-les à rejoindre l’infirmerie, je retourne sur la passerelle. »

Sans tarder le groupe se sépara, Rachel refit cavalière seule après avoir retirée son casque. La peau trempée de sueur, elle courut de nouveau jusqu’à son prochain objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue - 1er Arc - Chapitre 2 - Un choc de titan!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Modeliste : Titan Warhound
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Résumé de l'intrigue
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI
» Titan warlord pour 40k

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Old] Mass Effect Legacy :: Système Tiamat-
Sauter vers: